GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 26 Septembre
Jeudi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Investir pour contenir l’émigration

    Des manifestants d'extrême droite se rassemblent à Chemnitz (Allemagne), le 27 août 2018. REUTERS/Matthias Rietschel

    Les questions migratoires sont plus que jamais en tête des priorités des gouvernements européens. Manifestations violentes en Allemagne, montée en puissance des populistes, querelles sur l’accueil des bateaux de migrants.
    Parmi les nombreux axes sur lesquels l’Europe se doit de réfléchir et d’agir, la question de l’aide au développement. Cet été 2018, le président du Parlement européen s’est rendu avec toute une délégation d’entrepreneurs au Niger. Un pays stratégique puisque c’est par là que transitent la plupart des migrants qui veulent rejoindre l’Europe. Objectif : favoriser les investissements et donc la croissance. Reportage sur place de Joana Hostein.

    A plus court terme, on le sait, l’Europe s’illustre surtout par sa volonté de contrer coûte que coûte l’arrivée des migrants sur son sol. Accord financier avec la Turquie, renforcement de l’organisme de contrôle de ses frontières extérieures Frontex, mais aussi coopération sécuritaire avec les pays africains. Sur ce dernier point, l’UE n’évite pas un cynisme certain, comme le dénonce le journaliste allemand Jan Schäfer dans son documentaire « les Etats Africains, portiers de l’Europe ». Un documentaire qu’a regardé Catherine Rolland.

    « Macédoine du Nord », un nom en cours de validation…
    Il y aura donc un référendum pour valider le nouveau nom de Macédoine du Nord. C’est ainsi qu’il faudra sans doute bientôt appeler la petite République d’ex-Yougoslavie qui avait le tort de partager le même nom que la province grecque voisine de Macédoine. Après 27 ans de querelles diplomatiques qui ont empoisonné les relations entre les deux pays, l’accord historique signé, le 17 juin 2018, doit donc recevoir l’approbation des citoyens. Mais rien n’est moins sûr. Les opinions sont contrastées à Skopje et dans le reste du pays, et l’opposition nationaliste bien déterminée à contester ce nouveau nom que devrait prendre le pays. Reportage sur place de Laurent Geslin.

    Et en marge de cet accord, les autorités grecques ont dénoncé l’ingérence de Moscou. Deux diplomates russes ont été expulsés… deux autres interdits de séjour. Selon les accusations étayées par des enquêtes journalistiques, le gouvernement russe aurait tenté d’empêcher un accord qui ouvre les portes de l’Otan et d’Union européenne à ce nouveau pays, la Macédoine du Nord… A Athènes, Charlotte Stievenard.


    Sur le même sujet

    • Allemagne

      Allemagne: L’extrême-droite s’empare du meurtre d’une adolescente par un migrant

      En savoir plus

    • Allemagne

      Allemagne: des milliers de manifestants à Chemnitz dans deux cortèges distincts

      En savoir plus

    • Allemagne

      Extrême droite en Allemagne: Angela Merkel dénonce «la haine dans la rue»

      En savoir plus

    • Grèce / Macédoine / Russie

      Grèce et Macédoine au centre d’une mini-crise aux relents de guerre froide

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.