GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Chêne français vendu en Chine: l'hémorragie selon l’industrie du bois

    Pellets de bois. Pixabay/Moses

    Le phénomène inquiète le secteur de la transformation du bois en France : le chêne des forêts françaises part vers la Chine dans des proportions de plus en plus grandes.

    Les importateurs chinois sont aujourd'hui prêts à payer près de 360 dollars le m3 de chêne français, 100 dollars de plus que l'an dernier ! Pas étonnant que 92 000 m3 de chêne brut aient pris la direction de la Chine rien qu'au premier trimestre de cette année. Une hausse de 20 % par rapport à la même période l'an dernier.

    Une grume de chêne sur trois exportée

    L'année 2017 avait déjà connu un bond des exportations françaises de plus de 45 %. Si la tendance se poursuit, en 2018, une grume sur trois c'est-à-dire un tronc de chêne brut sur trois quittera le territoire hexagonal pour être transformé à l'étranger. 10 fois plus qu'il y a dix ans !

    En France, l'industrie de transformation du bois s'alarme. Elle a déjà fait part de son inquiétude à plusieurs reprises, mais cette fois, elle évoque une véritable « hémorragie ». Et une « catastrophe annoncée » pour ses usines.

    L’industrie française du bois manque de chêne

    Paradoxalement cette industrie française de transformation du bois n'a plus assez de matière première, le chêne, alors que la demande de produits en chêne, de parquets par exemple, est de plus en plus grande en France et à l'étranger ! 40 % des capacités des usines françaises sont inutilisées, le nombre de scieries a déjà été divisé par deux en dix ans. 26000 emplois sont en danger, rien que dans la filière de transformation du chêne.

    Promesse présidentielle

    Relocaliser en France l'industrie du bois semble pourtant une priorité d'Emmanuel Macron. Le président français l'a redit lors de sa visite dans une scierie des Vosges le mois dernier, et c'était déjà un engagement de campagne. Mais les mesures tardent à venir. Les pays forestiers concurrents ont interdit l'exportation du bois brut, souligne la filière, y compris la Chine.

    Des quotas d’exportation ?

    Les professionnels du bois demandent au moins des quotas qui limiteraient les exportations des grumes de chêne, une lutte contre la fraude et des aides à la transformation locale. En 2015, un label Union européenne avait encouragé la première transformation c'est-à-dire les sciages sur le sol européen, mais seule la forêt publique française s'est engagée dans cette démarche, cela n'a pas suffi à inverser durablement la tendance.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.