GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Février
Jeudi 14 Février
Vendredi 15 Février
Samedi 16 Février
Aujourd'hui
Lundi 18 Février
Mardi 19 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Premier ministre polonais annule une visite en Israël pour le sommet du groupe de Visegrad (gouvernement)
    • Ukraine: l'Union européenne sanctionne huit Russes pour les incidents en mer d'Azov de novembre 2018 (sources européennes à l'AFP)
    • «Informer est devenu une mission quasi impossible» en Libye, déplore Reporters sans frontières (RSF)
    • Le philosophe Alain Finkielkraut insulté par des «gilets jaunes»: ouverture d'une enquête par le parquet de Paris
    • Syrie: les Kurdes ne doivent pas être sacrifiés, avertit la ministre française des Armées, Florence Parly (Le Parisien)
    • Bangladesh: l'incendie situé dans un bidonville de la ville portuaire de Chittagong fait neuf morts (police)

    Abbas Bah, pour le devoir de mémoire en Guinée

    Abbas Ba, détenu pendant sept ans dont deux au Camp Boiro, se bat pour que la mémoire des victimes ne soit pas effacée. RFI

    La Guinée célébre mardi le 60e anniversaire de son indépendance. Le 2 octobre 1958, elle devient le premier pays francophone d’Afrique subsaharienne à rompre ses lien avec la France, deux ans avant la vague des indépendances en 1960. Ahmed Sekou Touré, celui qui a dit « non » à la France de De Gaulle, devient le premier président de la Guinée indépendante, mais son régime au fil des ans se durcit et ses opposants, réels ou supposés, sont arrêtés, détenus, torturés, parfois exécutés. Le Camp Boiro est le lieu emblématique de cette répression qui aurait fait, selon plusieurs ONG dont Amnesty International, 50 000 victimes. Abbas Bah y a été détenu deux ans sur les sept passés en prison entre 1971 et 1978. Il préside aujourd’hui l’Association des Victimes du Camp Boiro et se bat aujourd’hui pour que justice soit rendue à ces victimes et pour que la mémoire de cette répression ne s’efface pas.


    Sur le même sujet

    • Guinée

      Guinée: l'élection du nouveau président de la Cour constitutionnelle fait débat

      En savoir plus

    • Guinée

      La jeunesse guinéenne célèbre Sékou Touré, père de l'indépendance

      En savoir plus

    • Yémen

      Yémen: l'ONU prolonge l'enquête sur les violations des droits de l'homme

      En savoir plus

    • Bonjour l'Europe

      Espagne - Arabie Saoudite: armes ou droits de l'homme?

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.