GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Ethiopie: décès de l'ancien président Girma Woldegiorgis deux semaines avant son 95e anniversaire (médias d'Etat)
    • «Gilets jaunes»: l'A6 fermée à la frontière du Rhône par précaution
    • Suivez en direct notre liveblog RFI «"gilets jaunes", acte V: la journée du 15 décembre en continu»

    Cent ans de Mandela: «Non, il n'a pas laissé tomber les Noirs d'Afrique du Sud»

    Nelson Mandela après sa sortie de la prison Victor Verster près de Paarl, le 11 février 1990. ALEXANDER JOE / FILES / AFP

    Il aurait eu 100 ans aujourd’hui. La mémoire de Nelson Mandela est honorée, ce mercredi 18 juillet par toute l’Afrique et par les grandes figures, Barack Obama en tête, qui ont fait le déplacement en Afrique du Sud. 70 ans, 80 ans, 90 ans... A chacun de ces anniversaires de Madiba, il s’est passé quelque chose. L’écrivain Georges Lory est un spécialiste de l’Afrique du Sud. Il est l’auteur de 136, un poème unique traduit en 136 langues aux éditions Bruno Doucey. Il va publier le mois prochain aux éditions du Seuil L’abattoir de verre, un recueil de nouvelles de John Coetzee, traduit en français par ses soins. Il répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

    Cent ans. C’est l’heure d’un premier bilan : Nelson Mandela a-t-il réalisé son rêve ?

    Georges Lory : Oui. Son rêve premier, c’était d’établir la démocratie en Afrique du Sud, il y est parvenu. Il y a passé toute sa vie, mais de ce point de vue là, il a réussi sa vie.

    Quel est son grand œuvre ?

    Son grand œuvre est d’avoir réussi la transition démocratique en Afrique du Sud. Souvenons-nous que le pays était sur un volcan, menacé de plusieurs guerres civiles non seulement entre Noirs et Blancs, mais au sein de la communauté zoulou. Il a réussi une transition que d’aucuns ont qualifiée de miraculeuse, mais qui tient probablement à son sens du dialogue et à son excellente compréhension du fonctionnement de son propre parti.

    Et pourtant, il est critiqué. Winnie Mandela disait ces dernières années : « Il nous a laissés tomber »

    C’est le sentiment qu’ont plusieurs personnes au sein de la communauté noire, qui ont eu l’impression que seule une frange de la population noire a bénéficié de la démocratie depuis 1994. Il est vrai que ceux qui sont au chômage, ceux qui ne sont pas des « black diamonds » - ceux qui réussissent dans les affaires ou dans l’administration - se sentent laissés-pour-compte et Winnie Mandela était leur porte-parole. C’est exact. Mais ce serait aussi oublier que Mandela a fait de gros efforts en matière d’électrification des townships, en matière d’adduction d’eau et, avec un petit retard mais avec du succès, en matière de logements sociaux.

    Et de son côté Robert Mugabe, l’ex-président zimbabwéen, disait : « Mandela est allé un peu trop loin dans son souci de bien faire avec les communautés non africaines et cela dans certains cas au détriment des Noirs. C’est être trop bon, trop gentil, c’est presque de la sainteté »

    Oui, effectivement. D’aucuns ont qualifié Mandela de la personne la plus proche d’un saint actuellement vivant. Mais non, Mandela n’était pas un saint. Il a simplement voulu éviter une situation « la valise ou le cercueil » qui aurait poussé les Blancs à quitter massivement l’Afrique du Sud, mettant en péril son économie. Donc c’est exact qu’il a été assez conciliant avec la communauté blanche et que les départs ont été finalement assez modérés. Pour autant, je crois que, pendant les cinq ans où il a exercé le pouvoir, il ne s’est pas montré insouciant face aux demandes des Noirs. C’est vrai que les circonstances économiques n’ont pas permis de réduire massivement le chômage.

    De ses trois successeurs - Thabo Mbeki, Jacob Zuma et Cyril Ramaphosa - quel est à votre avis le vrai héritier de Nelson Mandela ?

    Sans aucun doute, je dirais que c’est Ramaphosa. Son sens du dialogue est tout à fait poussé et rappelle celui de son mentor. Ramaphosa, Mandela l’avait choisi comme successeur en 1994 et il s’est rangé en maugréant, mais il s’est rangé à l’avis de la majorité du Comité national exécutif [de l’ANC] qui avait choisi Thabo Mbeki pour des raisons d’équilibre. On peut penser que la proximité entre les deux hommes est telle que Cyril Ramaphosa peut se montrer comme l’héritier direct de Mandela.

    It was twenty five years, they take that man away… [Il y a vingt-cinq ans, ils ont emprisonné cet homme…]
    Simple Minds interprète « Mandela Day » au concert de Wembley en 1988 18/07/2018 Écouter

    Vous reconnaissez ?

    Il s’agit du concert de Wembley en 1988.

    Absolument. Simple Minds. Nous sommes le 11 juin 1988 à Londres. Nelson Mandela va avoir 70 ans dans quelques jours. Il est toujours en prison. Qu’est-ce que ce concert de Wembley pour ce 70e anniversaire a signifié à l’époque ?

    Il signifiait que la communauté internationale poussait Frederik de Klerk et les nationalistes au pouvoir à Pretoria à discuter au plus vite avec Mandela, à le libérer et à entamer des négociations. Il a encore fallu attendre un an et demi avant que cela n’arrive. Cela dit, on sait aujourd’hui que les négociations étaient déjà en cours, Mandela n’étant plus sur Robben Island, n’étant plus [non plus] à la prison de Pollsmoor, mais étant dans la villa d’un gardien de prison à Victor Verster dans un environnement beaucoup plus paisible.

    Il n’y avait pas que Simple Minds, il y avait Youssou N’Dour, Whitney Houston, Miriam Makeba, Peter Gabriel, Dire Straits et bien d’autres. Est-ce que ce concert a joué dans la mobilisation internationale ?

    Certainement. Cela a activé les choses. Cela a montré que ce n’était pas simplement une revendication populaire en Afrique du Sud, mais une revendication mondiale, sur le continent africain bien sûr et dans le reste du monde. Mandela a toujours aimé que l’on mette en scène son anniversaire puisqu’en 1998, donc dix ans plus tard, il s’est marié avec Graça Machel le jour de son anniversaire et qu’en 2008, on a lancé une campagne en Afrique du Sud, « 67 minutes pour Mandela », correspondant aux 67 années de sa vie qu’il avait données pour l’édification d’une Afrique du Sud démocratique. Et on doit donner en Afrique du Sud, chaque 18 juillet, 67 minutes de sa journée pour des travaux d’utilité publique.


    Sur le même sujet

    • Journée internationale Nelson Mandela

      Afrique du Sud: l'héritage de Nelson Mandela ravivé 100 ans après sa naissance

      En savoir plus

    • Afrique du Sud

      Centenaire de Mandela: Graça Machel promeut les jeunes leaders africains

      En savoir plus

    • Document / Mandela

      « Les Lettres de prison »: un épistolier prolifique nommé Nelson Mandela

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.