GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 22 Octobre
Mardi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Israël rouvre l'entrée de Gaza aux marchandises et aux personnes (officiel)
    • Israel reporte sine die la démolition d'un village bédouin en Cisjordanie (communiqué)

    Le Projet d'Appui à la filière de l'Anacarde au Mali (PAFAM) (Rediffusion)

    Mme Kongo Baba, coordinatrice nationale du projet PAFAM, sur le stand du Mali au dernier Salon international de l’agriculture de Paris. RFI/Sayouba Traoré

    Aujourd’hui, nous allons parler de la valorisation de l’anacardier au Mali. C’est un arbre qui produit un fruit à double usage : la pomme de cajou et la noix de cajou. Pour cela, retour au dernier Salon international de l’agriculture de Paris, sur le stand de la République du Mali.

    L’anacardier est originaire d’Amérique du Sud. L'arbre à noix de cajou se cultive en situation ensoleillée et chaude dans un sol léger et sablonneux, pouvant aussi être pauvre. Et c’est pour ces raisons que l'arbre est bien implanté en Afrique de l'Ouest. L'anacardier a souvent été planté pour fixer les dunes et les avancées désertiques. Il sert également de coupe-vent pour les cultures. L'arbre qui pousse jusqu'à une hauteur de quatre à cinq mètres doit profiter d'un bon ensoleillement pour assurer une bonne fructification.

    Au Mali, l’arboriculture de l’anacardier concerne essentiellement trois régions : la région de Kayes, la région de Sikasso, et la région de Koulikoro. Ce végétal a été importé du Brésil au début des années 60 et son exploitation est très rapidement devenue une tradition. Toutefois, c’est une exploitation artisanale sur des petites plantations et avec des moyens rudimentaires pour la transformation. Ce qui ne permet pas de générer un réel bénéfice. Ce qui explique la naissance du Projet d'appui à la filière de l'anacarde au Mali, ou PAFAM. Ce projet a des objectifs multiples : contribuer à la lutte contre la pauvreté, pour un développement durable et la réduction de l'émigration par la mise en valeur de la filière de l'anacarde.

    Précisons que l’action concerne les Cercles de Kayes, Bafoulabé, Kénieba et Kita (dans la région de Kayes), les cercles de Bougouni, Kadiolo, Koutiala, Sikasso, Yanfofila et Yorosso (dans la région de Sikasso), les cercles de Dioila, Kangaba et Kati (dans la région de Koulikoro).

    Invités :

    - Mme Kongo Baba, coordinatrice nationale du Projet d'appui à la filière de l'anacarde au Mali (PAFAM)

    - Mamadou Bafin Kané, planteur et transformateur d’anacarde à Bougouni dans la région de Sikasso

    Production : Sayouba Traoré
    Réalisation : Ewa Moszynski


    Sur le même sujet

    • Afrique Économie

      La progression de la filière anacarde au Mali

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      Côte d’Ivoire: premier producteur mondial d’anacarde depuis 2015

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Le Centre national d’Insémination artificielle animale du Mali

    Le Centre national d’Insémination artificielle animale du Mali
    Aujourd’hui, nous allons parler d’insémination artificielle pour l’amélioration génétique des races locales dans les pays du Sahel, avec l’exemple du Mali, pays qui s’est doté d’un (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.