GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Pour ses dix ans Airbnb voit toujours plus grand

    Le siège officiel de Airbnb à San Francisco. REUTERS/Gabrielle Lurie

    Airbnb célèbre cet été son dixième anniversaire avec de multiples projets de développement. Malgré l'hostilité croissante des villes et des hôteliers, le succès de la plateforme de partage d'appartements est fulgurant.

    Le concept est né à San Francisco où deux co-locataires ont commencé par proposer sur un site internet des matelas gonflables chez l'habitant pour pallier le manque de chambres lors d'un congrès. D'où son nom nom, Airbed and breakfast. Rebaptisée Airbnb au moment de sa création, la start-up trouve très vite des financements pour se développer dans le monde entier. Le cap du million de nuits est franchi en 2009, celui des 10 millions en 2012. Airbnb revendique aujourd'hui 300 millions de réservations. Et elle n'entend pas s'arrêter en si bon chemin : son objectif est d'atteindre le milliard de voyageur en 2028.

    L'opposition des villes peut-elle remettre en cause sa trajectoire ?

    Pour récupérer des revenus fiscaux qui leur échappent, et surtout pour éviter la pression sur l'immobilier, on voit un peu partout dans le monde des villes réagir en limitant le nombre de nuitées autorisées ou en limitant les appartements concernés. A Madrid, seuls les rez-de-chaussée et les premiers étages sont autorisés. A Berlin, ce sont seulement des chambres qui peuvent être proposées et non des appartements entiers. Et à chaque fois, Airbnb obtempère, lève l'impôt s'il le faut... en bref, s'adapte et trouve de nouvelles failles pour élargir son offre. A Paris par exemple, son premier marché au monde avec 65 000 logements, une ville où la mairie a limité le nombre de nuités à 120 par an par loueur, l'entreprise californienne vient de passer un partenariat avec le réseau immobilier Century 21 pour permettre la sous-location ; 70% du revenu est destiné au locataire, 23% au propriétaire et 7% à l'agence. La mairie de Paris surveille de près cette innovation, sans s'y opposer pour le moment.

    Airbnb veut devenir un géant global du tourisme

    L'entreprise propose des services de plus en plus sophistiqués pour diversifier son activité. Il y a deux ans, elle a lancé un programme sur le créneau des voyages d'affaires. Elle cherche aussi à attirer de nouveaux clients. Plus âgés, avec un porte-feuille mieux garni que les millenials, qui ont tout de suite adhéré à ce service simple d'accès et bon pour leur pouvoir d'achat. Certains logements sont désormais inspectés et doivent être soumis à des critères très stricts pour rassurer les clients plus âgés. Ils disposent du label « Airbnb plus ». Une offre de logement d'exception est également en cours de développement. L'hôtellerie devra donc faire avec ce concurrent toujours plus agressif. Et les voyagistes aussi. Outre des logements, le site propose déjà des activités, des « expériences », et à l'avenir il pourrait bien intégrer le transport avec des vols ou de la location de voiture.

    Contrairement à Uber, un autre champion mondial de l'économie collaborative, Airbnb est une entreprise prospère

    Elle est rentable depuis deux ans, avec un bénéfice de 93 millions de dollars pour 2017. Sa valeur est estimée à 30 milliards de dollars. Elle prépare son introduction en Bourse pour l'an prochain ou 2020. La date n'est pas encore arrêtée. En attendant, elle offre des bonus en cash à ses cadres car elle a besoin de retenir les talents. Mais elle est toujours aussi chiche avec les collectivités. En France, son deuxième marché après celui des Etats-Unis, Airbnb n'a payé que 100 000 euros d'impôts grâce à sa domiciliation irlandaise.

    ►En bref,

    L'emploi a enfin retrouvé le niveau antérieur à la crise de 2008 d'après l'OCDE, mais pas les salaires

    L'organisme représentant les pays développés s'inquiètent de la faible progression des revenus des travailleurs. +1,1% en moyenne, c'était le double 2,2% avant 2008.

    La valeur boursière des grandes entreprises a encore bondi en 2018

    De 15% selon l'étude de PWC sur la capitalisation boursière des 100 premières sociétés de taille mondiale. Ces entreprises pèsent aujourd'hui plus de 20 000 milliards de dollars. C'est la première fois que cette barre symbolique est franchie. Plus de la moitié de ce palmarès est américain, avec les GAFA, la Chine est le numéro deux, suivi de l'Europe.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.