GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • «Gilets jaunes»: un millier de manifestants recensés et une quarantaine d'interpellations à Paris (préfecture de police)
    • Ethiopie: décès de l'ancien président Girma Woldegiorgis deux semaines avant son 95e anniversaire (médias d'Etat)
    • «Gilets jaunes»: l'A6 fermée à la frontière du Rhône par précaution
    • Suivez en direct notre liveblog RFI «"gilets jaunes", acte V: la journée du 15 décembre en continu»

    Ebola en RDC: «Oicha est dans une zone rouge, cela rend l'intervention difficile»

    Les médecins évacuent le corps d'un patient sans doute atteint par le virus Ebola le 22 août 2018 à Mangina, près de Béni, dans la province du Nord-Kivu. AFP/John Wessels

    La lutte contre l’épidémie d’Ebola est à un moment « charnière », déclaration de l’OMS hier à Genève, 24 jours après la déclaration officielle de l’épidémie et alors qu’un premier cas a été confirmé cette semaine à Oicha une zone considérée comme « rouge » à cause des groupes armés qui sévissent dans ce territoire. Le « scénario que tout le monde redoutait » selon l’OMS. Alors que signifie l’apparition de ce nouveau cas ? Où en est la lutte contre la maladie ? Comment s’organise la riposte ? Michel Yao, responsable des urgences pour le bureau Afrique de l’OMS, répond aux questions de Florence Morice.

    RFI: Pourquoi ce cas d’Ebola, confirmé à Oicha, vous inquiète-t-il particulièrement, à l’Organisation mondiale de la la Santé (OMS) ?

    Michel Yao: Parce que Oicha, en termes de sécurité, se trouve dans une zone rouge et par conséquent, cela rend l’intervention difficile. On redoutait cela, depuis un certain temps, parce que tous ces aspects qui permettent d’arrêter une épidémie sont difficiles à mettre en place, dans un contexte d’insécurité.

    A Oicha, 97 cas contacts ont été identifiés. Est-ce qu’aujourd’hui, il est possible de les suivre correctement, dans cette zone ?

    Il est possible de les suivre. Ces trois derniers jours, des équipes se sont rendues à Oicha pour pouvoir faire le suivi des contacts. Nous essayons aussi de renforcer les compétences locales, notamment le médecin chef de zone qui couvre toute cette partie, a été formé, avec son équipe, pour pouvoir faire le suivi des contacts. Nous allons même essayer de renforcer la capacité de l’hôpital à pouvoir, ne serait-ce qu’isoler un patient suspect, et pouvoir ainsi lancer l’alerte pour que l’on puisse faire des investigations ou évacuer un patient dans les Centres de traitement qui sont autour de Oicha.

    Que voulez-vous dire lorsque vous dites « nous sommes à une période charnière » de la lutte contre cette épidémie ?

    Nous sommes à une période charnière parce que nous avons eu un pic de contamination vers la fin de juillet, début août. Quand on regarde la période d’incubation, on arrive à la fin d’un cycle où si ces sujets contaminés devaient en contaminer d’autres, on aurait pratiquement eu la plupart des malades. Si nous n’avons pas raté de contacts, on devrait arriver à une réduction massive du nombre de cas. Mais si des contacts nous avaient échappé, on rentrerait alors dans un nouveau cycle où l’on pourrait avoir de nouveaux cas qui pourraient se manifester.

    Cela veut dire que le début de la semaine prochaine va être déterminant ?

    Oui. Nous resserrons la surveillance pour que les réseaux communautaires pussent nous rapporter des cas de décès communautaires ou bien de personnes qui auraient des symptômes qui ressembleraient aux symptômes de la maladie à virus Ebola.

    Quels sont les facteurs qui pourraient faire que des contacts ont été ratés ?

    Dans cette zone, nous avons une certaine densité de population. Nous avons aussi un mouvement de population lié non seulement aux facteurs d’insécurité mais aussi à des échanges commerciaux entre provinces ou entre pays. Ces facteurs peuvent faire en sorte que des contacts puissent nous échapper, comme par exemple des contacts de gens qui seraient partis sans que la personne contaminée se rappelle. C’est ce qui fait que nous ne pouvons pas, au tout début du moins, avoir toute la certitude que nous n’aurions pas raté de cas.

    Durant l’épidémie qui a touché l’Afrique de l’Ouest, les Centres de santé ont été désertés par la population, par peur, ce qui fait que, in fine, il y a eu davantage de décès à cause du paludisme que d’Ebola. Est-ce qu’on observe le même phénomène ici ?

    Pour le moment, ce que nous observons sur le terrain ne permet pas de dire qu’il y a désertion. Même à Mangina, l’hôpital continue de marcher. Avec les autorités nationales, nous avons aussi introduit la gratuité des soins. Les patients peuvent donc se faire soigner gratuitement.

    Comment le personnel médical est-il formé pour détecter des cas qui pourraient se présenter et pour ne pas contaminer les autres patients ?

    Nous avons ce que l'on appelle la « Prévention et le contrôle des infections ». Il s’agit d’un programme qui vise à former le personnel mais aussi à mettre à disposition des équipements de protection. Ils peuvent se protéger contre la maladie mais aussi ne pas transmettre la maladie à d’autres personnes.

    Comment se fait-il que le premier cas confirmé ici, à Oicha, soit décédé le 13 mai et que l’épidémie n’ait été déclarée que le 1er août ?

    Cela peut arriver. Au tout début, les symptômes d’Ebola ressemblent fortement à d’autres symptômes. Il y a aussi des interprétations culturelles de décès. Souvent, de ce que nous avons entendu, des enquêtes de connaissance d’Ebola montrent que les décès liés à Ebola pourraient être liés à la sorcellerie ou encore à d’autres aspects. Dans le cas présent, l’alerte a été donnée. En effet, quand on a eu un groupe de personnes décédées, c’est devenu un phénomène anormal et hautement suspect qui a suscité des investigations et la collecte d’échantillons pour la confirmation.

    Au même moment, il y avait une grève du personnel infirmier dans les structures de santé de la province qui protestaient contre leurs mauvaises conditions de travail et ne rapportaient plus les informations comme elles le font habituellement. Cela a-t-il pu jouer aussi dans ce retard ?

    C’est possible. La bonne chose c’est que, quand il y a eu ce groupe de décès, cela a été notifié. Je pense que le personnel médical, malgré la grève, aurait signalé quelque chose de hautement anormal parce que cela pourrait aussi affecter leur environnement, leur propre famille. Lorsqu’on regarde les courbes selon les enquêtes rétrospectives, on a des cas qui sont séparés, souvent des cas uniques. Et en ce moment, sans la confirmation des laboratoires, il est très difficile de dire qu’il s’agit de la maladie à virus Ebola.


    Sur le même sujet

    • RDC / Santé et médecine

      RDC: Ebola a traversé les lignes rebelles au Nord-Kivu, selon l’OMS

      En savoir plus

    • RDC / Santé

      RDC: à Béni, on tente de s'adapter à la mortelle proximité du virus Ebola

      En savoir plus

    • RDC

      RDC: la lutte contre Ebola continue dans le Nord-Kivu

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.