GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 12 Août
Lundi 13 Août
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Aujourd'hui
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Inde: décès de l'ancien Premier ministre Vajpayee (officiel)
    • Inde: au moins 86 morts dans les inondations dans l’Etat du Kerala (nouveau bilan officiel)
    • Etats-Unis: la chanteuse américaine Aretha Franklin, «la reine de la soul», est décédée à son domicile à Detroit à l’âge de 76 ans.
    • Turquie: le ministre des Finances écarte toute aide du FMI, privilégie les investissements
    • Erdogan et Macron soulignent l'«importance de renforcer» les liens économiques entre la France et la Turquie (Ankara)
    • Nouveau patron d'Air France: le CA «se prononcera ce soir», le représentant de l'Etat votera Smith (Le Maire)
    • Mali: réélection d'Ibrahim Boubacar Keïta, édition spéciale sur RFI à partir de 12h10 TU (14h10, heure de Paris)
    • Elections européennes 2019: veto du président polonais à une réforme qui élimine les petits partis
    • Patron d'Air France-KLM: Benjamin Smith (Air Canada) a «un excellent profil» pour Bruno Le Maire

    A la Une: l’apaisement à Madagascar ainsi qu’en Ethiopie

    Christian Ntsay, le nouveau Premier ministre malgache, le 6 juin 2018. Sarah Tétaud/RFI

    On commence par la Grande Ile : la crise politique a marqué une pause avec la nomination du nouveau Premier ministre en début de semaine. Rappelons que Madagascar est secoué depuis fin avril par une fronde de l’opposition, qui organise quotidiennement des manifestations dans le centre de la capitale. L’opposition qui dénonce des lois électorales controversées et qui demande le départ du président, élu en 2013.

    Ce n’est donc pas le président qui a quitté ses fonctions, mais c’est le Premier ministre, qui a été remplacé par Christian Ntsay, un haut-fonctionnaire international.

    « La nomination de Christian Ntsay à la primature a été faite pour permettre un retour à la normale, relève Midi Madagascar. C’était, affirment certains analystes, la meilleure solution. Elle a satisfait les acteurs politiques les plus réalistes et elle ne déplait pas à la communauté internationale ne voulant pas voir le blocage s’éterniser. (…) La machine administrative doit de nouveau se remettre en marche, estime Midi Madagascar. Ces deux mois de crise ont perturbé la vie de la nation. La reprise va être difficile et l’on souhaite qu’elle se fasse le mieux possible. »

    « Le temps semble être à l’apaisement », renchérissent Les Nouvelles. « Les déclarations contradictoires se sont apaisées pour faire place aux débats sur la composition du futur gouvernement devant refléter le consensus souhaité. D’aucuns s’interrogent pourtant, poursuivent Les Nouvelles, sur la durée de cette stabilité sur fond houleux risquant de présager une autre crise plus forte encore. » Car, précise le quotidien malgache, « les députés du changement s’attendent toujours au déboulonnage du N°1 du régime, accusé de tous les maux depuis son accession au pouvoir. »

    Un parfum de fin de règne…

    En tout cas, pour Jeune Afrique, « si la Haute Cour constitutionnelle n’a pas osé déchoir le très contesté chef de l’État, le rappel à l’ordre qu’elle lui a signifié (en exigeant la désignation d’un Premier ministre de consensus), ce rappel à l’ordre a ouvert de facto la course à sa succession. Et la nomination, lundi, de Christian Ntsay au poste de Premier ministre ne change rien, estime Jeune Afrique, au parfum de fin de règne qui flotte sur Antananarivo. »

    « L’objectif est clair, affirme cette députée de l’opposition citée par Jeune Afrique : sortir les gens de la rue en leur faisant miroiter les urnes », à savoir la présidentielle anticipée, à laquelle doit désormais s’atteler le nouveau Premier ministre.

    En attendant, Christian Ntsay doit former un gouvernement d’union nationale. Et ça ne sera pas chose aisée, estime Le Pays au Burkina : « le partage du gâteau risque d’achopper à tout point de vue, affirme le quotidien ouagalais. Chaque parti politique voudra s’adjuger la part du lion ; toute chose qui pourrait faire traîner en longueur les choses. Or, conformément aux injonctions de la Haute Cour constitutionnelle, le nouveau Premier ministre a jusqu’au 12 juin au plus tard, pour dévoiler la composition de la nouvelle équipe gouvernementale. Y parviendra-t-il ? Difficile d’y répondre pour l’instant. »

    Ethiopie : « Abiy Ahmed organise la décrispation »

    A la Une également, l’apaisement, donc, en Ethiopie…

    « Éthiopie : Abiy Ahmed organise la décrispation, s’exclame Le Point Afrique. Levée de l’état d’urgence et main tendue à l’Érythrée en parallèle à une ouverture économique accrue : un vent nouveau souffle sur l’Ethiopie. (…) Bien plus que de nouveaux signes d’apaisement, c’est l’occasion pour le pays de renforcer son ancrage démocratique et de répondre dans une certaine mesure aux urgences économiques. »

    Le quotidien Libération à Paris insiste justement sur la nouvelle politique économique d’ouverture voulue par le Premier ministre éthiopien. C’est « un cap vers le libéralisme », constate le quotidien français, « avec l’ouverture du capital des grandes entreprises publiques, dont la compagnie aérienne Ethiopian Airlines. Une opportunité pour l’aéroport d’Addis Abeba devenu un hub. »

    En effet, précise Libération, « le pays tire profit de sa situation géographique privilégiée pour les lignes à destination du reste de l’Afrique, de l’Europe, du Moyen-Orient mais aussi de l’Asie. Cette décision concerne également Ethio Telecom, l’entreprise publique de télécoms, et la compagnie d’électricité publique. La coalition au pouvoir a par ailleurs précisé mardi que les chemins de fers, les parcs industriels et nombre d’usines publiques pourraient être complètement privatisés. De quoi aiguiser l’appétit du groupe de télécoms africain MTN, qui n’a pas caché son intérêt de cette prochaine ouverture du marché éthiopien. »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.