GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Août
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Aujourd'hui
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Catalogne: Quim Torra, dans la continuité de Carles Puigdemont

    Le nouveau président de la Catalogne, Quim Torra, choisi par l'exilé Carles Puigdemont pour lui succéder. REUTERS/Juan Medina

    Ce lundi, 5 mois après les élections législatives de décembre qui avait vu la courte victoire du camp séparatiste, la Catalogne compte enfin un nouveau chef de l’exécutif, après la fuite de Carles Puigdemont, désormais à Berlin afin de fuir la justice espagnole qui l’accuse de « rébellion » et de « sédition ». Il s’agit de Quim Torra, 55 ans, aucune expérience politique, écrivain, éditeur, avocat. Il est le nouveau président de la Generalitat, l’exécutif régional de Catalogne basé à Barcelone.

    Il faut comprendre qu’il s’agit d’une continuité. Quim Torra est un homme de Puigdemont, un fidèle, un disciple même. Quim Torra est un séparatiste convaincu, qui déteste l’Espagne, les Espagnols et qui pense que le divorce avec cet Etat est la seule solution pour la Catalogne de devenir « une République prospère, juste, libre, sociale ». En quelque sorte, cet écrivain-éditeur est un appendice de Carles Puigdemont, réfugié à Berlin. Quelqu’un qui obéira à ses ordres, en toute loyauté, en toute obéissance. A ce propos, il ira faire sa première conférence de presse à Berlin.

    Puigdemont dans l’impossibilité de se rendre en Espagne

    Puigdemont ne peut aller en Espagne ou s’il le fait la justice l’arrête immédiatement, le met en prison préventive et le juge pour rébellion, ou sédition, soit entre 15 ans et 30 de réclusion. Mais il n’y a pas que Puigdemont dans ce cas : ils sont une vingtaine d’autres, réfugiés à l’étranger ou derrière les barreaux en Espagne.

    Partageant pleinement l’idéologie des sécessionnistes, Quim Torra n’est pas un choix anodin. De plus, son casier judiciaire est vierge et il ne peut donc pas être arrêté. Il peut gouverner, et ce, même s’il n’a aucune expérience en politique. C’est un intellectuel, un idéologue, tellement antiespagnol qu’il frôle avec la xénophobie.

    Un futur politique difficile à prévoir

    Maintenant que la Catalogne a un gouvernement, la situation avec Madrid devrait pouvoir se décanter, dans un sens comme dans l’autre. Pour l’heure, Mariano Rajoy s’est dit disposé à la concorde et au dialogue « avec le nouveau président catalan ». Un nouveau président catalan qui va avoir les coudées franches, car Madrid va devoir cesser d’appliquer l’article 155 de la Constitution qui revient à mettre la région sous tutelle. Tout va dépendre de l’attitude de Quim Torra. Si, comme il l’a promis, il entend édifier une République indépendante de manière unilatérale, contre l’avis du reste de l’Espagne, s’il veut convoquer une Assemblée constituante, alors le gouvernement Rajoy se fâchera et utilisera la justice pour stopper net ce nouveau défi séparatiste.


    Sur le même sujet

    • Espagne

      Catalogne: l’élection de Torra fait craindre un nouvel affrontement avec Madrid

      En savoir plus

    • Espagne

      Espagne: Quim Torra élu président de la Catalogne

      En savoir plus

    • Espagne

      Catalogne: Quim Torra n’obtient pas la majorité absolue au premier tour

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.