GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: «respect!» pour Aretha Franklin

    Aretha Franklin en 1970. © Ron Howard/Getty Images

    « Respect ! », lancent en chœur Libération et Le Parisien, et on lira plus volontiers « respect » en français dans le texte. Ça s’écrit pareil, ça ne se prononce pas de la même façon.

    En Une, le premier de ces deux quotidiens nationaux rend hommage à la chanteuse disparue à l’âge de 76 ans comme à la reprise de cette chanson d’Otis Redding.

    « Aretha Franklin fait partie, fondamentalement, de l’histoire des Noirs américains, dit à Libé la professeure d’études afro-américaines à Yale Daphne Brooks. Elle appartenait à cette génération d’Afro-Américains qui ont sondé l’identité noire, qui venaient du Nord comme du Sud, urbains comme ruraux, passionnés de jazz, de blues, de r’n’b et de pop. »

    « Respect, madame Franklin ! », clame en écho Le Parisien. La reine de la soul fut un « modèle » tant par sa voix « unique » que par son « engagement » politique.

    Son engagement, mais aussi sa « révolte » et ses « idéaux de justice et de liberté », rehausse L’Humanité. Aretha Franklin aura été « généreuse jusqu’au bout », énonce le quotidien communiste.

    « A l'évidence, corrobore Le Journal de la Haute-Marne, Aretha Franklin n'était pas une artiste de variété. Elle était une incarnation dans une Amérique qui mêle le meilleur et le pire. (Elle) n'est pas tout à fait partie. L'écouter créera toujours une émotion. »

    Le Figaro, de son côté, évoque, dans le sillage de plusieurs générations de mélomanes, la « plus grande interprète de tous les temps » ! Ce journal n’en veut pour preuve que l’aura planétaire de la chanteuse disparue, qui « demeure l’artiste féminine ayant vendu le plus de disques vinyles de tous les temps ».

    Pour Benjamin Smith, armement du toboggan

    Air France-KLM a un nouveau patron, le Canadien Benjamin Smith, un choix approuvé par le gouvernement. Chez Air France, il y a certes un nouveau pilote dans l’avion, mais sans attendre, il est contesté comme rarement. Le numéro deux d’Air Canada Benjamin Smith a été nommé  directeur général. Un étranger à la tête d’Air France ? Même si on nous dit que l’intéressé maîtrise parfaitement son métier, les syndicats d’Air France ne l’entendent pas de cette oreille.

    « Notamment des pilotes », pointe Le Figaro. Ce quotidien, en Une, dénonce ce qu’il appelle la « dérive » des syndicats de la compagnie. « Voudraient-ils saper encore davantage le pavillon français, dans un monde aérien de plus en plus compliqué, qu'ils ne s'y prendraient pas autrement », se récrie Le Figaro.

    Le choix de Benjamin Smith ? C’est une « double révolution », résume Les Echos. C’est en effet la première fois qu’un pilote « pas français » tiendra le manche d’Air France, et c’est la première fois que ledit pilote sera un « non-fonctionnaire », souligne le quotidien économique. Lequel relève tout de même que Benjamin Smith est « parachuté sur Paris pour une mission impossible ».

    Car si, aux Etats-Unis, les pilotes d’avion sont considérés comme des « conducteurs de camion », en France, ils se considèrent comme « l’élite de la nation, fustige Les Echos, […] ils sont persuadés d’avoir toujours raison » !

    La Croix non plus, ne trouve rien à redire à ce choix, car l’identité française du groupe est suffisamment affirmée  pour qu’il n’y ait « pas lieu de redouter qu’elle devienne apatride ». Quant à la crainte qu’Air France « tombe dans les mains d’un dirigeant étranger », c’est manquer de confiance dans cette entreprise, ajoute ce journal.

    Vérification de sa paye opposée (à celle de son prédécesseur)

    Mais ce qui intéresse aussi et peut-être surtout la presse ce matin, c’est la rémunération de Benjamin Smith. Alors qu’Air-France-KLM est déchiré par un conflit salarial, les syndicats de la compagnie sont indignés par l’augmentation spectaculaire de la rémunération de son patron. La rémunération de Benjamin Smith, 3,3 millions d’euros par an –trois fois celle de son prédécesseur - risque de fonctionner « comme un chiffon rouge, prévient La Croix. Son salaire s’élèverait au triple de celui de son prédécesseur, alors que le long conflit social du printemps n’a pas atteint son objectif de hausse des salaires des employés d’Air France », souligne le quotidien catholique.

    « Quel paradoxe de voir que ceux qui font dans leur vie plus de kilomètres qu’aucun autre sont les plus crispés sur un modèle étriqué, remarque le journal L’Opinion. […] Quelle étrangeté de voir ces professionnels baignés dans un univers par définition mondialisé se crisper sur une vision nationaliste du métier. » Et L’Opinion de se demander si cela ne dissimule pas « la crainte d’être bientôt vraiment dirigés, la peur de la fin de la récré ? ».

    Un pont et taxe

    Polémique encore, autour des ruines du pont de Gênes qui s’est effondré. Une polémique qui a franchi les Alpes pour arriver en France. A grand traits, Dominique Bussereau, l’ancien secrétaire d'État aux Transports du gouvernement Fillon, du temps du gouvernement Fillon, a suggéré de revenir à l'écotaxe pour financer les travaux nécessaires à la remise en état des routes en France en général et des ouvrages d’art en particulier.

    « L'écroulement du viaduc de Gênes secoue le paysage politique jusqu'en France, constate Les Dernières Nouvelles d'Alsace. Entre deux chassés-croisés d'été, la maintenance du réseau routier s'octroie la priorité dans les débats », observe ce quotidien de l’est de la France. « Inquiétant déjà avant Gênes, cet état des ponts souffreteux vire au chemin de croix pour le gouvernement. Il ouvre une voie royale vers des dépenses colossales », complète cependant Les Dernières Nouvelles d'Alsace.

    « Encore faudrait-il avoir du courage politique pour revenir sur un des plus beaux gâchis de l'ère Hollande », objecte son confrère L’Alsace, en référence explicite à l’alors ministre Ségolène Royal qui avait incité le gouvernement à faire une croix sur l’écotaxe.

    Morandini ou le Débauché

    Enfin ces nouveaux ennuis judiciaires pour l’animateur Jean-Marc Morandini. La justice ouvre une nouvelle enquête sur des soupçons de harcèlement sexuel. Selon Le Parisien, une juge d’instruction a été désignée début août pour rouvrir une enquête qui avait auparavant été classées sans suite l’an dernier dans une affaire dite des « castings douteux ». Cette fois-ci, la juge va mener ses investigations dans le cadre d’une saisine pour, effectivement, « harcèlement sexuel » mais aussi pour « travail dissimulé » à l’encontre de Jean-Marc Morandini, précise ce journal. Tout est possible…

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.