GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Au Gabon, l’association des femmes productrices de manioc d’Agni-Zok

    Gertrude Ada, présidente de l’association des femmes productrices de manioc d’Agni-Zoka de Bitam au Gabon RFI/Sayouba Traoré

    Le manioc est un aliment très apprécié par une bonne partie des populations africaines, notamment celle de l’Afrique centrale, australe et de l’est. Au Gabon, c’est la principale denrée alimentaire. Depuis 2016, cette denrée s’est raréfiée sur les marchés à cause de la fermeture des frontières avec le Congo et le Cameroun, d'où provient une bonne partie du manioc consommé par les Gabonais. Le gouvernement gabonais a décidé de soutenir les groupement de transformatrices de manioc alors que les prix ont presque doublé.

    (Rediffusion du 12/01/2018)

    Les prix de cette denrée alimentaire essentielle ont augmenté, sinon même doublé. Et les conséquences se font ressentir sur les économies familiales. Pour faire face, les autorités ont eu une réaction en double détente. Dans un premier temps, encadrer techniquement les producteurs et mettre à leur disposition des producteurs, des variétés de manioc performantes en matière de rendement, de précocité et de résistance à la mosaïque. Et dans un deuxième temps appuyer les groupements de transformatrices de manioc. Et c’est le cas de l’association des femmes productrices de manioc d’Agni-Zok.

    Conservation difficile dans le temps

    Le plus gros problème avec le manioc : la conservation. Pour une longue conservation, il faut impérativement sécher le tubercule, ce qu’un appelle la cossette. Pour une durée d’une semaine, il faut transformer le tubercule en bâton de manioc. En fait, ces productrices ont valorisé une activité traditionnelle des femmes. On touche là une des difficultés auxquelles les femmes rurales sont confrontées en Afrique : l’organisation en association.

    Autrement dit, comment sortir chaque femme de son isolement ? Résultat de toute cette activité, les femmes ont amélioré significativement la qualité de leurs produits, le travail est devenu plus facile et plus rentable. L’association a même un compte d’épargne et les femmes disent pudiquement qu’il y a un peu d’argent sur ce compte.


    Sur le même sujet

    • « Le manioc est rentable et facile à exploiter »

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le manioc (Attiéké) en Côte d'Ivoire

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      La culture du manioc au Nigeria

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Côte d'Ivoire: le manioc, culture vivrière de premier plan

      En savoir plus

    • Chronique Agriculture et Pêche

      Lutte contre la mosaïque du manioc au Congo

      En savoir plus

    • Science

      Sauver le manioc, un enjeu de développement pour l'Afrique

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.