GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Foot: le Mondial très politique de Poutine

    Le président russe Vladimir Poutine en conférence presse à Sotchi, vendredi 18 mai 2018. REUTERS/Sergei Karpukhin

    Un mois de football pour redorer l’image d’un pays. Le coup d’envoi de la 21e édition de la Coupe du monde de football sera officiellement donné ce jeudi 14 juin au stade Loujniki de Moscou. Rien ne devra perturber l’événement. Le chef du Kremlin en a fait un objectif national. Il s'agit de montrer au monde entier le meilleur visage du pays et surtout de redresser l’image de son pouvoir, très abîmée après l’annexion de la Crimée en 2014, et le conflit dans l’est de l’Ukraine. Analyse de Pascal Boniface, directeur général de l’Iris. Il vient de publier « L'Empire Foot - Comment le ballon rond a conquis le monde » chez Armand Colin et « Planète football », aux éditions Steinkis.


    Sur le même sujet

    • Football

      Coupe du monde 2018: les supporters envahissent Moscou [Vidéo]

      En savoir plus

    • Aujourd'hui l'économie

      Russie 2018: la Coupe du monde des marques

      En savoir plus

    • 07H15

      14 juin 2018 - Russie 2018

      En savoir plus

    • Reportage International

      Dans l'antre du Spartak, le club le plus titré de Russie

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Futur gouvernement en Espagne: «Le problème de fond, c’est la question de la Catalogne»

    Futur gouvernement en Espagne: «Le problème de fond, c’est la question de la Catalogne»
    Les négociations autour de la formation du futur gouvernement ont commencé en Espagne, mais elles se sont vite retrouvées dans l'impasse. Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez refuse d'intergrer Pablo Iglesias, le chef du parti de gauche Podemos (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.