GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Septembre
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Photophorèse 3D (Rediffusion)

    Hologramme. © Yuichiro Chino

    Une nouvelle technique d'imagerie vient d’être mise au point aux États-Unis permettant de simuler les effets des hologrammes. Les images générées en trois dimensions par le dispositif des chercheurs semblent réellement flotter dans les airs. Mais ne vous y trompez pas ! Ce relief artificiel que nous pouvons apprécier de tous les côtés n’est qu’une formidable illusion qui gruge nos sens et notre cerveau.

    Toutes les technologies 3D, dites stéréoscopiques, permettent d’afficher sur un écran des images en relief avec ou sans lunettes spécialisées. Comment ça fonctionne ? Un filtre optique transmet une image à votre œil gauche, un point de vue qui sera légèrement décalé par rapport à ce que reçoit votre œil droit. C’est une formidable illusion qui gruge nos yeux et surtout notre cerveau.

    Ce procédé est souvent confondu avec une autre technique pour générer de véritables images en relief, appelée hologramme. Le mot qui tire son origine du grec ancien, est composé d’« holos » voulant dire entier et de « graphein » signifiant écriture. Il désigne des plaques photos en 2D particulières sur lesquelles deux rayons lasers se croisent en créant des interférences. Mais contrairement aux films en relief, nos méninges dans ce cas ne sont pas dupées, les images générées par cet artefact lumineux existent quand bien même on ne les regarderait pas.

    Les chercheurs de l'université de Brigham Young aux Etats-Unis ont préféré peaufiner la méthode des illusionnistes. Ces spécialistes de l’optique ont réussi à créer une image en relief flottante, qui est observable sur toutes les coutures, imitant ainsi les effets des clichés holographiques. Leur procédé, qui se base sur la « photophorèse », consiste à déplacer rapidement à l’aide de rayons lasers quasi indiscernables, une petite poussière de cellulose en suspension. Abracadabra ! En projetant des faisceaux saccadés de lumière visible, de rouge, de vert et de bleu sur cette particule aérienne aux mouvements fortement accélérés mais parfaitement contrôlés, les chercheurs sont parvenus à sculpter dans les airs une image 3D en couleur. Cet écran « volumétrique », composé d’une seule particule permet d’afficher la représentation d’un objet complet en s’appuyant sur le phénomène naturel de la persistance rétinienne. Une propriété oculaire qui permet de conserver un bref instant une image fixe qui se superpose aux suivantes.

    Les chercheurs américains en présentant leur prototype imaginent déjà les applications concrètes de leur procédé dans les domaines de la télémédecine, de l'industrie, de la publicité sans oublier le divertissement. Car avec cette technologie simili-holographique, c’est tout l’imaginaire des films de science-fiction, comme la Guerre des étoiles, qui s’invite aujourd’hui dans notre réalité. Un dispositif qui nous permettra bientôt de reprendre tous en chœur la réplique culte de princesse Leia dans l’épisode IV, le premier opus de la saga Star Wars diffusé au cinéma : « Au secours, Obi-Wan Kenobi. Vous êtes mon seul espoir ! »

    Vous avez des questions ou des suggestions vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.