GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
Dimanche 24 Juin
Aujourd'hui
Mardi 26 Juin
Mercredi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Electeurs sans empreintes en RDC: «A la Céni d’identifier les causes réelles»

    Le général Siaka Toumani Sangaré, chef de la mission d'audit de l'OIF sur fichier électoral en RDC. Reuters/Joseph Penney

    Verdict de la mission d'audit de l'OIF sur le fichier électoral en République démocratique du Congo : un fichier « inclusif, exhaustif et actualisé, mais perfectible ». C'est pour améliorer la qualité de ce fichier électoral que les élections ont été reportées deux fois. Or, selon la mission de l'OIF, il y a encore des enquêtes à mener ou des dispositions à prendre pour s'assurer de la crédibilité des élections. En 2011, ces dernières avaient été déclarées non crédibles par l'Union européenne pour de sérieux doutes sur 18% des suffrages exprimés. Aujourd'hui, pour 16,6% des électeurs, il n'y a pas d'empreintes digitales. Le général Siaka Toumani Sangaré est le chef de la mission d'audit. Il est l'invité de Sonia Rolley.

    RFR : général Sangaré, est-ce que vous êtes satisfait du fichier électoral de la RDC pour cette année 2018  ?

    Général Sangaré : Comparativement aux autres années, je pourrais nuancer quelque peu ma réponse. Mais je serai très satisfait si les recommandations qui ont été formulées sont mises en application.

    Parce que vous relevez notamment que 16,6% des électeurs ont été enregistrés sans empreinte digitale ?

    Oui. Ce problème des 16,6% d’électeurs a été une préoccupation majeure. Non seulement de l’équipe d’experts, mais de l’ensemble du comité d'audit. Une analyse a été menée. Mais malheureusement, cette analyse n’a pas pu identifier les motifs réels de l’absence d’empreintes et c’est cela qui est très gênant. Mais sur le plan juridique, il se trouve que la loi a laissé une porte ouverte à l’acceptation des électeurs sans empreinte. Et c’est pour cela que nous, à notre niveau, nous avons demandé qu’il y ait des investigations au niveau de la Céni (Commission électorale nationale indépendante, NDLR) pour identifier les causes réelles. Et nous avons mis un accent particulier sur l’affichage des listes provisoires. Les listes à l’état actuel doivent être affichées. Et cela appelle un contrôle populaire. C’est à cette occasion qu’on pourra vérifier la réalité de ces électeurs sans empreinte et des électeurs, aussi, qui font l’objet d’autres anomalies.

    Est-ce que cela veut dire que c’est possible que ces électeurs soient des électeurs fictifs ?

    Nous ne sommes pas en mesure de porter une appréciation objective. Ça, je le dis sur la réalité des 16,6%. C’est pour cela que nous demandons que des investigations beaucoup plus approfondies, à défaut pour nous de pouvoir aller sur le terrain pour faire des enquêtes, soient menées pour identifier les causes réelles de l’absence d’empreintes.

    Vous avez constaté que certains centres d’enrôlement n’avaient pas remis le reliquat de cartes vierges qui leur avait été attribué. Combien de centres sont concernés et pourquoi c’est grave ?

    En fait, il y a 97,7% de cartes vierges non utilisées qui ont été restituées, mais il manque effectivement 2,3% qui n’ont pas encore été restituées. Et nous avons formulé une recommandation dans ce sens-là. Non seulement il faut aller chercher le reliquat de ces cartes, mais il faut sanctionner ceux qui gardent ces cartes. Ça, c’est important. Mais toujours est-il que ces gens qui vont être enregistrés en dehors des listes électorales ne pourront pas voter, si la disposition que nous avons recommandée est prise, qui consiste à empêcher les détenteurs de cartes d’électeurs non-inscrits sur les listes électorales de voter.

    Surtout que la proportion d’électeurs que cela concerne, si on ajoute les 6 millions de doublons et de mineurs avec les 16,6%, plus les autres anomalies, on se retrouve avec 25% du corps électoral pour lequel on ne peut pas vérifier s’ils auraient le droit de voter véritablement ou pas pour cette élection.

    Je suis tout à fait d’accord avec vous, Madame. C’est pour cela que nous avons recommandé cette disposition. Le risque ne nous a pas échappé. Nous avons recommandé la prise de décisions pour lutter contre ce risque de fraudes ou ce risque d’irrégularités.

    Combien vous aviez prévu d’accroissement de population électorale depuis 2011 au niveau national ?

    30%.

    Comment vous expliquez que certaines circonscriptions perdent des électeurs depuis 2011 et que certaines ont un accroissement de 150% ?

    Si les recensements précédents avaient été correctement faits, il n’y aurait pas de raison que ces localités perdent des électeurs. Vous avez tout à fait raison. On s’interroge, effectivement, sur l’accroissement de la population électorale de certaines localités. Mais nous n’avons pas d’élément d’appréciation. Comme vous le savez, ici, le recensement général de la population date de 1984. Depuis lors, il n’y a jamais eu de recensement général de la population et il n’y a que des estimations qui sont faites par les démographes.

    Est-ce que cela veut dire que vous pouvez quand même garantir qu’il n’y a pas tricherie ou fraude, déjà, dans ces accroissements de population ?

    Non, nous ne pouvons pas garantir. C’est pour cela que nous avons demandé que les listes électorales provisoires soient affichées. Mais il y a un point, peut-être, qu’on aurait dû souligner, c’est que la Céni - les deux derniers jours - a accepté d’ouvrir le fichier électoral à l’examen de l’ensemble de la classe politique et la majorité a estimé que ce n’était pas nécessaire pour elle d’aller consulter le fichier. Par contre, l’opposition a délégué des ingénieurs pour aller faire des investigations dans le fichier, dans la base des données globale. Nous avons exigé cela, parce que c’est un facteur de renforcement de la transparence de l’opération d’audit.

    Qu’en est-il des forces de sécurité ? Elles n’ont pas le droit de voter en République démocratique du Congo. D’après les informations recueillies par Rfi, la Céni n’a pas eu accès aux noms de ces soldats et de ces policiers. Est-ce que ce n’est pas un risque également pour ce fichier ?

    Oui. Je n’ai pas du tout cette information, malheureusement.

    Vous recommandez également à la Céni d’écarter les électeurs qui n’auraient pas 18 ans le jour du vote parce que, évidemment, on a enrôlé au-delà du 23 décembre ?

    Oui, les électeurs doivent être isolés pour ne pas prendre part au scrutin. Ils sont au nombre de 400 000 environ.


    Sur le même sujet

    • RDC

      RDC: l'OIF livre son verdict sur le fichier électoral

      En savoir plus

    • RDC / Ebola

      Ebola en RDC: campagne de sensibilisation à Mbandaka

      En savoir plus

    • RDC / Environnement

      RDC: levée de boucliers contre l'exploitation pétrolière dans les Virunga

      En savoir plus

    • RDC

      RDC: la Cenco lance un appel à la responsabilité en vue des élections

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.