GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Santé: un Français sur trois ne croit pas que les vaccins soient sûrs (enquête mondiale Wellcome-Gallup)
    • Foot: un joueur cubain déserte aux États-Unis en pleine Gold Cup (entraîneur)
    • États-Unis: Donald Trump lance officiellement sa campagne pour un deuxième mandat
    • Trump accuse les démocrates d'être guidés par «la haine»
    • Trump: «Le monde entier» envie la santé de l'économie américaine
    • Trump dénonce les «Fake News» dès le début de son meeting en Floride
    • Trump lance sa campagne pour 2020 depuis Orlando en Floride
    • Le Japon accuse un déficit commercial en mai, nouveau repli des exportations

    Les Tatars de Crimée interdits de commémoration de mai 1944: témoignage

    Les gens prient en commémorant l'anniversaire de la déportation des Tatars de Crimée de Crimée en Asie centrale en 1944, dans la capitale régionale Simferopol, en Crimée, le 18 mai 2018. REUTERS/Pavel Rebrov

    Hier, comme chaque année à cette même date, les Tatars de Crimée se sont souvenus de la tragédie du 18 mai 1944, lorsque presque 200 000 personnes ont été forcées de quitter la péninsule de la mer Noire, déplacées, vers les Républiques d’Asie Centrale, sur l’ordre de Staline, qui accusait certains d’entre eux d’avoir collaboré avec les Nazis. Depuis l’annexion de la Crimée par Moscou, il y a 4 ans, les autorités russes ont interdit toute commémoration de cet événement. Les Tatars hostiles au pouvoir russe sont souvent victimes de harcèlement et de pressions, comme le raconte l’épouse d’un responsable de l’assemblée des Tatars de Crimée, rencontrée à Paris par RFI.


    Sur le même sujet

    • Accents d'Europe

      La répression des Tatars de Crimée

      En savoir plus

    • Bonjour l'Europe

      Russie: pressions accrues sur les Tatars de Crimée

      En savoir plus

    • Reportage International

      Russie : Alabuga, « zone économique spéciale » au Tatarstan

      En savoir plus

    • Ukraine

      La Crimée totalement paralysée par le blocus des Tatars

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Palmyre, un documentaire sur le calvaire de prisonniers libanais en Syrie

    Palmyre, un documentaire sur le calvaire de prisonniers libanais en Syrie
    Un simple nom peut inspirer à la fois le rêve et l'effroi. Longtemps, ce fut le cas de Palmyre en Syrie, bien des années avant la guerre qui ravage le pays : c'était à l'époque de l'occupation du Liban par la Syrie et des arrestations arbitraires, des (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.