GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Tanzanie: plus de 40 morts dans le naufrage d'un ferry sur le lac Victoria (autorités)
    • Etats-Unis: plusieurs morts et blessés lors d'une fusillade dans le Maryland (police)

    A la Une: J – 4 avant le Mondial de foot

    Cette photo, prise le 5 juin 2018, montre l'artiste vietnamien Vuong Hong Nhat qui pulvérise de la peinture couleur or sur un modèle en plâtre du trophée de la Coupe du monde de football lors d'un atelier à Hanoi. AFP/Nhac Nguyen

    Une fois encore, les dirigeants politiques s’invitent à ce rendez-vous planétaire qu'est le Mondial de football.

    Témoin Emmanuel Macron: le président français a accordé une interview au magazine « Téléfoot », produit et diffusé aujourd’hui par plusieurs chaînes du groupe de télévision TF1.

    Témoin, son prédécesseur François Hollande, qui, lui, a choisi L’Equipe Magazine pour dire que « grâce au foot, (il a) aimé les gens » !

    La presse magazine est bien sûr au rendez-vous de ce Mondial. Et les stars du foot aussi. C’est le cas par exemple de l’Egyptien Mohamed Salah dont l’éclatant sourire illumine la Une de ce même hebdomadaire L’Equipe Magazine, dans lequel l’attaquant de Liverpool dit dans un grand éclat de rire que son ambition en Russie est de « gagner la finale » !

    Or, il est rappelé que lors de la finale de la Ligue des champions, l’espagnol du Real de Madrid Sergio Ramos a sérieusement blessé Mohamed Salah, L’Equipe Magazine souligne que cette blessure a déclenché « la fureur du peuple égyptien » et que « le hasard du tirage au sort laisse planer la possibilité d’un huitième de finale entre l’Egypte et l’Espagne ». Sergio Ramos n’aurait alors, qu’à bien se tenir.

    Foot : la fièvre monte

    On le voit, la tension autour du Mondial est montée de plusieurs crans dans les rédactions ces derniers temps. Dans les kiosques, le lecteur à l’embarras du choix parmi les hors séries consacrés à la Coupe du monde de football. En vrac, des souvenirs à la pelle dans une édition spéciale de L’Equipe intitulée « France 98 : à jamais les premiers », avec, en prime, un poster de Laurent Blanc et du gardien de but français Fabien Barthez, le premier embrassant le crâne chauve du second.

    La revue So Foot propose 200 pages de contenu à ses lecteurs, avec, notamment, un entretien avec Vladimir Poutine dans lequel le président russe confesse qu’il « n’aime pas le football ».

    Et même Le Journal de Mickey y est allé d’un hors série à l’attention des plus jeunes supporters, mais là, c’est un poster de Kylian M’Bappé qui est offert.

    Justement. Les Cahiers du Football sont allés enquêter près de Paris dans la ville de Kylian M’Bappé où « les gamins rêvent tous de devenir joueurs professionnels, explique l’ancien entraîneur de M’Bappé. Kylian, c’est le catalyseur de leurs rêves, la preuve que c’est possible », dit-il aux Cahiers du Football.

    Terrorisme : le cerveau

    Les enquêteurs ont identifié le chef du commando des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et à Bruxelles en 2016. Son nom est Oussama Atar et son visage est en Une du Journal du Dimanche qui le présente comme le « cerveau » de ces attentats. L’homme est vraisemblablement mort et son frère a été extradé vers Paris cette semaine.

    Guéant : l’esprit de famille

    Claude Guéant est de retour, avec de nouvelles révélations sur l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy. Selon Paris-Match, l’ancien ministre de l’Intérieur, déjà mis en examen dans plusieurs affaires qui se sont déroulées lors du quinquennat précédent, aurait aussi « été rémunéré par un sulfureux milliardaire turc », du nom de Cem Uzan.

    Claude Guéant aurait expliqué aux enquêteurs « avoir été embauché » par une société du nom de Jordan Dubai Capital, un fonds d’investissement appartenant à cet homme d’affaires, emploi pour lequel il aurait été « rémunéré 100 000 euros par an », énonce Paris-Match.

    Selon ce journal, Jean-Charles Charki, « gendre » de Claude Guéant, aurait également été recruté « en mars 2017 » par le frère de Cem Uzan, un certain Murat Hakan Uzan, pour diriger la filiale française d’un fabricant de smartphones « de luxe », la société Vertu. Cette démonstration d’esprit de famille telle que décrite par Paris-Match permet à cet hebdomadaire d’affirmer que « l’étau se resserre autour de Claude Guéant ».

    Cantat : casser la voix

    Le revoilà lui aussi : Bertrand Cantat est une fois encore à la Une, avec cette question : « a-t-il le droit de chanter ? » C’est L’Obs qui la pose, tant les apparitions publiques de l’ex-chanteur de Noir Désir donnent lieu à des manifestations d’hostilité de la part de certaines militantes féministes trouvant qu’il n’a pas assez payé pour les « coups mortels » sur sa compagne Marie Trintignant.

    Pour L’Obs, en tout cas, la coupe est pleine. « Le tsunami #Metoo ne doit pas bousculer l’Etat de droit ou entraver la liberté d’expression, martèle cet hebdomadaire. Les artistes sont des femmes et des hommes comme les autres ; ni plus ni moins vertueux. Si l’on devait rayer de la carte des œuvres des misogynes, des sexistes, des homophobes, des réactionnaires, des alcooliques, des drogués et des fous, il n’y aurait plus de culture. Gare aux dérapages du politiquement correct ! », tonne L’Obs.

    Francs-maçons : le bras de fer avec Macron

    Eux également, les revoilà encore, les francs-maçons. Mais cette semaine, il est question de leurs relations devenues tendues avec Emmanuel Macron. C’est Le Figaro-Magazine qui plante cette semaine tout un marronnier pour décrire ce qu’il appelle « le bras de fer » entre le président français et les francs-maçons, étant rappelé que dans la presse, les marronniers sont ces sujets récurrents qui reviennent dans les moments creux, les francs-maçons étant de loin le plus feuillu desdits marronniers.

    Mais cet hebdomadaire a remarqué dans l’agenda du président une visite au pape François au Vatican à la fin de ce mois. Alors rien ne va plus entre Emmanuel Macron et les « frères » maçons, « c’est la crise de confiance », affirme ce journal.

    Pourtant, « tout avait bien commencé » entre eux, rappelle Le Fig Mag, la « tenue blanche fermée » d’Emmanuel Macron au grand temple Arthur Groussier du Grand Orient de France, rue Cadet, durant la campagne électorale, « avait été appréciée », à tel point que Jean-Laurent Turbet, un « frère socialiste » de la Grande Loge de France avait « décidé de créer le Cercle Camille-Desmoulins, une “fraternelle” de soutien au président élu, laquelle rassemble actuellement plusieurs centaines de membres », affirme Le Figaro Magazine.

    Mais quelques discours présidentiels plus tard, « l’orage a commencé à poindre dès l’automne avec l’Elysée », les tensions ayant « encore franchir un seuil ces dernières semaines. Car le discours, dense et mûrement réfléchi, du président devant la Conférence des évêques de France, au collège des Bernardins, le 9 avril, a été perçu par certains frères comme une véritable provocation », souligne Le Fig Mag. Qui le souligne : « pour déminer le débat, l’Elysée prévoit de recevoir prochainement toutes les obédiences maçonniques ». Emmanuel Macron sous le maillet ?

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.