GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La France veut devenir l'incubateur de start-up en Afrique

    Le président français Emmanuel Macron s'adresse aux participants au sommet technologique de la startup Viva Tech à Paris, France, le 24 mai 2018. Michel Euler/Pool via Reuters

    Quand la start-up nation voulue par Macron se rêve en incubateur africain. La France via l'Agence française de développement multiplie les initiatives en faveur des jeunes pousses de la Tech africaine. L'association Digital Africa ambitionne de devenir une plateforme de mise en relation des bailleurs de fonds et des entrepreneurs. Digital Africa sera le fer de lance de la nouvelle enveloppe en direction des jeunes pousses débloquées par la France. 65 millions d'euros dès 2019.

    Pour le président Emmanuel Macron, ce qui est bon pour les jeunes pousses françaises est bon pour les startups africaines.

    « Je souhaite que la France puisse à l'image de ce que nous avons fait pour notre écosystème avec BPI France, prendre sa part du financement du développement des écosystèmes africains. »

    Il a donc annoncé une enveloppe de 65 millions d'euros en direction des entreprises de la Tech africaine. Rémy Rioux est le directeur général de l'Agence française de développement.

    « Il y aura cinquante millions d'euros de fonds propres pour investir dans les entreprises par notre filiale Proparco. Il y aura cinq millions de ce que l'on appelle les prêts d'honneur. Dans les toutes premières phases où l'on fait confiance à un entrepreneur avec des prêts à taux zéro. Et il y aura dix millions de dons, dix millions pour aider à renforcer les capacités, faire de l'assistance technique et renforcer les communautés. »

    Les jeunes entreprises ont du mal à accéder au crédit, pourtant au démarrage elles n'ont souvent besoin que de petites sommes, quelques dizaines de milliers d'euros. Rémy Rioux.

    « C'est souvent effectivement ce qui manque. Parfois il manque aussi les tranches supérieures, cent ou deux cents mille. Souvent les bailleurs apportent des sommes plus importantes. Donc là, il y a un trou dans le dispositif. Et c'est là où les bailleurs de fonds sont précieux parce qu'ils ont de la ressource moins chère et peuvent prendre plus de risques. »

    Ce sera la plate-forme Digital Africa qui se chargera d'identifier et d'épauler les statup qui bénéficieront de ces fonds. Digital Africa qui était au départ un simple concours de projets se transforme peu à peu en plateforme numérique, où les entreprises peuvent échanger leur expérience et trouver des partenaires. Un projet cher au cœur de Karim Sy, fondateur d'un instrument similaire, Jokkolab et qui est aujourd'hui membre du conseil présidentiel pour l'Afrique d'Emmanuel Macron.

    « Si on a une plateforme bienveillante qui protège les données des utilisateurs et qui n'est pas là juste à les prendre pour les donner à certains investisseurs, avec lequel on peut construire et qu'ils viennent sereinement pour développer leurs projets, accéder à des partenaires et à des financement, alors on voit bien qu'on a là de nouveaux modes d'actions, une interaction entre du local et du global. Le tout avec un partenaire public qui s'engage, ce qui est très nouveau. »

    Avec cette initiative Paris entend aider les start-up africaines à émerger mais espère aussi trouver une place de choix dans le secteur économique le plus dynamique et le plus innovant actuellement en Afrique.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.