GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 18 Décembre
Mercredi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Attentat de Strasbourg: deux suspects en garde à vue, soupçonnés d'être liés à la fourniture du revolver
    • ArcelorMittal: arrêt définitif de la production d'acier brut à Florange (communiqué)
    • France: procès requis contre l'ex-ministre Jean-Jacques Urvoas pour violation du secret professionnel (parquet général)
    • Numérique: la France débutera le prélèvement de la taxe Gafa dès le 1er janvier 2019 (Le Maire)
    • Une armée du Kosovo est «irréversible», selon le président kosovar Hashim Thaci avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU
    • Brexit: accord entre la Suisse et la Grande-Bretagne sur le maintien des règles en vigueur dans le transport aérien

    Visite du chancelier autrichien Kurz à Berlin: Angela Merkel isolée sur le dossier des migrants

    Le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer (D) et le chancelier autrichien Sebastian Kurz (G) se serrent la main après une conférence de presse à Berlin, en Allemagne, le 13 juin 2018. REUTERS/Joachim Herrmann

    Le chancelier conservateur autrichien Sebastian Kurz, à la tête d'une coalition avec l'extrême droite, était en visite à Berlin ce mercredi 13 juin. Il a notamment rencontré Horst Seehofer, le très conservateur ministre de l'Intérieur d'Angela Merkel, et annoncé la création d'un axe entre Berlin, Vienne et Rome pour lutter contre l'immigration illégale. Quel est le projet des ministres ?

    de notre correspondante à Berlin,

    Sebastian Kurz, dont le pays prend la présidence tournante de l'UE le 1er juillet, a parlé à Berlin d'un « axe des volontaires dans la lutte contre l'immigration illégale ». C'est aussi un axe de ministres dont le discours flirte avec celui de l'extrême droite. L'Autriche est  notamment favorable, tout comme le ministre allemand de l'Intérieur, à la création de centres de regroupement fermés, dans lesquels les demandeurs d'asile devraient séjourner pendant toute la procédure d'examen de leur dossier. En Allemagne il faut compter en moyenne huit mois. De tels centres se trouveraient idéalement en dehors de l'UE pour le chancelier autrichien. La presse allemande évoque des îles dépeuplées de Grèce ou l'Albanie. « Les réfugiés y seraient protégés, mais ne bénéficieraient pas des avantages de l'Europe occidentale », insiste Sebastian Kurz, qui dit « vouloir agir avant la catastrophe », à cause de nouvelles évolutions de la route albanaise. En clair, Kurz veut éviter l'arrivée comme en 2015, d'une nouvelle vague de plusieurs centaines de milliers de personnes vers l'Europe.

    Est-ce aussi la position d'Angela Merkel ?

    Angela Merkel a modifié son discours depuis 2015. Elle aussi est favorable à une limitation de l'immigration. Surtout depuis le succès du parti d'extrême droite AfD aux législatives de septembre dernier, qui a connu une entrée fracassante au Bundestag.

    La bonne entente affichée par son ministre de l'Intérieur et le chancelier autrichien affaiblit sa position. Angela Merkel veut en effet parvenir fin juin à un accord européen sur le dossier des migrations. Elle rejette donc toute initiative bilatérale ou tripartite, telle que celle présentée par Horst Seehofer et le chancelier autrichien. Son problème: elle semble de moins en moins suivie sur ce point au sein du camp conservateur en Allemagne.

    Certains media vont jusqu'à  parler d'isolement d'Angela Merkel...

    « Angela Merkel a le dos au mur, estime le Spiegel. La pression d’une partie de la presse populaire, l’agitation permanente entretenue par l’AfD contre la politique allemande des réfugiés, les remontées en provenance de leurs circonscriptions expliquent que beaucoup de députés de la CDU et de la CSU veulent voir l’Allemagne enfin durcir sa politique de l’asile. Surtout les chrétiens-sociaux qui ont les yeux rivés sur les élections régionales en Bavière à l’automne. »

    Entre Angela Merkel et son ministre de l'Intérieur, qui ne se sont jamais appréciés, rien ne va plus.  Horst Seehofer a dû annuler la présentation de son « masterplan migration » prévue pour mardi. Le ministre annonçait dans la foulée qu’il ne participerait pas mercredi à la conférence sur l’intégration organisée par sa cheffe « pour des raisons de calendrier ».

    Le partenaire de coalition de la CDU-CSU, les sociaux-démocrates, se tiennent pour l’instant en dehors de ce débat interne au camp conservateur qui menace de faire imploser la coalition.


    Sur le même sujet

    • Migrants/Italie

      A bord de l'Aquarius, des migrants éprouvés en route vers l'Espagne [témoignage]

      En savoir plus

    • Allemagne / Autriche

      Création d’un axe entre Berlin, Vienne et Rome contre l’immigration illégale

      En savoir plus

    • UE / Droit d'asile

      Le Danemark et l’Autriche veulent des camps d'expulsés aux portes de l'Europe

      En savoir plus

    • Bonjour l'Europe

      Autriche: les réfugiés, cible des coupures dans les aides sociales

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.