GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis:Trump annonce un nouveau départ de son gouvernement, son ministre de l'Intérieur
    • «Gilets jaunes»: mobilisation en recul avec 33 500 manifestants dans toute la France (minsitère de l'Intérieur)
    • Pour l'ancien président de la République, François Hollande, le mouvement des «gilets jaunes» est en «phase de conclusion»
    • Mouvement des «gilets jaunes»: «Moins de 3000 manifestants» à Paris en début d'après-midi (préfecture)
    • «Gilets jaunes»: 63 gardes à vue à Paris contre 335 samedi dernier à la mi-journée, indique la préfecture
    • «Gilets jaunes»: un conducteur décède après avoir percuté un camion à la frontière belge (préfecture)

    Référendum sur le nom en Macédoine: James Mattis craint une ingérence russe

    Zoran Zaev, Premier ministre macedonien. Naskotaska90/wikimedia.org

    Ces dernières semaines, la Macédoine est à la mode, et les dirigeants occidentaux défilent à Skopje pour soutenir le gouvernement du Premier ministre Zoran Zaev. Dans quelques jours un référendum doit solder la « question du nom » avec la Grèce. La Macédoine deviendrait suite à un accord conclu avec la Grèce, la « Macédoine du Nord ». James Mattis, le ministre américain de la Défense, a évoqué une « campagne d'influence » russe dans le pays. Décryptage.

    de notre correspondant à Skopje,

    James Mattis, le ministre américain de la Défense a dénoncé une supposée campagne de communication de la Russie et notamment « une activité numérique malveillante », afin d'éloigner les électeurs des urnes. Les citoyens macédoniens vont le 30 septembre prochain s'exprimer lors d'un référendum qui doit valider un accord conclu en juin dernier entre Zoran Zaev, le Premier ministre macédonien et son homologue grec Aléxis Tsípras.

    Ce compromis prévoit une levée du veto grec qui bloque la Macédoine aux portes de l'Union européenne et de l'Otan, en échange d'un changement de nom du pays, qui deviendrait la « Macédoine du Nord », ce qui le différencierait ainsi de la région grecque éponyme. Le 11 juillet dernier, l'Alliance atlantique a invité la Macédoine à entamer des négociations d'adhésion et celle-ci pourrait être effective dans le courant de l'année prochaine, ce qui est bien sûr loin de réjouir la Russie. Moscou a déjà souligné que l'intégration de la Macédoine à l'Otan était une « erreur » et que « les erreurs ont des conséquences ».

    Mobiliser les citoyens

    Le référendum n'a qu'une valeur consultative, mais le gouvernement macédonien a besoin du soutien de la population pour arriver au Parlement en position de force. Une majorité des deux tiers des députés est en effet nécessaire pour une modification de la Constitution du pays, elle-même nécessaire à tout changement de nom du pays. La coalition menée par les sociaux-démocrates ne possède pas une telle majorité, elle aura donc besoin du soutien d'une partie des députés de l'opposition nationaliste du VMRO-DPMNE, opposée à tout compromis avec la Grèce, ainsi que celui de la minorité albanaise.

    Le Premier ministre Zoran Zaev marche donc sur un fil d'autant qu'une participation de 50% des inscrits est nécessaire pour la validation du scrutin et que les listes électorales n'ont pas été mises à jour depuis des années. 1,8 millions d'électeurs sont enregistrés, pour une population officiellement estimée à deux millions de personnes et alors que des dizaines de milliers de Macédoniens ont émigré à l'étranger ces dernières années.

    La Macédoine au centre du jeu diplomatique dans les Balkans

    En effet, le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, la chancelière allemande, Angela Merkel ou encore Johannes Hahn, le commissaire à l'élargissement de l'Union européenne sont venus ces dernières semaines vanter les bénéfices d'une entrée dans l'UE, afin d'inciter les électeurs macédoniens à se rendre aux urnes. Dans les rues de Skopje, de grands panneaux rappellent que la place du pays est dans la famille européenne, même si une éventuelle intégration à l'Union européenne a peu de chance de devenir une réalité avant au moins une décennie.


    Sur le même sujet

    • Grèce / Macédoine / Russie

      Grèce et Macédoine au centre d’une mini-crise aux relents de guerre froide

      En savoir plus

    • Russie / Grèce

      Macédoine: accusé d’ingérence, Moscou riposte et expulse des diplomates grecs

      En savoir plus

    • La revue de presse des Balkans

      À la Une: accord historique entre la Grèce et la Macédoine sur la « question du nom »

      En savoir plus

    • Grèce

      «Macédoine du Nord»: signature officielle d'un accord entre Athènes et Skopje

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.