GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Avril
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    [Rediffusion] RoboBee, le mini-robot qui sait nager et voler hors de l'eau

    Des RoboBees. Getty Images/Thierry Falise / Contributeur

    RoboBee est le drone le plus petit et le plus léger du monde. Développé par des roboticiens américains, ce microrobot sert avant tout de plateforme de recherche. Un appareil aux propriétés étonnantes qui adopte tous les comportements des insectes volants dont il s’inspire. Ses dernières améliorations lui confèrent de nouveaux pouvoirs, il sait maintenant plonger, nager et se propulser hors de l'eau pour reprendre tranquillement son vol.

    Parmi la multitude des innovations technologiques qualifiées par les grands manitous de la high-tech de « disruptives », c’est-à-dire celles qui font des étincelles dans le langage des électroniciens, les robots équipés d’hélices et communément appelés des drones, virevoltent allégrement au-dessus du panier. Normal, pour ces chevaliers du ciel qui sont en train de conquérir tous les espaces aériens de la planète en se rendant utiles, voire indispensables, dans la plupart des activités humaines !

    Le domaine de la science n’échappe pas au phénomène comme nous le prouvent les chercheurs de l’université Harvard aux États-Unis qui ont mis au point le plus petit et léger drone au monde. Il s’agit de RoboBee et il porte bien son nom ! Les roboticiens se sont inspirés pour réaliser leur micromachine du vol des insectes et en particulier celui des abeilles.

    Ils ont conçu des muscles artificiels spécifiques capables de faire battre sa paire d’ailes 120 fois par seconde. Ce Lilliputien mécatronique qui pèse 175 mg pour trois centimètres d’envergure atterrit, vole et se pose sur n’importe quelle surface en s’accrochant au plafond, par exemple, à l’aide de l’électricité statique que génère ses pattes. La dernière version du minuscule engin présente bien d’autres prouesses, RoboBee est maintenant capable de plonger et de nager sur l’eau, puis de redécoller.

    Pas de commercialisation prévue, mais...

    Ce passage de l’eau vers l’air a posé de nombreux problèmes aux roboticiens avec ces deux environnements présentant des densités et des propriétés physiques très différentes. Le micro-robot, vu sa taille, étant incapable de transporter le moindre carburant, les ingénieurs ont développé un système d’électrolyse qui décompose l’eau en gaz d’oxyhydrogène. C’est ce mélange détonant à la moindre étincelle électrique et diffusée dans une chambre à combustion qui permet à l’insecte mécanique de s’arracher d’un milieu liquide pour à nouveau rejoindre les airs.

    Inutile de rêver ! Cet appareil ne sera jamais commercialisé. RoboBee reste pour l’instant un prototype réservé à l’étude et à la recherche dans le domaine de la micro-robotique. Ses concepteurs imaginent pourtant utiliser des essaims de leurs micro-drones pour réaliser des opérations de secours, de surveillance de l’environnement ou assurer la pollinisation des cultures quand les abeilles biologiques empoisonnées par nos insecticides finiront peut-être un jour prochain par disparaître.

    Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr


    Sur le même sujet

    • Nouvelles Technologies

      Réalité virtuelle pour acrophobe

      En savoir plus

    • Nouvelles Technologies

      Des drones pollinisateurs à l'aide des abeilles en déclin

      En savoir plus

    • Nouvelles Technologies

      Auto-école pour Intelligence artificielle

      En savoir plus

    • Nouvelles Technologies

      Facebook abandonne son drone Aquila

      En savoir plus

    • Suricates sous cyber-surveillance

      Suricates sous cyber-surveillance

      Des chercheurs suisses ont mis au point un programme informatique pour analyser en détail les activités des animaux sauvages afin de mieux les protéger. Ce simulateur …

    • La revanche des ailes volantes

      La revanche des ailes volantes

      Des ingénieurs américains ont développé un nouveau type d’aile d’avion capable de se déformer instantanément pour adapter son aérodynamisme de manière passive à toutes …

    • Le virtuel au bout des doigts

      Le virtuel au bout des doigts

      Pour manipuler facilement toute sorte d’images numériques ou des objets virtuels, des chercheurs suisses ont conçu un gant d’un poids plume procurant aux usagers de casques …

    • L’envol d’un drone martien

      L’envol d’un drone martien

      La lenteur des déplacements des robots martiens agaçait les ingénieurs de l’Agence spatiale américaine. Mais fini de flemmarder ! La Nasa a prévu un renfort aérien pour …

    • Lévitation lumineuse

      Lévitation lumineuse

      Le nouveau procédé de sustentation, mis au point par des chercheurs américains, permet de faire léviter, à l’aide d’un faisceau d’ondes lumineuses, des objets de grande …

    • Nadia, le robot gymnaste

      Nadia, le robot gymnaste

      Des chercheurs américains vont développer un androïde capable de réaliser des mouvements complexes typiquement humains. Leur machine bipède s’inspire des capacités physiques …

    • Q, une voix virtuelle sans genre

      Q, une voix virtuelle sans genre

      Tous les bijoux high-tech conversationnels développés actuellement par les grandes firmes du numérique nous offrent deux possibilités, soit vous optez pour la voix masculine, …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.