GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Aujourd'hui
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Manu Dibango, immense star

    Jean-Baptiste Placca. (Photo : Claudia Mimifir)

    Souvent, la médiocrité génère un climat morose, alors que les choix des dirigeants visionnaires illuminent toujours de conséquences heureuses le destin des peuples.

    A son arrivée à Abidjan, où il s’est produit, hier, Manu Dibango a reçu un accueil triomphal. Le saxophoniste camerounais est venu célébrer, sur scène, ses soixante ans de carrière, dans un pays qui l’a aimé et qu’il respecte. Comment expliquer ce lien, si particulier, entre cette star et un pays qui n’est pas le sien ?

    Peut-être n’osez-vous pas suggérer qu’il est davantage aimé en Côte d’Ivoire que dans son pays natal. Mais cela n’a rien de dramatique. Manu, vous le savez, est, sans doute, avec Miriam Makeba, un des tout premiers artistes africains à s’être imposé sur la scène mondiale, par son talent, et non par quelque stratagème, ou alors la tchatche. A une époque, très lointaine, où la musique africaine ne franchissait que très péniblement les océans, Manu Dibango avait conquis l’Amérique, avec son fameux Soul Makossa, qui a même atteint, en 1973, la 35e place au Billboard Hot 100, aux Etats-Unis. Suit une tournée américaine. Il se produit au mythique Apollo Theater, et le monde le connaît, définitivement. Aussi, lorsque le président Félix Houphouët-Boigny demande à la direction de la Télévision ivoirienne de créer un orchestre, pour former et promouvoir les jeunes artistes de son pays, Ben Soumahoro s’en va naturellement chercher cet artiste, auréolé de toute la reconnaissance mondiale que l’on sait. On lui donne les moyens pour travailler, et il travaille bien. C’est tout à la fois plaisant et édifiant.

    Et ces « non-Ivoiriens » de Félix Houphouët-Boigny étaient-ils si nombreux ?

    Ils l’étaient. Et partout. Un directeur de cabinet, d’origine antillaise, un secrétaire général de la Présidence, d’origine algérienne. « Le Vieux » avait, naturellement, la légitimité qu’il faut pour faire d’un « Guatémaltèque » un membre important de son gouvernement, sans que qui que ce soit trouve à y redire, parce que tous savaient qu’il le faisait toujours pour faire avancer le pays. Et si la Côte d’Ivoire, aujourd’hui encore, tient une position de leader, dans la sous-région, alors qu’elle n’a pas la moitié des ressources naturelles de la Guinée Conakry, par exemple, c’est parce que son président, à l’indépendance, et pendant trois bonnes décennies, a su attirer vers sa patrie tous les talents possibles du continent et de la diaspora. Comme, justement, Manu Dibango. Et lorsque la xénophobie et la médiocrité se sont glissées dans ce qui était, jusqu’en 1993, une politique intelligente, la Côte d’Ivoire a basculé dans la méfiance, la suspicion, puis un coup d’Etat, et, ensuite, la violence, la rébellion, la guerre. Manu Dibango n’aurait certainement jamais été invité dans ce qu’est devenue la Côte d’Ivoire, après Houphouët-Boigny.

    La médiocrité, souvent, un climat morose, alors que les choix des dirigeants visionnaires illuminent toujours de conséquences heureuses le destin des peuples.

    Prochaine émission

    Terrorisme: le devoir de responsabilité

    Terrorisme: le devoir de responsabilité
    Ceux qui aspirent à gouverner ne sont pas obligés de mentir à leurs concitoyens juste parce qu’ils n’ont pas la patience d’attendre la fin d’un mandat octroyé par leur peuple à leurs adversaires.
    • Terrorisme: le devoir de responsabilité

      Terrorisme: le devoir de responsabilité

      Ceux qui aspirent à gouverner ne sont pas obligés de mentir à leurs concitoyens juste parce qu’ils n’ont pas la patience d’attendre la fin d’un mandat octroyé par leur …

    • Xénophobie: à quoi jouent les Ivoiriens ?

      Xénophobie: à quoi jouent les Ivoiriens ?

      La Côte d'Ivoire a beau se mentir, elle ne pourra faire l'économie d'une courageuse introspection pour comprendre pourquoi et comment la nation-modèle de Félix Houphouët-Boigny, …

    • Cruel déficit de courage dans le leadership africain

      Cruel déficit de courage dans le leadership africain

      La promptitude de la réaction africaine à la suite du massacre des manifestants du sit-in à Khartoum au Soudan, suivi de l'intervention du Premier ministre éthiopien, …

    • L'union par le libre-échange?

      L'union par le libre-échange?

      À défaut de l'unité à laquelle appelait l'Osagyefo Kwame Nkrumah, l'Afrique va, à présent, s'essayer au libre-échange continental. Mais avec quelles chances de succès, …

    • Un Panafricanisme des compétences

      Un Panafricanisme des compétences

      Une réponse cinglante, en deux phrases, lui a suffi pour situer et distinguer son pays, la Côte d'Ivoire, à qui l'on reprochait alors un endettement trop lourd.

    • De la balkanisation à l'atomisation

      De la balkanisation à l'atomisation

      Qu'ont donc fait les Africains de « l'intangibilité des frontières héritées de la colonisation », le credo des pères fondateurs, à la création, en mai 1963, de ce qui …

    • «Super Koné»: sur Houphouët-Boigny, une œuvre inachevée…

      «Super Koné»: sur Houphouët-Boigny, une œuvre inachevée…

      Le défunt photographe laisse une banque d’images impressionnante, véritable trésor, que l’Afrique aurait tort de ne pas, enfin, valoriser. Et, sur le père de l’indépendance …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.