GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Sur les traces d’Alexandra David-Néel

    De gauche à droite : Alexandra David Néel ©Preus Museum - Samten Dzong ©Fondation Alexandra David-Néel.

    Le plus grand explorateur du XXème siècle est une femme.

    Première femme occidentale entrée en 1924 à Lhassa, cité interdite du Tibet, Alexandra David-Néel est aussi entrée dans les mémoires.
    Véritable monument du voyage, cette femme infiniment libre, à la fois journaliste, cantatrice, exploratrice, écrivain, photographe, orientaliste et bouddhiste convaincue, continue, près de 50 ans après sa mort, à fasciner les âmes vagabondes et aventureuses à travers le monde.
    Son esprit, anticonformiste et libertaire, frappe par sa modernité et sa farouche indépendance, à une époque où les femmes prenaient peu la poudre d’escampette pour l’Orient et ses contrées himalayennes.
    Ses multiples voyages qui vont la mener de Ceylan au Sikkim, en passant par l’Inde, la Chine et le Tibet bien sûr, vont marquer son époque, et au-delà les générations suivantes.
    Ses nombreux écrits, entre récits de voyage et ouvrages savants sur le bouddhisme, vont participer à mieux faire connaître le Tibet, mais aussi le bouddhisme tibétain. Tous ceux qui l’ont lue, mais aussi côtoyée de près ou de loin s’en souviennent.
    En 1928, de retour du Tibet, Alexandra va poser ses valises à Digne-les-Bains, dans les Alpes de Haute-Provence. C’est là qu’aujourd’hui, dans sa « résidence de la méditation », on retrouve une maison-musée émouvante retraçant la vie, les aventures et les engagements d’Alexandra David-Néel. C’est aussi là que vit son ancienne secrétaire particulière, Marie-Madeleine Peyronnet, qui a partagé les dix dernières années de la vie d’Alexandra jusqu’à sa mort, à près de 101 ans.

    Suivez-nous sur ses traces, de l’Himalaya à Digne-les-Bains, à la rencontre de cette dame Lama nommée Alexandra.

    Un reportage de Céline Develay-Mazurelle et Laure Allary. Il s’inscrit dans la collection « Compagnons de route », série de portraits radiophoniques de grands écrivains-voyageurs.

    Pour préparer votre voyage sur les traces d’Alexandra David-Néel :

    - Allez sur le site de Tourisme Alpes de Haute-Provence
    - Plus d’informations sur la Maison Alexandra David-Néel de Digne-Les-Bains
    - Découvrez l’exposition « Sacrées, Montagnes Sacrées » qui se tient de mars à octobre 2018, au Musée Gassendi de Digne-Les-Bains, autour de l’influence d’Alexandra David-Néel sur les artistes occidentaux d’avant-garde du XXème siècle.
    - Explorez le site de l’Association Alexandra David-Néel
    - Plongez-vous dans l’œuvre foisonnante d’Alexandra David-Néel, rééditée en France aux Editions Plon.
    - Lisez la biographie de Joëlle Désiré-Marchand, « Alexandra David-Néel, passeur pour notre temps » parue aux Editions Le Passeur.
    - Suivez Alexandra et sa secrétaire Marie-Madeleine dans les 2 tomes de la réjouissante BD consacrée à l’exploratrice « Une vie avec Alexandra David-Néel » de Mathieu Blanchot et Fred Campoy. Bamboo Editions/ Grand Angle.
    - Un bel ouvrage de Jeanne Mascolo est également prévu à la parution en octobre 2018, aux Editions Paulsen, à l’occasion du 150ème anniversaire de la naissance de l’aventurière.
    - Faites enfin un tour du côté du Musée National des Arts Asiatiques, Musée Guimet à Paris, où la vocation d’Alexandra David-Néel est née et où se trouve aujourd’hui sa très riche bibliothèque. Le musée lui a consacré en 2017 une exposition « Une aventurière au musée ».


    Sur le même sujet

    Prochaine émission

    Goa, sur un air de Fado

    Goa, sur un air de Fado
    Au sud-ouest de l’Inde, ce petit État côtier de plus d’un million et demi d’habitants, affiche une identité singulière, à part dans la très grande Inde. À l’étranger, on connaît surtout Goa pour ses plages paradisiaques et ses communautés hier hippies, (…)
    • Goa, sur un air de Fado

      Goa, sur un air de Fado

      Au sud-ouest de l’Inde, ce petit État côtier de plus d’un million et demi d’habitants, affiche une identité singulière, à part dans la très grande Inde. À l’étranger, …

    • Michel Le Bris, étonnant capitaine!

      Michel Le Bris, étonnant capitaine!

      On met les voiles à Saint-Malo, en France, au Festival « Étonnants voyageurs » qui se tient du 8 au 10 juin 2019, dans la cité corsaire. Depuis près de 30 ans, ce rendez-vous …

    • Débarquement en Normandie: la voix des civils

      Débarquement en Normandie: la voix des civils

      À l’occasion du 75e anniversaire du Débarquement, on prend la direction de la Normandie, dans le nord-ouest de la France.Sur la côte, de nombreux sites mémoriels et touristiques …

    • Cap-Vert: Fogo, la vie à l’ombre du volcan

      Cap-Vert: Fogo, la vie à l’ombre du volcan

      Sur l’île de Fogo, à 2 800 mètres d’altitude, un impétueux volcan tutoie les nuages et domine l’archipel de confettis volcaniques qu’est le Cap-Vert. Le Pico de Fogo …

    • Nantes et l’esclavage: sur les chemins d’une mémoire vive

      Nantes et l’esclavage: sur les chemins d’une mémoire vive

      En écho à la journée du 10 mai, journée de commémoration du souvenir des victimes de la traite et de l’abolition de l’esclavage, on vous emmène à Nantes, premier port …

    • Sur la Route des abolitions de l’esclavage dans l’est de la France

      Sur la Route des abolitions de l’esclavage dans l’est de la France

      Il y a 170 ans, le 27 avril 1848, la France abolit définitivement par décret l’esclavage dans ses colonies. Chaque année, le 10 mai, a lieu la journée nationale des mémoires …

    • Comores: «Je viens de Ouellah et je vais à Marseille» (2/2)

      Comores: «Je viens de Ouellah et je vais à Marseille» (2/2)

      Durant deux semaines, on vous invite aux Comores, sur la plus grande des îles de l’archipel, Ngazidja, aussi appelée Grande Comore. L’été correspond aux grandes vacances …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.