GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Tanzanie: plus de 40 morts dans le naufrage d'un ferry sur le lac Victoria (autorités)
    • Etats-Unis: plusieurs morts et blessés lors d'une fusillade dans le Maryland (police)

    A la Une: le péril Erdogan

    Le président turc Tayyip Erdogan, lors d'un meeting à Istanbul, le 17 juin 2018. REUTERS/Osman Orsal

    Le président turc a convoqué ce dimanche ses concitoyens à des élections présidentielles et législatives anticipées. C’est la « dernière chance pour en finir avec Erdogan », lance « en Une » Marianne, qui se plonge cette semaine dans les arrière-cuisines de la vie politique turque.

    Dans cet hebdomadaire, évoquant les alliances qui se sont nouées durant la campagne électorale, aussi bien dans l’opposition qu’autour de l’AKP, le parti d’Erdogan, un universitaire veut croire que « le parti d’action nationaliste ne va pas apporter beaucoup d’électeurs à Erdogan. Et le changement des règles du scrutin va profiter à l’opposition ». Toutefois, admet Marianne, « même les partisans les plus actifs de l’opposition restent très sceptiques sur la possibilité d’une défaite du nouveau sultan ».

    « En Une » également, l’hebdomadaire L’Obs brandit « la menace Erdogan ». Sur un très gros plan en noir et blanc du visage du président Turc, ce magazine entend expliquer « pourquoi il nous fait peur ».

    La Turquie est aujourd’hui « un pays coupé en deux », les Turcs étant désormais « pour ou contre Erdogan, pour ou contre la démocratie. Terriblement clivant, le leader turc exacerbe les tensions », énonce L’Obs, son ambition est « sans limites. Enferré dans une dérive autocratique, il ne se contente pas d’éradiquer ses opposants et de faire chanter ses alliés. Il aspire à devenir le nouveau leader de l’islam sunnite », prévient cet hebdomadaire, dans lequel le romancier et journaliste Ahmet Altan, 68 ans, qui « croupit en prison » depuis plus de six cent jours, prédit, dans une lettre qu’il a pu faire parvenir à l’hebdomadaire, que la fin d’Erdogan est proche. Selon cet écrivain stambouliote, figure respectée de l’opposition en Turquie, Erdogan est « coincé de tous les côtés (…) une nouvelle époque va s’ouvrir, veut-il croire du fond de son cachot, la dictature ne pourra pas fonctionner dans ce pays ».

    Migrants : l’Europe en défi

    La crise des migrants avec cette réunion aujourd’hui à Bruxelles, alors qu’Emmanuel Macron menace de sanctions les pays européens qui font preuve de « non-solidarité » dans l’accueil des migrants. Le président français a « haussé le ton » hier à Paris, à la veille de cette réunion « d’urgence »  qui place l’Europe « au pied du mur », alors qu’aucun consensus entre Européens n’est « à portée de main », énonce Le Journal du Dimanche.

    Le « dossier » des migrants ? C’est « le plus emblématique des limites du « en même temps » cher à Emmanuel Macron », souligne cet hebdomadaire.

    Ceci est-il lié à cela ?.. Toujours est-il que le président perd un point dans le baromètre Ifop pour Le JDD, à 40 % de bonnes opinions, soit « le plus bas niveau de popularité depuis son élection », remarque Le Journal du Dimanche, qui y voit « incontestablement une rechute » de la cote de popularité d’Emmanuel Macron auprès des Français.

    Terrorisme : objectif tour Eiffel

    Ces révélations sur Français jihadistes soupçonnés d’avoir préparé un attentat contre la tour Eiffel. Ils sont trois, « Lotfi S. et ses deux fils de 17 et 20 ans », le père, d’origine algérienne, les fils, nés en région parisienne et ils ont été arrêtés en Turquie en 2015 après un « séjour de dix-huit mois au sein de l’armée de l’Etat islamique » en Syrie avant d’être extradés vers la France et mis en examen. Selon l’hebdomadaire L’Obs, « tout laisse penser que ce cadre de Daech et ses fils revenaient en France avec l’objectif de s’en prendre à un symbole national : la tour Eiffel » !

    Dans un ordinateur portable utilisé par le fils aîné Karim, les enquêteurs ont trouvé « plusieurs dizaines de cartes d’aviation de différents pays, des trajectoires d’atterrissage, des itinéraires de vol » ainsi que des « coordonnées GPS et des indications de maniement de vol ». Les enquêteurs ont également retrouvé « des recherches sur Google Maps. Elles visent la tour Eiffel et le pont d’Iéna », révèle L’Obs. « Dans un disque dur externe utilisé par le père se trouvent des photos des passeports de deux des terroristes ayant commis le 11 septembre 2001, les attaques aériennes des Tours jumelles… Ensemble, ces différentes pièces à conviction témoignent d’une sourde fascination pour l’attentat du World Trade Center, voire d’une volonté de l’imiter », énonce ce magazine.

    Selon le réquisitoire du parquet antiterroriste de Paris consulté par ce journal, « la finalité terroriste de ces notes de méthodologie de pilotage d’un Boeing ne fait aucun doute au regard de la référence enregistrée concomitamment dans ces notes à la grande malhama, correspondant dans la sémantique islamiste radicale à la grande guerre contre les Occidentaux puis la conquête finale de Constantinople ».

    Pour la section anti-terroriste du parquet de Paris, « la saisie inédite d’importantes sommes d’argent sur les S., accompagné d’une documentation technique sur le plan de vol de Boeing et d’une recherche Google Maps de la localisation de la tour Eiffel laiss[ait] présager des projets d’actions sur le territoire national des mis en examen », rapporte encore L’Obs.

    « Pif » : le retour

    Un salut confraternel à deux animaux-cultes de la presse française, un chien et un éléphant. C’est bien connu, quand ils sont attachés à leur maître, les animaux finissent souvent par revenir. La preuve avec « Pif » le chien. Soixante-dix ans après sa création, « Pif » aboie son retour dans les kiosques, plus jeune que jamais, puisqu’il vient de lancer une campagne de financement participatif sur KissKissBankBank et donner naissance à un nouvel hebdomadaire destiné aux enfants de 7 à 13 ans. Objectif : faire lire les enfants comme les pré-ados, comme il a su le faire dans la presse communiste française durant plusieurs générations de nos anciens qui l’ont tant aimé. Bonne arrivée, Pif, et bon retour !

    « L’Eléphant » : la culture en partage

    Le chien, donc, mais aussi l’éléphant avec le numéro d’été de la formidable et très didactique revue « L’Eléphant », en kiosque depuis hier. Avec, à « la Une », le général de Gaulle et, en pages intérieures, tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Vème République. Laquelle fêtera ses soixante ans cet automne (c’est dix ans plus jeune que « Pif »). Alors, bel été avec « L’Eléphant »…

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.