GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Tanzanie: plus de 40 morts dans le naufrage d'un ferry sur le lac Victoria (autorités)
    • Etats-Unis: fusillade dans le Maryland, 4 morts, dont l'auteur des tirs

    Bonne perspectives pour la pomme française

    La France est aujourd'hui le troisième producteur européen derrière la Pologne et l’Italie.Près de 40% de la production est exportée vers une centaine de pays. Photo: un verger dans l'ouest de la France. ©JEAN-FRANCOIS MONIER/AFP

    En France, les producteurs de pommes sont optimistes. La saison qui vient de commencer s’annonce bonne. Un marché à l’export qui pourra, également, bénéficier d’une bonne conjoncture internationale.

    En France, la production de pommes devrait atteindre environ un million et demi de tonnes cette année, c’est-à-dire 1 % de moins que l’an dernier. A défaut de quantité, la récolte s’annonce de très bonne qualité. Les vergers français ont, en effet, bénéficié, de conditions climatiques favorables : hiver doux, pas de gel et quelques épisodes de grêle. Résultat cette année, les fruits ont une belle coloration, de beaux calibres et surtout sont très sucrés. Le taux de sucre est le premier critère recherché par les acheteurs.

    La France est, aujourd'hui, le troisième producteur européen derrière la Pologne et l’Italie. La pomme française se vend bien à l’étranger. Près de 40% de la production est exportée vers une centaine de pays. Les producteurs français devraient, cette année, bénéficier d’une bonne conjoncture internationale.

    D’abord, ces principaux concurrents, notamment l’Espagne et le Portugal, prévoient une baisse de leur production, de l’ordre de 6%. L’Europe de l’Est, et notamment la Pologne, attend de son côté une belle récolte. Mais elle est davantage destinée à la transformation, les jus de pommes par exemple. De l'autre côté de l'Atlantique, les récoltes aux États-Unis s’annoncent, également, en baisse : moins de 6%.

    Enfin, la Chine, premier producteur mondial, a connu d’importants épisodes de gel. Ce qui devrait entraîner une chute de sa récolte, moins de 25%. Soit douze millions de tonnes en moins. Les Chinois écouleront, donc, moins de pommes et de concentré de jus de pommes en Russie et aux Etats-Unis. Une situation qui devrait renforcer la présence de la France sur les marchés étrangers.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.