GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Pour lutter contre la solidarité, la Hongrie lance une taxe sur la migration

    Le gouvernement du premier ministre Viktor Orban met des batons dans les roues des ONG aidant les migrants en leur imposant une nouvelle taxe. AFP/Marco Bertorello

    Le gouvernement nationaliste du Premier ministre hongrois Viktor Orbán a inventé un nouvel impôt : une taxe sur la migration. Votée en juin dernier par le Parlement, elle est entrée en vigueur il y a quatre jours. Elle vise les organisations qui font la promotion de la migration.

    de notre correspondante à Budapest,

    La loi dit que les organisations dont les programmes et les activités soutiennent directement ou indirectement la migration seront soumises à une taxe de 25 %. Cette taxe serait payée par celui qui finance l’activité, c’est-à-dire par le donateur. Si une fondation norvégienne fait un don à une association hongroise, c’est cette fondation qui devra s’acquitter de la taxe. Si jamais elle ne le fait pas, c’est l’association hongroise qui devra payer.

    Des associations qui font la promotion de la migration en Hongrie, il n’y en a pas. Il y a eu des associations qui ont apporté de la nourriture aux personnes qui passaient la frontière, mais elles ne travaillent plus, faute de migrants. Des ONG continuent d’offrir une aide juridique aux étrangers qui veulent demander l’asile, ou les défendent devant les tribunaux si leurs droits ne sont pas respectés. D’autres ont des programmes d’aide aux étrangers qui veulent s’intégrer, avec des cours de langues, des séminaires de formation pour trouver un travail. Elles ne font pas la promotion de la migration, mais le gouvernement les accuse de le faire.

    Le problème, c’est aussi que cette loi est très vague. Le texte laisse entendre que les subventions de l’Union européenne ou de l’ONU seraient exemptées de l’impôt. Mais quand le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a posé la question au ministère hongrois des Affaires étrangères, il n’a pas eu de réponse claire. C’est dire si ce texte est mal ficelé.

    Quels recours pour les ONG ?

    Cette loi ne peut pas être contestée devant la Cour constitutionnelle, parce que le gouvernement Orbán a beaucoup réduit la compétence de cette dernière. La Cour n’a plus le droit de rendre des jugements sur la fiscalité. Amnesty International, le Comité Helsinki et d’autres associations, qui ont décidé de ne pas payer la taxe, explorent les possibilités de recours. Ces ONG pourraient porter plainte devant la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg. La Commission européenne pourrait aussi poursuivre l’Etat hongrois.

    Mais toutes ces procédures sont très longues, elles durent trois ans. Pendant ce temps-là, l’Etat peut sanctionner les associations qui ne paient pas la taxe, en organisant des contrôles fiscaux permanents pour les empêcher de travailler, pour les harceler. Ce n’est pas un scénario fantaisiste, cela s’est déjà produit en 2014. La police et le fisc avaient effectué des descentes dans les bureaux de plusieurs ONG qui recevaient des dons du gouvernement norvégien et qui avaient des programmes d’éducation à la démocratie et aux droits de l’homme. Résultat : plusieurs de ces ONG ont mis la clé sous la porte et il n’y a plus de fonds norvégiens.

    Selon les ONG hongroises, cette taxe est un outil supplémentaire pour les persécuter. Il n’y aura pas beaucoup d’avocats fiscalistes pour les défendre. Les avocats et les cabinets d’audit, qui ont parmi leurs gros clients des entreprises proches du gouvernement, ne veulent pas prendre de risque. D’ailleurs, le cabinet Ernst & Young a conseillé à l’Université d’Europe centrale d’abandonner un programme d’enseignement dédié aux réfugiés. Et cette dernière l’a fait. C’est peut-être le but de la loi : faire peur à tous les acteurs de la société civile pour qu’ils abandonnent toute initiative en faveur des migrants et réfugiés.


    Sur le même sujet

    • UE

      Europe: en visite au Danemark, Macron assume le clivage avec Orbán et Salvini

      En savoir plus

    • Italie / Hongrie

      Italie: la rencontre prévue entre Orban et Salvini agace Luigi Di Maio

      En savoir plus

    • Israël / Hongrie

      Israël: Viktor Orban accueilli par des manifestants au mémorial de l’Holocauste

      En savoir plus

    • Hongrie/Israël

      Israël: visite controversée du Premier ministre hongrois

      En savoir plus

    • Hongrie

      Angela Merkel rencontre Viktor Orban pour évoquer la question de l'asile

      En savoir plus

    • Diplomatie

      Hongrie: Mediapart révèle le fervent soutien de l'ambassadeur français à Orban

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.