GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: une attaque fait 12 morts dans la ville sainte chiite de Kerbala (sécurité)
    • Yémen: les rebelles annoncent vouloir arrêter toutes les attaques contre l'Arabie (dirigeant insurgé)
    • Affaire Karachi: le parquet demande un procès pour Balladur et Léotard (source judiciaire)
    • Respect de la vie privée: Facebook suspend des dizaines de milliers d'applications
    • Commerce: Trump ne pense pas aboutir à un accord avec Pékin avant l'élection de 2020
    • Procès Mélenchon en France: le jugement mis en délibéré au 9 décembre
    • Greta Thunberg espère que la société a atteint «un tournant» sur le climat (interview à l'AFP)

    A la Une: Macron et Kagame tournent la page

    Le president Emmanuel Macron accueille le président rwandais Paul Kagame à l'Elysée, le 23 mai 2018. AFP/Ludovic Marin

    Du jamais vu depuis bien des années… Apparemment, les sujets qui fâchent ont été remisés ; place désormais à une nouvelle coopération entre la France et le Rwanda.

    D’ailleurs, le quotidien de Kigali, The New Times ne s’y trompe avec un long article, et cette photo, où l’on voit les deux chefs d’Etat, côte à côte, souriants, détendus.

    « Les entretiens ont (notamment) porté sur l’état des relations entre les deux pays qui n’ont pas été dans les meilleurs termes, en grande partie en raison de l’implication de la France dans le génocide de 1994 contre les Tutsis », pointe le quotidien rwandais. « Le président Kagame a également commenté la candidature de la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, au poste de secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie, poursuit The New Times, déclarant que le Rwanda était heureux de fournir des dirigeants comme elle pour soutenir les pays africains. (…) Emmanuel Macron a également exprimé son soutien à la candidature de Mushikiwabo en affirmant qu’elle répondait non seulement à toutes les exigences du poste, mais qu’elle était également compétente. »

    Réconciliation

    Pour la presse ouest-africaine, c’est clair : la France et le Rwanda sont en train d’enterrer la hache de guerre.

    « Le soutien à la candidature de Louise Mushikiwabo sonne comme le prix à payer pour la réconciliation entre les deux pays », pointe L’Observateur Paalga.

    En effet, analyse Le Pays, toujours au Burkina, « cette candidature qui a les faveurs de Paris semble avoir pour vocation de faire revenir le Rwanda dans la sphère d’influence française. On peut ajouter le fait que Paul Kagame est, depuis janvier, le président en exercice de l’Union africaine. A ce titre, il porte deux réformes sur le financement des opérations de maintien de la paix et sur l’UA. La France, qui semble à bout de souffle dans le financement de l’opération Barkhane au Sahel, ne cracherait pas sur le fait que l’UA la soulage en supportant en partie l’addition. Et Kagame, qui plus est, défend l’idée selon laquelle l’Afrique doit prendre en charge sa défense, peut y contribuer. Bref, les circonstances font que Paris a plus besoin de Kigali que Kigali de Paris. C’est donc en homme courtisé que Paul Kagame a été reçu hier à l’Elysée par Emmanuel Macron. »

    Dégel

    Et c’est logique, constate Aujourd’hui, parce que « l’on sent un fléchissement des Occidentaux, des bailleurs de fonds et même de la communauté internationale dans son ensemble, qui préfèrent de loin un pays tel le Rwanda où il n’y a pas ou peu de démocratie, mais où règnent l’ordre, la discipline, un homme fort, où il n’y a pas de sachets plastiques, pas de corruption, où tout marche. C’est bon pour le business ! Tout le contraire d’un pays démocratique, mais miné par le désordre, la chienlit et quasiment sur cale. Moralité : Macron a eu le nez creux en misant sur la Rwandaise ! »

    Alors réchauffement franco-rwandais ? Jeune Afrique pour sa part préfère parler de dégel : « si d’un côté comme de l’autre on refuse de parler de normalisation, le soutien de la France à la candidature de Louise Mushikiwabo à la tête de l’OIF marque la suite d’un “dégel” des relations Franco-Rwandaises amorcé avec l’arrivée de l’administration Macron. »

    La RDC s’invite dans la discussion

    Par ailleurs, autre sujet important évoqué hier par les présidents français et rwandais : la situation en Afrique centrale…

    Et notamment la RDC et son processus électoral cahotant.

    « A sept mois du changement de leadership en RDC, il est clair, estime Le Potentiel à Kinshasa, que la France consulte les puissances régionales, dont le Rwanda et l’Angola, en vue d’agir en connaissance de cause pour une alternance civilisée au sommet de l’Etat. (…) Que la presse internationale annonce le président angolais, João Lourenço, à l’Elysée après Paul Kagame, l’information est à décrypter. C’est sûr qu’outre les relations bilatérales Angola-France, la RD Congo s’invitera aux discussions. »

    Le Potentiel, pour appuyer son propos, publie ce dessin en Une : on y voit Macron et Kagame penchés sur le dossier congolais. Et Kagame qui déclare : « nous devons régler la situation de la RDC avec minutie, sinon, elle va nous exploser sur la tronche ! »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.