GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Les Ivoiriens valorisent leur café

    Devant l'usine «Ivory Blue». RFI/Frédéric Garat

    Puissance agricole, la Côte d'Ivoire ne transforme qu'une infime partie de ses produits. Mais les choses changent. Un exemple, depuis deux ans une société ivoirienne, Augure Industrie, s'est lancée dans la transformation du café et commercialise les premières dosettes et sachets cent pour cent fabriqués en Côte d'Ivoire. La marque s'appelle Ivory Blue.

    « On a essayé de trouver un café spécifique, un café authentique, et c'est là que nous avons découvert l'arabusta qui est un hybride crée dans les années 1960 par un institut de recherche, et donc nous avons travaillé autour de l'arabusta. »

    André Braud-Mensah a fait carrière dans les télécommunications, mais il est aujourd'hui torréfacteur et chef d'entreprise. Une passion pour le café conjuguée à une vision économique. Selon lui, la Côte d'Ivoire doit impérativement transformer ses matières premières agricoles et ne plus se contenter de les exporter.

    « Il n'y a pas d'avenir en dehors de la transformation de produits agricoles. On ne peut pas passer d'un monde agraire à une société de haute technologie. Il faut industrialiser, il faut transformer ! C'est comme ça dans le monde entier, ça a toujours été comme ça ! L'Europe est passée par là, les États-Unis, l'Asie aussi. Il n'y a que chez nous que l'on ne comprend pas qu'il faut industrialiser, donc il y a un problème  ! »

    En novembre 2016, il lance donc la marque Ivory Blue, pour fabriquer et commercialiser les premières capsules de café cent pour cent ivoiriennes. Ça tombe bien, car le gouvernement soucieux de générer davantage de richesses dans les campagnes soutient les projets de transformation agricole.

    « Lorsque l'on importe des machines dans le cadre de la transformation on est exempté de TVA et l'on ne paye que cinquante pour cent des frais de douane. C'est accessible ! »

    Le café ivory blue est cultivé dans la région des montagnes, il est bio et équitable.

    « On travaille avec de très vieilles plantations qui datent des années 1970, donc qui n'ont nul besoin de pesticides, d'engrais, etc. Donc, nous sommes dans un écosystème où il n'y a pas de raisons que ce ne soit pas bio. En dessous des arbres il y a du riz, au-dessus il y a de la forêt ! Après du point de vue du commerce équitable, quand on achète le robusta qui est à six cent cinquante francs le kilo, nous l'achetons au moins à mille francs. Et pour l'arabusta on est à mille cinq cents francs, c'est-à-dire trois fois le prix du marché. »

    Après le succès des capsules, Ivory Blue lance ce mois-ci le café en sachet, à infuser directement. Et André Braud-Mensah ne compte pas s'arrêter en chemin. Il développe une marque de chocolat et de pâte à tartiner avec un artisan local, avant de s'attaquer au marché de la noix de cajou. Son entreprise emploie déjà vingt-cinq personnes et si les volumes de café transformés sont encore modestes, la démonstration est réussie. Le café cent pour cent ivoirien rencontre un public de plus en plus large et compte s'exporter en Asie et en Europe.


    Sur le même sujet

    • Afrique Économie

      Côte d'Ivoire: «Ivory Blue», la marque de café-expresso en capsule

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.