GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: Kamerhe ou Tshisekedi ?

    Félix Tshisekedi (G) et Vital Kamerhe (D). Photo-Montage/RFI/© AFP

    Félix Tshisekedi de l’UDPS ou bien Vital Kamerhe de l’UNC ? Qui sera le candidat unique de l’opposition à la présidentielle de décembre en RDC ? Si candidat unique il y a…

    D’après Le Potentiel à Kinshasa, tout devrait se jouer entre les deux hommes. En effet, croit savoir le journal, « les six leaders de l’opposition, auxquels devraient s’adjoindre d’autres restés au pays, tels que Freddy Matungulu et Martin Fayulu, ont promis de poursuivre leurs discussions lors d’une rencontre prévue cette semaine en Afrique du Sud. Pour l’instant, c’est le suspense. » Mais « au sein de l’opposition, note le quotidien kinois, il y a une dynamique qui se dessine dans le sens d’arriver à un compromis autour d’un candidat unique. Entretemps, il y a un peu plus d’éclaircies sur la liste que l’opposition présentera à la présidentielle prochaine. La disqualification définitive de Jean-Pierre Bemba, condamné par la CPI hier lundi pour subornation des témoins, de même que l’exclusion par voie extrajudiciaire de Moïse Katumbi, ouvrent la voie à deux poids lourds de l’opposition. Il s’agit donc de Félix Tshisekedi de l’UDPS et de Vital Kamerhe de l’UNC. »

    « Je pourrai faire abstraction de ma personne… »

    Alors question : qui soutiendra qui ?

    « Qui de Kamerhe ou de Tshisekedi recevra le soutien de l’opposant en exil Moïse Katumbi ? Difficile à dire pour l’instant. » Mais, estime Le Potentiel, avantage à Tshisekedi.

    En effet, précise le journal, « entre Katumbi et Tshisekedi, il y a une complicité qui remonte au conclave de Genval, d’où est né en 2016, sous l’égide d’Etienne Tshisekedi, le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement. A l’époque, Vital Kamerhe, qui s’est toujours réclamé de l’opposition, n’avait pas voulu s’associer à cette dynamique. »

    Quant à Jean-Pierre Bemba, dans un entretien accordé hier à Jeune Afrique, il se dit « prêt à soutenir un candidat unique de l’opposition. (…) Si les élections se déroulent dans le respect des conditions mentionnées et si l’opposition s’unit derrière un candidat, alors, oui, affirme Bemba, je pourrai faire abstraction de ma personne. Je soutiendrai quelqu’un et je le ferai gagner. »

    En effet, pointe La République, autre quotidien congolais, si « les chances du patron du MLC de concourir à la présente présidentielle s’évanouissent, heureusement qu’assagi par son séjour à la CPI, l’homme affiche une sérénité déconcertante qui tranche d’avec le tempérament qu’on lui a connu par le passé. Se fixant toujours dans l’opposition, il se prête à accorder sa bénédiction à un candidat désigné de commun accord par la classe politique de cette plateforme. » Alors qui ? Pour l’instant mystère…

    Quelle stratégie ?

    En tout cas, estime Aujourd’hui à Ouagadougou, « c’est un épilogue bien amer pour Bemba qui pensait pouvoir faire valoir son désir de conduire la destinée des Congolais en accédant au pouvoir présidentiel. C’est également bien dommage pour le jeu démocratique dans ce pays, car la présence de cet opposant, que semblent redouter Joseph Kabila et ses partisans, aurait donné un cachet particulier à la campagne électorale. Du reste, de nombreux Congolais plaçaient en lui un certain espoir. Ils devront désormais revoir leurs espérances et écouter les directives que leur champion va sans doute donner dans les jours à venir. Manifestations de rue ? Ralliement à un autre candidat de l’opposition ? Stratégie de la défense d’une candidature unique des opposants contre Kabila et son Medvedev ? Les couleurs ne devraient pas prendre du temps pour se faire voir. »

    Ce qui est sûr, c’est ce que l’éviction de Bemba et de Katumbi fait bien les affaires du pouvoir sortant…

    En effet, constate Le Pays, toujours à Ouaga, « à présent, le président Kabila est train de faire feu de tout bois pour transmettre le pouvoir à son dauphin, Emmanuel Ramazani Shadary. Maintenant que tout porte à croire que les poids lourds Bemba et Katumbi ont été définitivement mis hors course à la présidentielle de décembre prochain, Joseph Kabila peut donc se frotter les mains avec l’assurance d’avoir ouvert un boulevard à son dauphin. »

    Prochaine émission

    À la Une: l’insécurité constante au Burkina Faso

    À la Une: l’insécurité constante au Burkina Faso
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.