GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Aujourd'hui
Dimanche 19 Août
Lundi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Comment le Nigeria fait rimer divertissement et développement

    Le Shrine à Lagos, le temple de l'afrobeat fondé par Fela Anikulapo Kuti. Kaizenify/wikimedia.org

    C’est au Nigeria, à Lagos, au Shrine, le temple de l'afrobeat fondé par Fela Anikulapo Kuti, que le président Emmanuel Macron lancera ce mardi soir la saison des cultures africaines pour l’année 2020. Un choix très symbolique : la vitalité de la culture est telle au Nigeria que c'est aussi une industrie florissante.

    On dit que le divertissement est la troisième industrie du Nigeria après le pétrole et l’agriculture en termes de chiffres d’affaires et la deuxième en termes d’emploi. Nollywood et ses 2 000 films par an ont fait du Nigeria le deuxième producteur au monde derrière l’Inde et son Bollywood. Et la scène musicale est en train d’exploser. Avec une brochette de jeunes artistes adulés chez eux comme dans le monde entier. Parmi eux, le kid de Lagos, Wizkid, dont le titre « One Dance » a été téléchargé plus d'un milliard de fois sur Spotify.

    Les industries du divertissement sont en train de devenir un levier de croissance ?

    On parle du nouvel or noir de l'économie nigériane. Le destin des deux secteurs, pétrole et industries culturelle, est d'ailleurs liés : la deuxième s'est développée parce qu'il y a maintenant une demande solvable de la nouvelle classe moyenne nigériane qui a émergé avec l'essor des hydrocarbures. Tout confondu, les industries créatives pèsent environ 4 milliards de dollars au Nigeria. Ce chiffre pourrait doubler d'ici 2020. Ce n'est que 2% du PIB ; mais c’est dans ce vivier bouillonnant que la croissance est la plus forte : de l’ordre de 8 à 12% pour la musique. Et cette industrie ne connait pas la crise, elle a été totalement épargnée par la récession de 2016. Ce secteur a longtemps prospéré dans l’indifférence des gouvernants, grâce à des capitaux privés et la débrouillardise, il est maintenant perçu comme un saute-mouton, un moteur capable de faire brûler des étapes à ce pays certes géant mais toujours en développement.

    Malgré le piratage ?

    C'est encore une plaie pour les artistes. Mais les nouvelles technologies sont en train de modifier la donne encore plus surement que l’arsenal juridique existant depuis 2004. En musique par exemple, les chanteurs préfèrent mettre leur musique en ligne où ils ont le sentiment pas toujours vrai de pouvoir mieux garder le contrôle. Et la tech leur assure par ailleurs de copieux revenus « alimentaires », les téléchargements des sons pour les sonneries de téléphone ou les musiques d'attente procurent aujourd'hui l'essentiel des revenus des artistes nigérians. Les ventes en ligne qui ont propulsé l'industrie musicale

    Les ventes digitales sont aussi en plein boum pour le cinéma

    Car même s'il y avait un plus grand nombre de salles de cinéma au Nigeria, pas sûr que la fréquentation augmente, le prix du ticket demeure inabordable pour la majorité de la population. Les plateformes de type Netflix font donc fureur dans ce pays. Iroko tv a été lancé il y a huit ans, c'est-à-dire bien avant que Netflix ne propose son abonnement sur le continent africain. Une nouvelle plateforme vient d’être lancée par Linda Ikeji, une jeune femme qui a fait fortune sur les réseaux sociaux. Et une autre en partenariat avec l’Américain Cisco est attendue à la fin de l’année.

    En bref,

    En Asie la bourse de Hong Kong a ouvert en forte baisse

    -3%. Shangai, Séoul ou Tokyo sont aussi en repli. Les marchés asiatiques sont déprimés par la guerre commerciale lancée par Donald Trump. Car c'est à partir de vendredi qu'entreront en vigueur les nouvelles taxes américaines de 25% sur des produits chinois, une échéance qui apparait de plus en plus inéluctable et destructive pour le commerce.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.