GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Royaume-Uni: un premier jugement pour mariage forcé

    Près de 8000 jeunes femmes pourraient être mariées contre leur gré chaque année au Royaume-Uni (photo d'illustration). CC0/Pixabay

    C’est une première dans les annales judiciaires britanniques : une mère de famille a été condamnée mercredi à quatre ans et demi de prison à Birmingham pour avoir marié sa fille de force au Pakistan. Le calvaire de la jeune fille avait commencé en 2011.

    Elle n’avait alors que 13 ans quand l’homme auquel elle avait été promise et qui avait 16 ans de plus qu’elle, l’avait déflorée au terme d’un contrat de mariage décidé au Pakistan. La fillette avait dû subir un avortement à son retour au Royaume-Uni et son cas avait été signalé par le médecin aux services sociaux qui n’avaient pas donné suite.

    En 2016, la mère de la jeune fille âgée alors de 17 ans, a prétexté des vacances en famille pour la convaincre de se rendre au Pakistan ; une fois là-bas et toujours sous la pression de sa mère, l’adolescente a dû signer les papiers du mariage, organisé dans la foulée en septembre. La jeune fille a néanmoins réussi à alerter des amis au Royaume-Uni qui ont, à leur tour, prévenu les services sociaux et la police de Birmingham. Les autorités britanniques l’ont alors aidée à rentrer en Grande-Bretagne et ont arrêté sa mère à son retour.

    Le nombre de mariages forcés sous-estimé

    D’après les derniers chiffres fournis par le ministère de l’Intérieur, près de 1200 mariages forcés ont été recensés en 2017. Mais en réalité, selon les experts, ce nombre ne représente qu’une fraction des unions forcées et ils estiment que qu'environ 8 000 jeunes femmes pourraient être mariées contre leur gré chaque année au Royaume-Uni. Une pratique qui concerne surtout des familles originaires du Pakistan, du Bangladesh et d’Inde. Et ce, malgré la loi votée en 2014 sous l’ancien Premier ministre conservateur David Cameron qui avait estimé que le mariage forcé n’était rien d’autre que de l’esclavage. La loi fait malgré tout la différence entre mariages forcés, sans consentement et mariages arrangés.

    Une première condamnation en quatre ans de loi

    Il est très difficile de condamner quelqu’un pour mariage forcé, parce que la police doit la plupart du temps convaincre des membres de la famille incriminée de témoigner les uns contre les autres, ce qu’ils ne veulent pas faire. Et c’est d’ailleurs cette loyauté qui décourage les victimes elles-mêmes ou leurs proches d’alerter les autorités ou les services sociaux. C’est pour ça que cette condamnation est extrêmement significative : c’est un message fort adressé aux familles qui veulent imposer cette pratique qui rappelle qu’obliger quelqu’un à se marier contre sa volonté est illégal et puni par une peine de prison conséquente.

    Les associations et les autorités espèrent aussi que les victimes qui sont actuellement en souffrance et gardent le silence de peur de subir des représailles vont être encouragées à demander de l’aide, à médiatiser le traumatisme qu’engendre cette pratique et à terme, la faire disparaître.


    Sur le même sujet

    • Royaume-Uni/Russie

      Youlia Skripal souhaite retourner un jour en Russie

      En savoir plus

    • Reportage International

      La communauté pakistanaise de Londres et les souvenirs de la partition

      En savoir plus

    • Littérature

      Nadeem Aslam, le romancier de l’amour et des turbulences

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Elections à Moscou: des candidats de l'opposition empêchés de se présenter

    Elections à Moscou: des candidats de l'opposition empêchés de se présenter
    À Moscou, des opposants au Kremlin se battent pour obtenir la possibilité de participer à un scrutin local organisé en septembre prochain. Mais les autorités semblent tout faire pour les en empêcher. Cette élection, pourtant très locale, est suffisamment (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.