GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Mai-68 et l'Eglise

    Le pape Paul VI en fonction lors des évènements de Mai-68. EPU FILES / AFP

    Mai 1968 et l’Eglise : Yves Chiron

    Le grand mouvement de contestation n’a pas épargné l’Eglise fraîchement sortie du Concile Vatican II. De la révolte étudiante et sociale soutenue par des prêtres séculiers, des dominicains et des jésuites, à la publication en juillet d’Humanae Vitae, l’encyclique très controversée de Paul VI sur la contraception, l’année 1968 est une année de crise pour l’Eglise. Toutefois, le déclin des ordinations sacerdotales et la sécularisation de la société française après Mai 1968 ne sont pas les conséquences de cet évènement. Pour l’historien Yves Chiron qui signe L’Eglise dans la tourmente de 1968 (Artège), la crise avait commencé bien avant dans les années cinquante et elle est aussi une crise de la foi. Dans cet essai, Yves Chiron fait revivre de l’intérieur le moment politique et religieux que représenta Mai-68 pour une église à la fois séduite et déroutée par l’évènement.

    La grande peur des catholiques de France (Grasset) : Henri Tincq

    Cinquante ans après Mai-68, exit les cathos de gauche, désormais ce sont les cathos identitaires affiliés à la droite et l’extrême–droite qui tiennent le haut du pavé pour l’ancien chef de la rubrique religieuse du Monde qui dit ne plus reconnaître son Eglise dès la première phrase de son dernier essai.

    Cette nouvelle vague de catholiques venue de La Manif pour tous, très active sur les réseaux sociaux se réfugie, pour ce spécialiste de l’Eglise de France, dans une contre–culture réfractaire à toute évolution de la société et dans une posture d’assiégée par rapport à l’islam. Un néo-conservatisme très éloigné des idéaux de l’Eglise de Mai-68.


    Sur le même sujet

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.