GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Détroit d'Ormuz : Londres dénonce «la saisie inacceptable» de «deux navires» par l'Iran
    • Pétrolier «confisqué»: Washington dénonce la «surenchère de la violence» de l'Iran
    • Iran: les Gardiens de la révolution disent avoir «confisqué» un tanker britannique
    • Tensions entre Séoul et Tokyo: Trump se dit prêt à aider
    • Drone iranien: «Aucun doute, nous l'avons abattu» (Trump)
    • Tour de France 2019: Alaphilippe remporte le contre-la-montre et conforte son maillot jaune

    L’Europe a-t-elle perdu l’Italie ?

    Le président italien Sergio Mattarella et le nouveau premier ministre nommé, Carlo Cottarelli. Italian Presidential Press Office/Handout via REUTERS

    C'était le 4 mars dernier, une journée particulière en Italie, les élections générales dominées par deux partis antisytème : la Ligue à l'extrême-droite, et le Mouvement 5 étoiles, parti plus inclassable mais résolument anti-européen et anti-austérité. Au nom du peuple italien, leurs dirigeants ont tenté d'imposer à la présidence du conseil, l'économiste Giuseppe Conte et surtout au poste clé du ministère de l'économie Paolo Savona, vieux briscard de la politique italienne qui n'a de cesse de dénoncer tous ceux, forcément affreux sales et méchants qui depuis Bruxelles imposent leur diktat à Rome. Veto du président italien Sergio Mattarella, c'était le weekend dernier, autant dire un siècle. Depuis on assiste à un mauvais remake du Bon, la Brute et le Truand, chacun dans ce psychodrame italien s'attribuant le beau rôle. Aux cris d'orfraies de Matteo Salvini, le patron de la Ligue et de Luigi di Maio celui du Mouvement 5 Etoiles, le président italien répond qu'il est le garant de la Constitution, pas question pour le chef de l'Etat de se lancer dans l'Avventura d'une possible sortie de l'Euro sans avoir auparavant consulté les électeurs sur cette question précise. On se dirige donc vers de nouvelles élections, y a-t-il un risque qu'entre Rome et Bruxelles les électeurs choisissent un divorce à l'Italienne ? C'est notre débat du jour.

    Pour en débattre :

    - Francesco SARACENO, chercheur à l’OFCE et membre du conseil scientifique de l’université libre des sciences économiques et sociales, à Rome. Auteur du livre "L'économie à l'épreuve des faits: Comprendre les controverses du passé pour éclairer les défis de la société", RB éditions

     

    - Frédéric ATTAL, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Valenciennes.

     

    Rejoignez Le débat du jour surFacebook ou sur Twitter.

     

    Prochaine émission

    Faut-il instaurer des quotas d'immigration en France?

    Faut-il instaurer des quotas d'immigration en France?
    Les quotas d'immigration se réinvitent dans le débat public français. C'est le ministre de l'intérieur Christophe Castaner qui en a parlé, récemment, dans la presse, mais il n'est pas le premier. Emmanuel Macron les évoquait sans les nommer, dans sa lettre (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.