GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Février
Jeudi 14 Février
Vendredi 15 Février
Samedi 16 Février
Aujourd'hui
Lundi 18 Février
Mardi 19 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Suède a annoncé le rappel de son ambassadeur au Guatemala (communiqué)
    • Syrie: Donald Trump demande aux Européens de rapatrier leurs jihadistes prisonniers
    • Opération de déminage à Paris après la découverte d'une bombe de la Seconde Guerre mondiale: près de 1800 personnes évacuées

    Un ascenseur spatial japonais miniature

    Les scientifiques qui sont épaulés par l’entreprise japonaise du bâtiment Obayashi, espèrent que d’ici à 2050 un ascenseur spatial complet et opérationnel permettra enfin d’emmener à moindre coût des touristes dans l’espace. CC 0 Pixabay/qimono

    Des chercheurs nippons et une grande entreprise japonaise du bâtiment ont l’ambition de construire un ascenseur spatial pour amener des hommes et du matériel en orbite terrestre. Cette construction pharaonique permettrait à coût réduit de démocratiser le tourisme et la conquête spatiale. Première étape, tester la faisabilité du projet avec une version miniature de ce type d’élévateur cosmique. Décollage imminent de cet appareillage, le 11 septembre prochain.

    Allez hop ! Plus que trois petites décennies à attendre, en principe vers 2050, avant d’explorer de nouveaux mondes et au mépris du danger, avancer vers l’infini. Mais avant de chausser les pantoufles du capitaine Kirk de la série Star Trek, encore faut-il pouvoir quitter facilement le plancher des vaches.

    Nos fusées à réaction ont toujours le vilain défaut d’engloutir des tonnes de carburant pour s’arracher à l’attraction terrestre. Un surpoids de combustible qui limite considérablement la quantité du fret que l’on souhaite satelliser. Pourquoi ne pas employer un ascenseur, se demandait le physicien Constantin Tsiolkovski, considéré comme le père de l’astronautique russe.

    Ascenseur spatial

    En visitant la Tour Eiffel en 1895, il imagina une construction de 36 000 km de haut, afin d’acheminer des charges utiles et des astronautes en orbite géostationnaire. Le concept de l’ascenseur spatial était né ! L’idée fut améliorée bien plus tard, en remplaçant la tour par un câble qui descendrait de l’espace jusqu’au sol, par exemple. Mais même ainsi, la réalisation du projet représente un véritable défi technologique comme celui de mettre au point un matériau à la fois léger et solide pour fabriquer le câble. Il devra résister à la tension qu’exercera fatalement la force centrifuge sur le filin et supporter son propre poids sans s’effondrer !

    Les nanotubes et les nouveaux alliages récemment inventés permettent d’envisager enfin ce type de structure. Malheureusement, impossible actuellement de les produire en quantité suffisante pour relier l’espace à la terre, préviennent les experts des nanotechnologies. Un problème qui n’en serait pas un, selon les chercheurs japonais de l’université de Shizuoka bien décidés à envoyer vers la Station spatiale internationale un petit prototype d’ascenseur spatial.

    Des espoirs pour 2050

    Précisons que le dispositif nippon est bien la version lilliputienne d’un élévateur cosmique. Deux nanosatellites de 10 centimètres de côté seront reliés par un câble de 10 mètres. Une petite boite de quelques centimètres cubes seulement effectuera des aller-retour le long du filin. C’est une première étape, mais les scientifiques qui sont épaulés par l’entreprise japonaise du bâtiment Obayashi, espèrent que d’ici à 2050 un ascenseur spatial complet et opérationnel permettra enfin d’emmener à moindre coût des touristes dans l’espace.

    Ces nouveaux explorateurs accompliront alors leurs premiers pas hors du berceau de l’humanité. Et en quittant la Terre, le nid douillet qui les a vus naître, grandir, ils s’envoleront « vers l’infini et peut-être même au-delà », aurait pu ajouter Buzz l’Éclair.

    Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

    • Des nano-robots en boule de gomme

      Des nano-robots en boule de gomme

      Utiliser des nano-robots pour réparer les cellules du corps humain n’est plus un concept réservé aux seuls ouvrages de science-fiction. Des …

    • Wikipédia en orbite terrestre

      Wikipédia en orbite terrestre

      Afin de transmettre aux générations futures les millions d’articles rédigés sur Wikipédia, une fondation américaine a …

    • Des rats pilotés par la pensée

      Des rats pilotés par la pensée

      Des chercheurs chinois ont mis au point une nouvelle interface électronique pour connecter un cerveau de rat à celui d’un être humain. Leur …

    • Little Sophia, l’androïde des enfants

      Little Sophia, l’androïde des enfants

      Elle est capable de marcher, parler, chanter, jouer ou raconter des histoires ! Elle ? C’est « Little Sophia » . La copie conforme …

    • Nano-drones militarisés

      Nano-drones militarisés

      Des mini-drones de 33 grammes rejoignent les rangs de l'armée française. Malgré leur apparente fragilité, ces micromachines volantes, …

    • Une intelligence artificielle vocalise vos pensées

      Une intelligence artificielle vocalise vos pensées

      Selon des chercheurs américains, la machine « télépathe » capable de pirater nos rêves et nos pensées les plus …

    • HypnoVR, anesthésie virtuelle sous hypnose

      HypnoVR, anesthésie virtuelle sous hypnose

      Véritable révolution technologique qui a fait le bonheur des adeptes de jeux vidéo, les dispositifs de réalité virtuelle ont trouvé …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.