GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Les prix du pétrole tiraillés entre l'Iran et les taxes américaines

    Une torche à gaz sur une plate-forme de production de pétrole dans les champs pétrolifères de Soroush est visible à côté d’un drapeau iranien dans le golfe Persique, en Iran, le 25 juillet 2005. REUTERS/Raheb Homavandi/File Photo

    Plus de 78 dollars le baril lundi : les prix du pétrole sont dopés en ce début de semaine par la diminution, déjà, des exportations iraniennes de brut. Cette hausse des cours est cependant limitée par la guerre commerciale menée par les Etats-Unis.

    Deux forces opposées tirent les prix du pétrole. Vers le haut, le retour imminent de l'embargo pétrolier contre l'Iran. Les nouvelles sanctions américaines doivent entrer en vigueur le 5 novembre prochain. Mais déjà les exportations iraniennes s'amenuisent, à un rythme plus rapide que prévu, devant la frilosité des acheteurs, ils craignent de subir les foudres de Washington.

    Exportations iraniennes au plus bas depuis 16 mois

    Même le Japon chercherait selon la presse nippone à s'affranchir du pétrole iranien, parce que Tokyo n'a pas obtenu d'exemption de la part de l'administration américaine. Selon Bloomberg, les expéditions de brut iranien auraient à peine dépassé les 2 millions de barils par jour le mois dernier, contre 2,7 millions il y a quelques mois. OilPrice.com craint qu'elles plongent sous le million de barils d'ici novembre, soit moins de 20 % de la production iranienne.

    Quelle compensation de l’OPEP ?

    Le reste de l'OPEP a certes déjà pris le relais. L'Arabie saoudite bien sûr, mais surtout l'Irak, il expédie des champs pétroliers du sud 7 % de pétrole supplémentaire depuis janvier ( 3,6 millions de barils par jour en août ). Hors de l'OPEP, la Russie est proche de son record d'exportation depuis la fin de l'ère soviétique ( 11,21 millions de barils par jour ). Mais que la production libyenne rechute, le remplacement des barils iraniens pourrait être plus difficile, estime un analyste de BNP Paribas.

    Le ralentissement du commerce et des émergents freine les cours

    Ce qui empêche les cours du pétrole de vraiment flamber, c'est la peur d'un ralentissement de l'économie mondiale liée à la guerre commerciale de Donald Trump... Les discussions sont dans une impasse avec le Canada, avec l'Union européenne, et le président américain menace d'imposer 200 milliards de dollars de taxes supplémentaires aux produits chinois. L'impact commence à se faire sentir sur l'économie du géant asiatique, qui a connu la plus faible augmentation de son activité manufacturière depuis un an, et dont les commandes à l'export chutent depuis cinq mois consécutifs. La demande chinoise de pétrole pourrait s'en ressentir, alors que déjà nombre de pays émergents comme la Turquie, l'Inde ou l'Afrique du Sud sont en proie à une crise monétaire et se demandent comment ils vont payer leur facture pétrolière. Cette tendance au rétrécissement de la demande vient contrarier l'augmentation des cours causée par la diminution de l'offre iranienne. Ce qui maintient pour l'instant les prix du brut à un niveau raisonnable.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.