GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 18 Décembre
Mercredi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Attentat de Strasbourg: deux suspects en garde à vue, soupçonnés d'être liés à la fourniture du revolver
    • ArcelorMittal: arrêt définitif de la production d'acier brut à Florange (communiqué)
    • France: procès requis contre l'ex-ministre Jean-Jacques Urvoas pour violation du secret professionnel (parquet général)
    • Numérique: la France débutera le prélèvement de la taxe Gafa dès le 1er janvier 2019 (Le Maire)
    • Une armée du Kosovo est «irréversible», selon le président kosovar Hashim Thaci avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU
    • Brexit: accord entre la Suisse et la Grande-Bretagne sur le maintien des règles en vigueur dans le transport aérien

    La banane en crise: les prix ont plongé dès le mois d'avril

    La banane en provenance de Guadeloupe sur le marché de Rungis, en banlieue parisienne. ©LIONEL BONAVENTURE/AFP

    En Europe, les prix de la banane ont dévissé avant même l'arrivée des fruits d'été. Prémices d'une crise de surproduction annoncée depuis longtemps.

    D'habitude, les prix de la banane commencent à chuter au mois de mai ou juin quand arrivent en Europe la saison des fraises puis tous les fruits d'été. Mais cette année, les prix ont plongé dès le mois d'avril. Un signe avant-coureur d'une crise annoncée de longue date.

    Surproduction masquée par les aléas climatiques

    « Depuis pas mal d'années, on attend une catastrophe sur le marché de la banane, rappelle un expert du Cirad. Elle a été contrecarrée par les aléas climatiques qui ont réglé le problème de l'offre, à chaque fois. Cette année peut-être que ce sont les prémices de la vraie crise. Si tout le premier trimestre a été exceptionnel en termes de prix et en termes de volumes consommés en Europe, aux États-Unis et ailleurs, à partir du mois d'avril cela a conduit à une dégringolade phénoménale où l'on est passé de prix historiquement élevés sur le premier trimestre, 18-19 euros le carton, à des prix historiquement bas, des prix en Pologne de 3, 4, 5 euros le carton. »

    3 euros le carton de 18,5 kg !

    3 euros à l’import le carton de 18,5 kilos ! La Pologne a joué le rôle de « fusible » du marché européen, en absorbant les quantités de bananes que la Russie, qui avait eu les yeux plus gros que le ventre, n'a pas pu absorber.
    Structurellement, le marché de la banane est donc entré en surproduction. La consommation a beau avoir augmenté de 12 à 15 % en Russie l'an dernier, de 5 % aux Etats-Unis, l'augmentation de la production et son intensification vont encore plus vite.

    Bientôt une demi-tonne exportée de Côte d’Ivoire

    A coup d'irrigation et de produits phytosanitaires, les rendements explosent dans les bananeraies d'Équateur, de Colombie et du Guatemala, même le Costa Rica fait toujours mieux. La production est relancée au Panama, au Nicaragua, au Honduras, la Côte d'Ivoire ne devrait pas tarder à exporter un demi-million de tonnes de bananes.

    Jusqu'à présent les cyclones et les inondations avaient dissimulé le phénomène, tout comme le manque de pommes et de poires l'an dernier qui ont profité ponctuellement à la banane, mais le train de la surproduction bananière est lancé et il sera difficile et douloureux pour la filière de l'arrêter.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.