GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Aujourd'hui
Lundi 20 Août
Mardi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: comment la France maltraite ses vieux

    AFP

    C’est l’enquête que nous propose Le Monde. Le Monde qui s’appuie sur le rapport que vient de rendre Le Comité consultatif national d’éthique. Un rapport « particulièrement sévère sur la prise en charge des personnes âgées ». En effet, pointe Le Monde, « il existe en France une "dénégation collective" du vieillissement, selon le Comité, qui se traduit par une "maltraitance latente et non assumée". La concentration des personnes âgées dans les maisons de retraite est une "institutionnalisation forcée" et même une forme de "ghettoïsation" » Il faut savoir, précise encore le quotidien du soir, que « la population des plus de 75 ans représente 9% des Français, elle atteindra 16,2% en 2060 et il y aura alors près de 2 millions 260 000 personnes dépendantes ».

    Interrogé par Le Monde, le docteur Régis Aubry, chef du service des soins palliatifs du CHU de Besançon et membre du Comité consultatif national d’éthique, estime que « certaines personnes âgées dans notre pays souffrent d’un sentiment d’indignité. Elles ont le sentiment d’être en trop, de ne servir à rien ». Et « la question des Ehpad, les établissements pour personnes âgées dépendantes, interroge effectivement de façon plus large, poursuit-il. Quel est le sens de la vie des personnes âgées qui se suicident ? Quel est le sens quand il n’y a plus de plaisir ? Faut-il que l’objectif de notre système de santé soit de se concentrer sur la "survie" plutôt que sur la qualité de vie ? »

    D’autant que ces Ehpad sont chers, près de 2 000 euros par mois en moyenne. En effet, pointe La Charente libre, « le montant moyen de la retraite est de 1 389 euros brut quand un résident en Ehpad doit débourser en moyenne 560 euros de plus pour intégrer souvent contre son gré sa dernière demeure. Mais, soupire le quotidien charentais, il faut bien plus que des moyens chiffrés pour sortir nos vieux de leur funeste oubli. Cela commence par se rappeler qu’ils existent. Et ça s’apprend dès le plus jeune âge. » Et Le Courrier picard de conclure : « La qualité et l’intelligence des réponses que notre société apportera aux problèmes de nos aînés en diront long sur le devenir de notre humanité. En n’oubliant pas qu’il s’agit aussi sûrement de notre avenir individuel… »

    Hulot parti pour de longues vacances ?

    A la Une également, les états d’âme de Nicolas Hulot. « Et Nicolas Hulot se mit à faire de la politique, s’exclame Le Parisien. Ni chantage à la démission ni ultimatum, c’est surtout un gros coup de gueule qu’a poussé le ministre de l’Ecologie, certes coutumier des états d’âme, en laissant planer hier l’hypothèse d’un départ estival. "Cet été, on aura avec le président et le Premier ministre un moment de vérité, on fera le point", a lâché le numéro trois du gouvernement, à la veille du premier anniversaire de sa nomination. "Ça voulait dire : Arrêtez de m'emmerder !", résume, crûment, l’un de ses proches. Dans son viseur ? Bercy. "La majorité des problèmes viennent de là", souffle le même. Mais aussi tous ceux qui, au sein de l’exécutif, lui mettent des bâtons dans les roues. »

    Attention, prévient Le Figaro, « un départ du ministre de la Transition écologique serait un échec de Macron. Et même si Hulot reste, la mise en place publique de ses doutes instille l’idée que la ligne macroniste en matière environnementale n’est pas si claire, évidente ou audacieuse que cela. Même revêtus du sceau de la sincérité, ces états d’âme hulotiens affaiblissent le gouvernement. » Sud-Ouest renchérit : « Etre ministre, c’est aussi accepter le principe de réalité plutôt que celui de fragilité. C’est montrer des nerfs à toute épreuve, plutôt que disparaître à la première déconvenue. Par ses états d’âme permanents, Nicolas Hulot finira par nuire à la cause qu’il incarnait si bien. »

    Burundi : la tactique de la peur

    « Au Burundi, Nkurunziza verrouille un référendum pour garder le pouvoir », constate Libération. « Il est impensable que "son" référendum lui échappe, souligne Libé. Pierre Nkurunziza, président depuis 2005, a déjà été réélu pour un troisième mandat en 2015 en tordant les règles de la Constitution. Mais pour continuer à diriger le Burundi, ce que ce fervent born again considère comme une mission divine, il devait réécrire la Loi fondamentale. Ce sera très certainement chose faite après la consultation de ce jeudi. (…) Treize ans après son arrivée au pouvoir, l’ancien maquisard dirige son pays comme du temps de la rébellion, quand tous les coups étaient permis et que la chasse aux "traîtres" était une obsession. Pour les guérilleros, la peur était alors une tactique comme une autre. Sous la présidence de Nkurunziza, conclut Libération, elle est devenue l’arme privilégiée de l’Etat burundais. »

    Trop forts les espagnols…

    Enfin, « inconsolables », s’exclame L’Equipe. Inconsolables les Marseillais de l’OM et leurs supporteurs. L'OM qui a été battu sèchement 3 à 0 hier soir en finale de la Ligue Europa par L’Atletico Madrid.

    « Il s’est produit ce que l’on craignait pour un OM courageux, soupire Le Parisien, mais trahi par des lacunes individuelles rédhibitoires à ce niveau. Les Marseillais pouvaient croire que, sur un match, avec un peu de chance et beaucoup d’efforts, ils auraient les moyens de s’opposer à cette belle machine espagnole. Ils ont pu s’en persuader pendant vingt minutes avant que tout ne bascule après un contrôle raté de Zambo Anguissa exploité par Griezmann. La sortie sur blessure de Payet n’a rien arrangé. Puis, Griezmann a ôté tout intérêt au match. »

    En effet, souffle L’Equipe, « l’OM a été formidable pendant vingt minutes, mais constamment rattrapé par certaines faiblesses individuelles qu’un parcours européen conciliant avait mieux cachées jusque-là, et il aurait pu encore revenir dans le match avec un soupçon de chance, trois fois rien. On a l’impression d’avoir écrit cette histoire dix fois. »

    Au moins, se rassure L’Equipe, « les joueurs français accomplissent ce que les clubs manquent. Car pendant que Payet pleurait sa fête gâchée et que Thauvin était porté disparu, Antoine Griezmann a été le héros absolu de la finale lyonnaise, bouclant avec une classe infinie son parcours à l’Atletico et jetant un pont avec l’été à venir : à présent qu’il gagne des finales, qu’il ne s'arrête plus, surtout. »

    Hasard du calendrier ? C’est ce jeudi soir, relève Le Figaro, que Didier Deschamps, le patron des Bleus, dévoilera la liste des joueurs retenus pour la Coupe du monde. « Sa tâche s’avère déterminante, pointe le journal. Et la pression, énorme, pour celui dont les choix seront scrutés, commentés, critiqués ou salués par un pays qui compte, comme avant chaque compétition internationale, plus de 60 millions de sélectionneurs. »

    L’une des certitudes de cette sélection, en tout cas, c’est qu’Antoine Griezmann figurera sur la liste des heureux élus.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.