GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Lundi 20 Août
Aujourd'hui
Mercredi 22 Août
Jeudi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Gabon: recul des investissements français dans le secteur du bois

    La Société nationale des bois du Gabon à Owendo, le port de Libreville. AFP PHOTO / STEVE JORDAN

    Le Gabon a organisé du 20 au 22 juin dernier la première édition du Salon international du  bois. Le Gabon Wood Show a regroupé 75 exposants venus de 30 pays. L'objectif principal était d'encourager la transformation locale de bois, d'attirer des investisseurs et de trouver des débouchés pour les produits finis du bois tropical made in Gabon. Initiateur de la loi qui a encouragé la transformation locale du bois dans son pays, Ali Bongo Ondimba a été fier d'ouvrir ce salon.

    Ce négociant s'arrête quasiment devant tous les stands. Il s'informe, pose des questions et collecte des cartes de visite. « Je représente un groupe saoudien qui cherche à investir dans le secteur du bois au Gabon. »

    À travers ce salon, l'ambition du Gabon est de démontrer que sa décision d'interdire l'exportation du bois non transformé commence à porter les fruits, 8 ans plus tard.

    Jacques Denis Tsanga, ministre de l'Économie forestière. « En 2009, le niveau de transformation du bois ne concernait, environ que 27 unités pour 3600 emplois. 8 ans après, nous sommes à plus de 13 000 emplois et plus de 70 unités de transformation, jusqu’à la seconde et même la troisième phase de transformation du bois brut. »

    Francis et son épouse sont émerveillés par la finesse des meubles exposés par une PME gabonaise. « Le Gabon est un pays qui passe plus de temps à importer, si nous pouvons déjà exporter, des produits gabonais mais des produits finis, ce serait très bien et ce serait une valeur ajoutée. »

    La plupart des produits exposés ici sont fabriqués dans la Zone économique spéciale de Nkok où le bois est travaillé selon les normes internationales. Pour avoir respecté ces normes, Hervé Ekoué patron de la PME Gorilla exporte avec succès ses produits en Amérique.

    « Je fais de l’export vers le Mexique et à partir du Mexique, je pénètre le marché des États-Unis d’Amérique. Ce que j’ai envoyé au Mexique, ce sont des salons de jardin, des tables de jardin, je réalise aussi ce que nous appelons des bains de soleil (transats) que l’on utilise autour des piscines. »

    Invité par les autorités gabonaises, le ministre centrafricain des eaux et forêts Lambert Mokové Lissan est profondément fasciné par l'expérience gabonaise.

    « La République centrafricaine voulait s’inspirer de l’expérience du Gabon qui a pris une décision courageuse d’interdire l’exploitation des bois en grume que désormais on pourrait appliquer en République centrafricaine. »

    La deuxième édition aura lieu en juin l'année prochaine. Le rêve du Gabon est d'attirer plus d'investissements directs étrangers dans la deuxième et troisième phase de transformation du bois. La première édition a démontré que les Chinois et les Indiens dominent le secteur après les Français en perte de vitesse.


    Sur le même sujet

    • Economie

      Rougier, l’exploitant historique du bois tropical, dépose le bilan

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      La certification bois, un précieux sésame pour les exploitants gabonais

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.