GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 18 Décembre
Mercredi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    L'agenda culture Afrique du 27 mai au 2 juin 2018

    Une voiture brûle au milieu d'une rue lors des violents affrontements entre les forces de l'ordre et les étudiants et ouvriers sénégalais à Dakar le 31 mai 1968. AFP

    Où sortir la semaine prochaine ? L’agenda culturel africain avec Anne Bocandé, rédactrice en chef d’Africultures. En 1968, une révolte estudiantine gagne peu à peu la société sénégalaise. Cinquante ans plus tard, que reste-t-il de la mémoire de ces événements ?

    C’est toute la question qui sera posée et débattue ce mardi 29 mai à l’Institut français de Dakar, lors d’un débat à 20h30 entre des soixante-huitards et des étudiants sénégalais d’aujourd’hui. Car en mai 1968 éclate en effet à l’université une révolte générale qui gagne peu à peu d’autres couches de la société sénégalaise.

    Elle prend pour point de départ une suspension de bourses d’accès à l’université, décidée par le gouvernement de Senghor, président de la République de l’époque. Les manifestations des grévistes et étudiants seront violemment réprimées, avec de nombreuses arrestations et même le déclenchement de l’état d’urgence pendant quelques jours.

    Pour beaucoup d’historiens, de journalistes, cette révolte estudiantine de 1968 à Dakar a modelé la vie politique au Sénégal et a été déterminante, notamment dans le cheminement vers le multipartisme.

    [Long format] Il y a 50 ans : Mai-68 dans le monde
    Découvrez notre long format RFI

    Coup d’envoi du Marché des musiques de l’océan Indien à La Réunion

    Jusqu’à jeudi, la 7e édition du Iomma, le Marché des musiques de l’océan Indien, se déploie dans plusieurs espaces de l’île de La Réunion. En tant que marché destiné aux professionnels, le programme propose évidemment des rencontres dédiées des temps de formations.

    Mais c’est aussi une programmation de concerts d’une trentaine d’artistes réunionnais et internationaux, des concerts gratuits dans différents espaces de l’île. L’un des chantres de la musique traditionnelle réunionnaise revisitée est le groupe Lindigo. Il se produit depuis quelques années déjà à l’international, et vient de sortir son dernier album Komsa Gayar.

    Un prélude au Sakifo, plus grand festival de musiques de l’océan Indien à partir de vendredi à La Réunion

    La 15e édition du festival Sakifo, qui signifie « ce qu’il faut » en créole réunionnais, se tient pendant trois jours avec des têtes d’affiche telles que la rappeuse britannique M.I.A, la chanteuse germano-nigériane AYO ou encore le rappeur franco-burundais Gaël Faye.

    Africultures a un coup de cœur pour un duo franco-congolais suivi depuis ses débuts, Tshegue, une force musicale qui détonne. Ils se produisent dimanche à minuit sur scène au Sakifo à La Réunion.

    Une nouvelle foire d’art contemporain à Douala

    À Douala se tient, le week-end prochain, une toute nouvelle foire d’art contemporain et du design : Douala Art Fair. Lancé par l’agence Omenkart, cette foire d’art contemporain se tient samedi et dimanche prochains à Douala, avec comme ambition affirmée de participer à la promotion des artistes camerounais localement, eux qui sont souvent surtout visibles à l’extérieur et sur les marchés internationaux.

    Parmi les artistes choisis pour cette première édition par le commissaire Landry Mbassi, notons la présence des œuvres du peintre Jean David Nkot, de celles de Yvon Ngassam ou encore de Barthélémy Toguo.

    Hommage à Kassé Mady Diabaté

    Et on termine en musique. Hommage ce matin à Kassé Mady Diabaté qui vient de disparaître. Comme nous l'écrivions en 2014 sur Africultures à l'occasion de la sortie de son 5e album solo, Kassé Mady Diabaté est descendant de l'une des familles de djélis, les griots, les plus réputés de l'empire mandingue, les Diabaté de Kéla.

    Depuis 50 ans, sa voix sonne dans toutes les radiocassettes, ou sur les ondes des radios d'Afrique occidentale. On lui rend hommage ce matin avec le titre « Koulandjan ».

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.