GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le pinot blanc, cépage délaissé de la Champagne

    La côte des Bars entre les champs et les prés. ©rfi/KUMOR Agnieszka

    Notre série d'été nous emmène dans le monde du vin où certaines variétés de raisins oubliées reviennent au goût du jour, des cépages locaux qui ont été jadis écartés au profit des cépages dits internationaux. Mais aujourd'hui les vignerons cherchent à préserver ce patrimoine, tout en produisant des vins qui se démarquent et qui s’adaptent aux défis du dérèglement climatique. L’histoire du pinot blanc en est un exemple édifiant.

    Nous arrivons à Ville sur Arce en Champagne. Les coteaux plantés de vignes enlacent les champs et les prés. Cette zone légèrement vallonnée couvre la partie méridionale du vignoble champenois. Elle se glisse entre deux communes, Bar-sur-Aube et Bar-sur-Seine, d’où son nom : la côte des Bar.

    Les « outsiders »

    Il existe sept cépages autorisés en Champagne, mais seulement trois ont monopolisé le marché. Ici, dans la côte des Bars, le pinot noir est roi, on l'associe au chardonnay et au pinot meunier. Et les quatre autres, alors ? Les voici : l’arbane, le petit meslier, le pinot gris et le pinot blanc. Difficile de les trouver car moins de 0,5 % du vignoble en est pourvus ! Pourtant, ces cépages oubliés représentent une richesse d’arômes au nez et à la buche que certains producteurs recherchent pour développer de nouvelles gammes de champagnes.

    Brice Bécard, responsable œnologie de la coopérative Champagne Chassenay d'Arce, nous emmène sur deux vieilles parcelles de vignes. Situées l’une à côté de l’autre, elles appartiennent à deux sœurs, les adhérentes de la cave. Sur la partie de gauche, on découvre quelques rangs de pinot blanc.

    Des vignes ont subsisté par ci, par là

    Ces vignes sont cultivées selon des méthodes de cultures raisonnées, qui consistent à diminuer, voire à supprimer, les traitements phytosanitaires, à ne les effectuer qu’en cas de besoin et avec des doses minimales. On plante également de l’herbe pour enrayer l’érosion des sols et on préserve la biodiversité. La parcelle en question date des années cinquante. « Elle a toujours été bien entretenue. En revanche, elle n’a pas été valorisée à sa juste valeur pendant de nombreuses années », explique Franck Barroy, président de cette coopérative. Il y a soixante ans, les vignerons de la côte des Bars plantaient volontiers du pinot blanc pour le marier au pinot noir. Problème, le pinot blanc était fragile, sensible à certaines maladies, comme la pourriture grise, et mûrissait tard. Petit à petit, il a été délaissé au profit du chardonnay. Cépage tout aussi productif, mais avec une belle maturité et souvent un très bel état sanitaire, le chardonnay était beaucoup plus facile à cultiver. Il a finalement pris la relève.

    Et puis le réchauffement climatique est arrivé avec son surplus de soleil. Ce qui est loin de mécontenter les champenois. « Aujourd’hui, les ceps de pinot blanc qui ont été plantés dans les années cinquante et jusque dans les années soixante-dix sont beaucoup moins vigoureux et produisent des raisins de très belle qualité qui n’ont rien à envier au chardonnay », dit Franck Barroy.

    L’engouement des amateurs

    Côté consommateurs, la demande est grandissante pour les cépages oubliés. « Ce qui était déclencheur pour nous c’était un engouement du marché pour les vins qui ont plus de personnalité, des champagnes un peu plus originaux. De vrais œnophiles sont demandeurs de ce genre de produit. C’est tout l’intérêt du pinot blanc qui donne des vins un peu plus amples et puissants. Il permet d’obtenir des champagnes très différents de ceux que l’on a l’habitude de faire ici, dans la vallée de l’Arce, et avec plus de chair, plus de matière »,explique l’œnologue de la cave.

    Parmi ces vignerons passionnés qui se sont mis au pinot blanc (seul ou assemblé à d’autres cépages), on peut citer notamment le champagne Pierre Gerbais, le champagne Gautherot, la maison Drappier ou encore le champagne François Dilligent (de la marque Moutard). Au champagne Chassenay d’Arce, on privilégie des cuvées de pinot blanc millésimées. A la dégustation, on apprécie le côté acidulé et la longueur en bouche d’un 2014. Le millésime 2012 fait ressortir des notes fruitées. Quant au pinot blanc 2009, c’est un champagne beaucoup plus complexe… Bref, chaque millésime a sa particularité.

    Cette année encore, les vignerons de la coopérative manqueront de temps pour partir en vacances. Mais leurs vins, eux, voyagent beaucoup ! 60% de la production de cette cave partent à l’exportation vers le Japon, la Russie, les Etats-Unis et le Royaume-Uni, sans oublier la Polynésie française.

    Liens utiles :

    Champagne Chassenay d’Arce
    Champagne Pierre Gerbais
    Champagne Gautherot 
    Champagne Drappier
    Champagne François Dilligent


    Sur le même sujet

    • Les variétés de raisin oubliées d'ici et d'ailleurs

      Le Carignan, cépage décrié du Languedoc

      En savoir plus

    • Les variétés de raisin oubliées d'ici et d'ailleurs

      Le Tardif, l’inconnu du Sud-Ouest

      En savoir plus

    Archives
       
    • Le Merwah et l’Obeidi, les autochtones du Liban

      Le Merwah et l’Obeidi, les autochtones du Liban

      Dans notre recherche de cépages rares et oubliés nous avons découvert bon nombre de variétés autochtones. Encore méconnues du grand public, ces variétés locales ont traversé …

    • Le Persan, l’indigène de Savoie

      Le Persan, l’indigène de Savoie

      Notre série d'été nous emmène dans le monde du vin où certaines variétés de raisins oubliées reviennent au goût du jour, des cépages locaux qui ont été jadis écartés …

    • Le Carignan, cépage décrié du Languedoc

      Le Carignan, cépage décrié du Languedoc

      Notre série d'été nous emmène dans le monde du vin où certaines variétés de raisins oubliées reviennent au goût du jour, des cépages locaux qui ont été jadis écartés …

    • Le Tardif, l’inconnu du Sud-Ouest

      Le Tardif, l’inconnu du Sud-Ouest

      Notre série d'été nous emmène dans le monde du vin où certaines variétés de raisins oubliées reviennent au goût du jour, des cépages locaux qui ont été jadis écartés …

    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.