GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Qu’est-ce qu’un bois de village ?

    Seydy Mansor Fall, technicien des eaux et forêts, animateur SOS Sahel auprès des communautés villageoises de la région de Kébémer. © Sayouba Traore

    Nous allons dans le village de Keur Samba Laobé situé dans le département de Kébémer, qui fait partie de la région de Louga, au Sénégal. La population de cette région vit essentiellement de l’agriculture, de l’élevage, de l’artisanat et du commerce, en plus des apports de fils partis en émigration sous des cieux supposés plus profitables.

    Malgré la dégradation constante des sols, l’agriculture détermine la vie économique des populations avec plus de 298 000 hectares de terres cultivées chaque année. La production avoisine, rien que pour les cultures principales comme le mil, l’arachide et le niébé, plus de 100 000 tonnes par an, soit plus de 20 milliards de francs CFA.

    L’élevage est la seconde activité pratiquée dans la zone sylvo-pastorale. Du point de vue de l’importance du cheptel, Louga est la quatrième région après Tambacounda, Kolda et Saint-Louis avec 21 000 km2 de pâturage et plus de 2 millions de têtes de bétail. Le potentiel laitier du cheptel régional est estimé à 5 350 000 litres par an, à côté d’une production importante de viande non valorisée.

    Les activités agro-pastorales sont pratiquées dans des cuvettes bordées de dunes de sable. Il se trouve que toute cette vie économique est menacée par les effets d’un fort déboisement.  Avec des populations qui dépendent très fortement du bois pour la cuisine et autres besoins domestiques, on ne peut pas arrêter de couper le couvert végétal. La solution imaginée par les techniciens et les acteurs de terrain, c’est le bois de village.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.