GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Angela Merkel avance en freinant sur la réforme de la zone euro

    Angela Merkel lors de sa visite à Lisbonne, le 31 mai 2018. REUTERS/Rafael Marchante

    Dans un entretien donné hier au « Frankfurter Allgemeine Zeitung », Angela Merkel détaille sa vision des réformes de la zone euro en faisant des concessions à Emmanuel Macron. Est-ce assez pour donner un nouveau souffle à l’union monétaire ?

    Le premier mérite des précisions apportées par la chancelière allemande c’est de donner du grain à moudre au tandem franco-allemand et donc de le remettre en selle. Il est temps ! Cela fait huit mois que le président Macron a formulé sa vision des réformes, dans son discours de la Sorbonne, et huit mois donc qu’il attend une réaction étoffée de Berlin. L’Elysée se réjouit de voir que la chancelière soutient les deux grandes propositions françaises pour la zone euro. Un fonds monétaire européen à activer en cas de crise, et un fonds d’investissement pour soutenir la croissance. Le couple franco-allemand peut donc se mettre au travail pour finaliser la feuille de route qui sera soumise aux Vingt-Sept lors du sommet prévu à Bruxelles à la fin du mois.

    Angela Merkel est favorable à une plus grande convergence des économies de la zone euro, mais pas à n’importe quel prix

    A un prix qui doit rester modique, c’est le moins qu’on puisse dire. Quand Emmanuel Macron rêve d’un fonds d’investissement de 200 milliards d’euros pour doter l’Europe de champions de l’intelligence artificielle par exemple, Angela Merkel pense plutôt à un fonds doté d’une dizaine de milliards d’euros. Fidèle à une gestion rigoureuse de l’argent public et à la tradition démocratique allemande, la chancelière n’imagine pas un seul instant distribuer de l’argent sans que les parlementaires de chaque pays ne puissent contrôler l’usage qui en est fait. Quant au fonds monétaire à l’européenne qui a vocation à soutenir un pays en crise, là encore Angela Merkel insiste sur ses limites.

    « La solidarité ne doit jamais conduire à une union de l’endettement » prévient la chancelière

    L’Allemagne aujourd’hui comme hier ne financera pas la dette de l’Italie par exemple. La mutualisation de la dette n’est toujours pas d’actualité. Le fonds européen prendrait la suite de l’actuel mécanisme européen de stabilité employé pour soutenir la Grèce. Dans l’esprit de la chancelière, il pourrait même être comme le FMI, un levier pour imposer des réformes structurelles aux pays bénéficiaires. La chancelière accepte que ce fonds puisse être activé à titre préventif, pour soutenir un pays en difficulté avec un prêt à court terme, sur 5 ans. Mais là encore avec des conditions strictes : seulement si les difficultés rencontrées viennent de l’extérieur. Et enfin le dispositif reste contrôlé par les Etats. Pas question d’en faire un mécanisme automatique mis en œuvre par la seule commission.

    Ce sont des réformes a minima que propose la chancelière

    Très loin des ambitions du président Macron. Au moment où l’appartenance de l’Italie à la zone euro est à nouveau remise en question, Angela Merkel a fini par lâcher du lest. Et aussi parce que le contexte mondial lui est moins favorable. En imposant à l’Europe une hausse des droits sur l’acier et l’aluminium, Donald Trump veut surtout s’en prendre à l’Allemagne, pays avec lequel les Etats-Unis accusent un important déficit commercial. La chancelière préserve l’essentiel, la vision allemande de la solidarité européenne. Il faut dire que Berlin est loin d’être isolé. Huit autres pays ont signé une déclaration avec les Pays-Bas hostiles à la hausse du budget européen.

    EN BREF

    En France, l’Etat pourrait céder sa participation dans Air France au groupe Accorhotel. Cela fait longtemps que l’hôtelier convoite la compagnie et il a donc confirmé ses intentions au quotidien Les Echos, l’Etat de son côté n’a pas voulu commenter. Cette opération pourrait bouleverser le destin de la compagnie. Car le soutien indéfectible de l’Etat est souvent perçu comme une gêne dans la gouvernance de l’entreprise. Air France est aujourd’hui en pleine crise, déstabilisée par le départ du PDG Jean-Marc Janaillac. Il n’a pas réussi à trouver une issue à la grève des salariés français.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.