GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Electricité: fermeture possible des centrales à charbon françaises après 2020 (gestionnaire)
    • Accord sur le Brexit: Shailesh Vara, secrétaire d'Etat britannique pour l'Irlande du Nord annonce sa démission
    • Brexit: Donald Tusk annonce un sommet européen le 25 novembre pour signer l'accord de retrait
    • Argentine: le Parlement adopte un budget d'austérité conforme à l'accord avec le FMI (officiel)

    Allemagne: les expulsions de migrants au cœur des débats politiques

    Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez se tient à côté de la chancelière allemande Angela Merkel lors d'une déclaration conjointe à Sanlucar de Barrameda, en Espagne, le 11 août 2018. REUTERS / Marcelo del Pozo

    Les questions migratoires restent au cœur des débats politiques en Allemagne. Samedi 11 août, la chancelière Merkel était en Espagne et un accord entre les deux pays vient d'entrer en vigueur pour que Madrid reprenne des migrants déjà enregistrés en Espagne et qui avaient gagné l'Allemagne. Le ministre de l'Intérieur allemand veut limiter l'arrivée de migrants dans son pays, et également expulser plus de personnes dont les demandes d'asile sont rejetées. Mais parfois, la légalité n'est pas toujours respectée par les autorités.

    de notre correspondant à Berlin,

    Le dernier exemple en date est celui d'un réfugié afghan qui, après son expulsion dans son pays, est revenu dimanche 12 août en Allemagne. Le jeune homme de 20 ans a atterri à Berlin et doit regagner le nord-est du pays, où il résidait auparavant. Nasibullah S. avait été expulsé avec 68 autres Afghans déboutés de leur demande d’asile début juillet.

    Ces renvois avaient provoqué une polémique, car le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer avait souligné que ces 69 personnes avaient été expulsées le jour de son 69ème anniversaire. Une remarque jugée de mauvais goût par beaucoup d’observateurs. Un Afghan expulsé s’était pendu après son retour dans son pays.

    Les autorités ont expulsé plusieurs demandeurs d’asile avant l’épuisement de leurs recours

    Nasibullah S. avait protesté lorsque la police était venue le chercher, rappelant que sa demande d’asile n’était pas tranchée en dernière instance. Son avocate, par ailleurs députée sociale-démocrate membre de la même grande coalition que le ministre de l’Intérieur, s’est démenée pour obtenir le retour de son client. Les autorités ont dû admettre qu’une erreur avait été commise concernant l’identité du jeune homme. Les coûts de son retour en Allemagne doivent être pris en charge par l’Office des migrations.

    Et la semaine dernière, on apprenait avec retard qu’un réfugié ouïghour, minorité musulmane persécutée en Chine, avait été expulsé à tort vers son pays malgré les menaces qui pesaient sur lui.

    Une autre expulsion a défrayé la chronique depuis la mi-juillet : celle d'un islamiste tunisien dont le dossier est particulièrement complexe. Sami A. est un Tunisien qui vit depuis longtemps en Allemagne. Il est suspecté d’avoir été formé dans un camp pour islamistes à l’étranger et même d’avoir été garde du corps du terroriste Ben Laden.

    Les autorités allemandes essayaient depuis longtemps de le renvoyer dans son pays. Le nouveau ministre de l’Intérieur avait dénoncé un scandale à propos de la présence de l’homme en Allemagne.

    Les autorités de Tunis ont émis des doutes sur les accusations de terrorisme

    Samir A. a été expulsé à la mi-juillet vers la Tunisie, mais les derniers recours juridiques n’étaient pas épuisés. Le tribunal de Gelsenkirchen réclame depuis son retour estimant que l’intégrité du Tunisien pourrait être en danger dans son pays en raison des risques de torture. La ville de Bochum est même contrainte à payer une amende, mais a fait appel de cette décision. L’Office des migrations avait depuis argumenté que Samir A. était même en liberté depuis son retour en Tunisie et que les menaces sur sa personne n’étaient pas fondées.

    Les autorités de Tunis ont même déclaré au magazine Der Spiegel mettre en doute les accusations de terrorisme contre leur ressortissant. D’après un journal allemand daté du lundi 13 août, les autorités allemandes auraient placé Samir A. sur la liste des personnes à refouler lors d’une éventuelle entrée dans l’espace Schengen.

    La même région concernée par le cas Samir A., la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, veut visiblement éviter qu’un dangereux islamiste puisse rester des années en Allemagne. Un autre Tunisien condamné pour soutien à l’organisation État islamique a été immédiatement expulsé dans son pays après la fin de sa peine de prison.

    ► À lire : Migrants: l'accord entre l'Allemagne et l'Espagne entre en vigueur

    Les autorités européennes veulent augmenter le nombre d’expulsions… sans y parvenir

    Plus largement, les autorités allemandes comme celles d'autres pays veulent augmenter le nombre des expulsions de migrants déboutés. Les expulsions d’étrangers dont les demandes d’asile ont été rejetées enflamment toujours les débats. Les uns jugent les pratiques utilisées inhumaines ; les autres, les responsables politiques, veulent que l’État de droit soit respecté. Et à l’heure où la politique migratoire allemande s’est durcie, cette volonté est encore plus fortement exprimée. Le nouveau ministre de l’Intérieur Horst Seehofer est en pointe sur ce dossier.

    Mais les chiffres montrent que le nombre d’expulsions n’augmente pas. 12 600 ont eu lieu au premier semestre, un chiffre comparable à celui de la même période de 2017. Le nombre de cas où certaines mesures ont échoué, en raison de la résistance des personnes concernées, a quant à lui été multiplié par trois. Une tendance qui traduit sans doute le désespoir des migrants face aux pratiques plus radicales des autorités.


    Sur le même sujet

    • UE / Migrants

      Méditerranée: la réalité du durcissement européen en matière d’immigration

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      Procédures d’expulsion express pour les migrants en Bavière

      En savoir plus

    • Allemagne / Migrants

      Migrants: l'accord entre l'Allemagne et l'Espagne entre en vigueur

      En savoir plus

    • Allemagne

      Allemagne: la droite impose à Merkel un ultimatum sur la question migratoire

      En savoir plus

    • Allemagne / Immigration

      Allemagne: scandale à l'office chargé des réfugiés

      En savoir plus

    • Allemagne

      Migrants: l'Allemagne instaure le regroupement familial sous conditions

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.