GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
Aujourd'hui
Lundi 25 Juin
Mardi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Reconnaissance faciale pour primates

    Les chercheurs de l'université d'État du Michigan ont imaginé recourir aux systèmes de reconnaissance faciale afin de lutter contre le trafic des animaux. Getty/Jason Auch

    Des scientifiques américains ont développé un système de reconnaissance faciale pour identifier certains primates qui seraient menacés d’extinction. Ce dispositif couplé à un programme d’intelligence artificielle s’intègre dans des smartphones, son utilisation ne génère pas de stress chez les animaux comme c’est le cas lors de leur capture pour la pose de puces électroniques d’identification.

    Pour tenter d’enrayer les agressions constantes contre les espèces en voie de disparition, les associations de protection emploient déjà diverses technologies de pointe sur le terrain. La géolocalisation des animaux en danger est l’une des méthodes les plus utilisées actuellement. Elle nécessite cependant de les capturer afin de les équiper de puces électroniques, un procédé efficace mais qui génère du stress pour les individus ainsi appareillés et se révèle à l’usage onéreux. Il en coûterait entre 400 et 4 000 dollars par unité posée et selon le type de dispositif qui a été employé. C’est la raison pour laquelle, les chercheurs américains de l'université d'État du Michigan ont imaginé recourir aux systèmes de reconnaissance faciale afin de lutter contre le trafic des animaux.

    Ils ont concentré leur effort de recherche sur les singes dorés, les lémuriens et les chimpanzés en établissant une base de données composée de milliers de photos de ces trois espèces menacées. Le programme d’intelligence artificielle qui a été entrainé à les distinguer spécifiquement parmi la multitude des clichés présente une fiabilité supérieure à 90%, indiquent les scientifiques. L’algorithme de détection par image se télécharge dans des Smartphones équipés du système Androïd et fonctionne avec l’appareil photo du mobile. L’Appli qui se nomme PrimID propose, en cas de doute, une liste de cinq animaux déjà répertoriés en affichant une probabilité de ressemblance pour chacun.

    Les clichés de référence sont accompagnés de multiples indications concernant l’origine, l’âge et la date de disparition de l’animal. « Par exemple, si un grand singe est capturé et identifié avec sa photographie ailleurs que dans son habitat d’origine, notre système le détectera permettant ainsi de prévenir les futurs trafics d’animaux », précisent les chercheurs américains.

    En offrant cette alternative moins invasive pour contrôler le commerce des espèces en voie de disparition, les scientifiques rappellent que plus de 22 000 grands singes ont été victimes de vente illégale au cours des six dernières années.

    Il y a donc péril en la demeure et si rien n’est fait pour les protéger, ils partageront le même destin que les éléphants ou les rhinocéros, qui, dans moins de dix ans, auront totalement disparu de la surface de la Terre.

    Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.