GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Lente progression du commerce en ligne en Afrique

    Amazon est l'un des leaders dans la vente en ligne dans le monde. REUTERS/Mike Segar

    Comment développer le commerce en ligne en Afrique ? C’était le sujet d’une conférence organisée par l’Union africaine qui s’est tenue à Nairobi la semaine dernière. Elle a rassemblé des représentants des principales plateformes développées pour le continent, des membres des gouvernements et des institutions régionales. Selon le cabinet Mc Kinsey, le secteur connaît une forte poussée en Afrique où le chiffre d’affaires pour l’année 2014 est estimé à 8 milliards de dollars. Il pourrait atteindre 75 milliards de dollars en 2025. Mais le continent reste encore à la traîne de cette filière commerciale dans le monde.

    Comment développer le commerce en ligne en Afrique ? C’était le sujet d’une conférence organisée par l’Union africaine qui s’est tenu à Nairobi du 23 au 25 juillet 2018. Elle a rassemblé des représentants des principales plateformes développées pour le continent, des membres des gouvernements et des institutions régionales. Selon le cabinet Mc Kinsey, le secteur connaît une forte poussée en Afrique où le chiffre d’affaires pour l’année 2014 est estimé à 8 milliards de dollars. Il pourrait atteindre 75 milliards de dollars en 2025. Mais le continent reste encore à la traîne de cette filière commerciale dans le monde.

    Les défis à relever sont nombreux : formation, fracture numérique, mais aussi financement local, selon Kwame Acheampong, directeur Afrique chez Mall for Africa, champion nigérian de la vente en ligne. « L’investissement privé n’est tout simplement pas disponible. Je ne demande pas aux gouvernements de financer directement les start-ups, mais ils pourraient inciter à l’investissement. Comme à Singapour, où si vous êtes un investisseur privé et que vous avez investi dans une entreprise qui fait faillite, vous bénéficiez d’un allègement fiscal. »
    Autre défi de taille : les infrastructures et la logistique transfrontalière, comme à l’intérieur de chaque pays. Selon l’Union africaine, le commerce inter-africain stagne à 18 % du commerce total du continent, tandis que la part de l’Afrique dans le commerce mondial est évaluée à 3 %. Le commerce en ligne pourrait changer les choses. Consultant auprès de l’UA, Sid Boubekeur salue le développement de partenariats d’entreprises africaines avec les géants mondiaux du e-commerce. « Vu l’augmentation de la clientèle, e-Bay, Amazon, placent 10 millions ou 30 millions d’euros en partenariats, avec Jumia par exemple, pour mettre en place des plateformes de distribution. Ces plateformes de distribution vont générer des emplois, vont booster les ventes et réduire les coûts des produits. »

    La concentration se fera au détriment des plateformes africaines de commerce en ligne.

    Sid Boubekeur entrevoit à l’avenir l’émergence de grands groupes, au risque de voir disparaître les plateformes africaines. Pour pouvoir être compétitives, les entreprises du continent devraient être capables, comme leurs homologues américaines, d’analyser les métadonnées des utilisateurs grâce à l’intelligence artificielle, explique Ibrahima Nour Eddine Diagne, Président de l’African Performance Institute. « Ce qui fait la force du big data c’est le grand marché, et l’Afrique est pour l’instant cloisonnées dans de petits marchés. Le deuxième facteur c’est la régulation, et l’Afrique est en retard sur la protection des données de ses consommateurs. On aurait pu exiger que toutes les données des Africains qui sont stockées dans des plateformes internationales soient répliquées au niveau national ce qui nous donnerait la possibilité de les valoriser. »

    L’Union africaine s’est engagée à légiférer sur le commerce en ligne à l’échelle continentale. Au programme : harmonisation des réglementations commerciales, création d’une structure dédiée à la digitalisation de l’économie, protection des consommateurs et de leurs données. Un projet complet devrait être présenté lors de sommet de l’Union africaine en 2020.


    Sur le même sujet

    • Afrique Économie

      Sénégal: le pays mise sur le solaire dans son mix énergétique

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      Sénégal: le groupe de transfert d'argent Wari rachète l'opérateur mobile Tigo

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      Forum foncier mondial, le combat de 12 paysans sénégalais

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      Sénégal: Télévision, passage partiel de l'analogique à la TNT

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.