GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: jeux vidéo, attention danger!

    Les «streamers» Ninja et Marshmello lors de leur victoire au tournoi «Fortnite» organisé par Epic Games, devant près de 1.46 millions de spectateurs (sur place et derrière leur écran) le 12 juin 2018. AFP/Christian Petersen

    « Lundi, relate Libération, l’Organisation mondiale de la santé, l’OMS, a présenté son projet pour la onzième révision de sa classification internationale des maladies, qui sera officiellement approuvée en mai 2019. Une opération loin d’être anecdotique, la dixième révision remontant à 1990. Au sein de la section consacrée aux troubles mentaux liés aux comportements addictifs, on trouve un nouvel entrant aux côtés des jeux d’argent : le jeu vidéo. Une décision qui peut surprendre, pointe Libération, car il s’agit d’une pratique ludique très populaire (on parle de 2,5 milliards de joueurs à travers le monde*) qui semble bien éloignée, en matière de risques pour la personne, des drogues dures, de l’alcool ou encore du tabac. »

    Et pourtant, les accrocs aux jeux vidéo peuvent présenter des troubles graves pouvant avoir des répercussions sur la vie sociale, professionnelle, scolaire ou familiale.

    Et c’est vrai, reconnait Libé, « on sait que certains producteurs conçoivent leurs jeux précisément pour susciter chez les joueurs non un surcroît de vivacité ou d’intelligence, mais une pure et simple addiction, qui se traduit par un mode de vie légumier et, dans les cas extrêmes, par un retrait du monde. En tirant la sonnette d’alarme, l’OMS ne dénigre en rien un passe-temps inoffensif pour la plupart des joueurs, relève encore Libération, même si l’usage massif de la violence symbolique, qu’on stigmatise par ailleurs, a parfois quelque chose d’écœurant pour l’observateur candide. Nulle interdiction là-dedans, nulle mise à l’index : une incitation discrète à l’examen de conscience des créateurs. Faut-il s’en formaliser ? »

    Les jeunes particulièrement exposés

    Et il n’y a pas que les jeux vidéo, pointe pour sa part Le Figaro. Les problèmes d’addiction concernent tous les écrans : téléphones portables, tablettes, ordinateurs. Et il n’y a pas que les adultes à être concernés, il y a aussi et surtout les jeunes, les ados, et les tout-petits.

    « L’année dernière, relève Le Figaro, un cri d’alerte lancé par le docteur Anne-Lise Ducanda, médecin de la Protection maternelle et infantile dans l’Essonne, a donné naissance au collectif Surexposition écrans. Ces experts ont dressé la liste inquiétante des troubles des enfants en élémentaire: "d’importantes difficultés dans les apprentissages, des difficultés globales de compréhension, des difficultés à mobiliser une attention soutenue, une maladresse à utiliser les objets du quotidien, un intérêt limité porté à leur environnement (objets et personnes) hormis les écrans". Chez les adolescents, les spécialistes notent aussi "un nombre de plus en plus important d’enfants souffrant de difficultés de concentration, entraînant des difficultés d’apprentissage sévères, un rapport addictif aux écrans pouvant conduire à leur déscolarisation". »

    Alors, attention, s’exclame aussi Le Figaro, d’autant que nombreux sont « les mea culpa prononcés par d’ex-cadres de Google et de Facebook, qui, les uns après les autres, se font les plus intransigeants apôtres de la déconnexion… La propension des cadres californiens à envoyer leurs enfants dans des écoles d’élite de la Silicon Valley où les iPhone et autres iPad sont interdits a bien de quoi susciter l’inquiétude des familles ordinaires aux prises avec la bataille des écrans. Selon la légende, les Gates et les Jobs eux-mêmes auraient banni les tablettes de la maison… »

    Le virtuel peut être concret…

    Bien sûr, le virtuel n’a pas que des défauts, il peut être parfois très concret, témoin, cet article du Monde sur « l’Afrique dopée par l’intelligence artificielle »

    Que partagent Quillinah, élève de 12 ans, dans le bidonville kényan de Kayole ; Keberte Tsegaye, médecin à Addis-Abeba, en Ethiopie ; ou encore Slim Fendri, qui produit de l’huile d’olive en Tunisie ? « Ces trois citoyens du continent africain ont, depuis quelques semaines, un point commun, relève Le Monde : ils se font aider dans leur vie quotidienne par une intelligence artificielle…  sans forcément le savoir. En effet, Quillinah utilise, chaque soir après ses cours, l’application M-Shule, un soutien scolaire personnalisé, par SMS, alliant intelligence artificielle, neurosciences et psychologie cognitive. Smartphone en main, Keberte Tsegaye profite, elle, de sa pause-déjeuner à l'hôpital pour suivre sur Facebook Messenger les cours de français du robot conversationnel LangBot. Quant à Slim Fendri, ce pionnier de l’huile d’olive bio, il teste, depuis mai, Phyt'eau, un système d’irrigation intelligent pour économiser l’eau tout en optimisant la qualité d’huile de ses oliviers octogénaires. (…) Ces usages mobiles racontent une nouvelle réalité africaine, relève Le Monde : "Nous vivons un moment de basculement", observe cet expert Tunisien, cité par le journal. "Nous voyons émerger, poursuit-il, des projets innovants et une véritable culture start-up un peu partout en Afrique". »

    Macron et Merkel à l’unisson

    A la Une également, le couple franco-allemand consolidé… Lors d’un sommet hier au château de Meseberg, près de Berlin, Emmanuel Macron et Angela Merkel ont acté de réelles avancées sur le budget commun des pays membres, mais aussi sur la crise migratoire.

    « "Nous sommes au rendez-vous", s’est félicité Macron, rapporte Libération, après que Merkel venait de présenter à la presse les principales propositions contenues dans cette "déclaration" : coopération renforcée en matière de défense, avec création d’un "conseil de sécurité" de l’UE qui rende possible des décisions sans que s’impose l’unanimité, lutte contre les causes de l’immigration et protection des frontières de l’UE et enfin - "sujet le plus compliqué" selon la chancelière – le renforcement de l’union économique et monétaire avec un budget de la zone euro. A ceux qui veulent "détricoter l’Europe", Macron oppose la réponse franco-allemande pour une Europe "plus souveraine et plus unie". "Un vrai choix de société et peut-être même de civilisation", s’est enflammé le chef de l’Etat. »

    Demi-mesures ?

    Alors ce matin, les réactions sont contrastées dans la presse…

    L’Union reste sceptique : « très bien si Emmanuel Macron et Angela Merkel estiment avoir balisé la route et parlent d’avancées majeures. Encore faut-il en convaincre tous les autres et à vrai dire, la parade du château de Meseberg n’y suffira pas. »

    « Nous avons dû nous satisfaire hier de ce chef-d’œuvre de gélatine germano-française et solidaire, soupire La Nouvelle République du Centre-Ouest. Un pauvre bouquet de demi-mesures laissées en pointillés... Mais davantage si affinités. Elles restent entièrement à négocier. Des suggestions dont rien n’assure qu’elles aboutiront. »

    « Au moins, ces deux-là se parlent et cherchent à s’entendre, tempère Sud-Ouest. Il n’en va pas de même pour les pays qui sont désormais gouvernés par les populistes et défendent forcément des points de vue divergents, sinon opposés. L’Italie, qui réclame des quotas européens de migrants, s’oppose ainsi aux pays de l’Est qui ne veulent pas en entendre parler. Il faut vraiment souhaiter que Merkel et Macron s’entendent là aussi pour redonner un peu d’âme à l’Europe. »

    * Selon les responsables de l'OMS, 2 à 3% des joueurs seraient concernés par l'addiction aux jeux vidéos.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.