GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une : retour sur le 2e tour de la présidentielle au Mali

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

    Un second tour qui s’est déroulé « sous haute surveillance », rappelle Maliweb  …

    Le site souligne d’ailleurs que l’Etat s’était engagé « à sécuriser davantage les zones où il n’y a pas eu de vote au premier tour, pour permettre la tenue des opérations électorales ».

    Certains bureaux de vote, « où la violence a perturbé le scrutin », ont même été déplacés… « Pour des raisons de sécurité ».

    « Quelques 36 000 membres des forces de sécurité maliens » étaient mobilisés…

    Soit « 6 000 de plus » qu’au premier tour.

    Ces mesures, n’ont malheureusement pas empêchés des incidents.

    Incidents listés par Malijet.

    Par exemple, « le président d’un bureau de vote (à Arkodia dans le Nord) a été tué par balles au sud-ouest de Tombouctou ».

    Des urnes ont, elles, été « emportées à Nampala », mais aussi dans le cercle de Youwarou…

    Où les fortes pluies ont aussi « occasionné la fermeture de plusieurs bureaux de vote »…

    Les médias africains relaient également les soupçons de fraude qui pèsent sur ce scrutin…

    Maliweb notamment accuse… « Le régime en place a récidivé en réactivant sa machine de fraude électorale »…

    « La fraude à grande échelle que craignait le camp Soumaïla Cissé s’est malheureusement réalisé de nouveau », poursuit le site…

    Avant le début du vote, Tiébilé Dramé, directeur de campagne de l’opposant Soumaïla Cissé, affirmait que « des carnets à souches de bulletins de vote (au nom d'Ibrahim Boubacar Keita) qui doivent être sous scellé », circulaient partout dans la capitale malienne…

    Des accusations qualifiées de « manœuvres » et de « mises en scène » par le clan IBK…

    Et les soupçons de fraude n’épargnent pas l’opposition…

    Selon Malijet , « un militant de l’URD (le parti de Soumaïla Cissé) a été au quartier de Mancourani à Sikasso (…) en possession d’un sac bourré de bulletins pré-votés en faveur de Soumaïla Cissé »…

    Insécurité, soupçons de fraude, pluie… Tous ces éléments expliquent, en partie, la faible mobilisation des électeurs…

    Le média burkinabè Le Pays parle d’un vote « sans ferveur ».

    « Très peu de Maliens ont rallié les bureaux de vote hier », déplore de son côté Le Djely.

    « Un désintérêt qui pourrait certes s’expliquer par la pluie (…) et par les appréhensions liées au climat sécuritaire ».

    Mais, pour le média guinéen, « les raisons profondes (…) sont ailleurs »…

    « Elles sont surtout liées à la déception profonde que les acteurs politiques inspirent à leurs compatriotes »…

    Et Le Djely ne prend pas de pincettes…

    « Les politiciens maliens passent pour des baratineurs, des égoïstes, et des profiteurs ». « Ils se révèlent incapables de résoudre les problèmes basiques des Maliens. En dépit de toutes les promesses dont ils ont été abreuvés, les électeurs, dans leur écrasante majorité, végètent dans la misère du fait d’une corruption éhontée ».

    Autre explication de cette abstention selon la presse, le peu de suspens autour de ce scrutin…

    IBK « roule sur du velours », pour Le Pays

    « IBK favori », lance le Walf Quotidien.

    D’après le journal sénégalais, le président sortant « semble devancer son rival dans cette seconde manche, si l’on en croit plusieurs analystes de la chose malienne ».

    A en croire Enquête, un autre quotidien sénégalais, « l’actuel chef de l’Etat est serein et confiant quant à sa victoire future ».

    Les résultats officiels ne devraient pas être connus avant quelques jours…

    Mais, « sauf miracle » estime Wakat Sera , la victoire d’Ibrahim Boubacar Keita devrait être confirmée, lui qui « s’est forgé une avance considérable pour assurer son deuxième mandat ».

    Le Nouvel Observateur de Kinshasa, lui, préfère se projeter à plus long terme…

    Peu importe le président élu dans quelques jours… Il « aura la lourde mission d’engager le Mali dans la dynamique de paix et de stabilité, ainsi que de relancer une économie sans cesse en chute libre ».

    « Bref, conclut le journal, il devra travailler pour le bien-être du Mali et des maliens ».

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.