GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: en attendant l’union de l’opposition en RDC

    «Adieu, fichier électoral», est-il inscrit sur ce faux cercueil, à l'occasion du meeting unitaire de l'opposition congolaise de RDC, le 29 septembre 2018, à Kinshasa. florence Morice/RFI

    « S’unir ou disparaître » : c’est l’intitulé de l’éditorial du Potentiel à Kinshasa ce matin. Lors de son grand meeting unitaire de samedi, le premier du genre, l’opposition congolaise a parlé d’une seule voix. Tous les grands leaders ont promis l’unité et la loyauté au peuple. « Toutefois, relève Le Potentiel, le point culminant de l’unité de l’opposition sera la désignation d’un candidat unique pour la présidentielle du 23 décembre. C’est ce que tous les Congolais attendent, mais qui n’est pas encore arrivé. »

    En effet, pointe Le Nouvel Observateur, toujours à Kinshasa, « même si au cours de ce meeting, les leaders de l’opposition congolaise ont montré qu’ils étaient unis pour le meilleur et pour le pire, force est de constater que beaucoup de choses restent encore à faire croire à l’opinion que ce n’est pas une unité de façade. A commencer par le choix du candidat unique. Sur ce point précis, les acteurs politiques de l’opposition doivent parer au plus pressé en désignant l’oiseau rare qui aura la lourde mission de conduire le navire opposition à l’élection présidentielle de décembre prochain. »

    De plus en plus hypothétique…

    Afrikarabia, site d’information spécialisé sur la RDC, reste sceptique…

    « Deux candidats font office de favoris, précise Afrikarabia. Félix Tshisekedi, légèrement en tête, et Vital Kamerhe, toujours accusé de faire le jeu du pouvoir. Mais il n’est pas dit que les opposants réussissent à se mettre d’accord sur un de ces deux noms. Katumbi a toujours soutenu Tshisekedi et le choix de Bemba pourrait se porter sur Kamerhe. En cas de désaccord, l’option du plus petit dénominateur commun pourrait faire pencher la balance vers un autre candidat, moins clivant, comme Freddy Matungulu ou Martin Fayulu. On imagine mal, alors, pointe Afrikarabia, que Félix Tshisekedi ou Vital Kamerhe laissent tomber la course à la présidence. Et donc… adieu à la candidature unique. Plus le temps passe et plus l’équation de la candidature unique semble hypothétique. »

    D’autant, poursuit Afrikarabia, que « l’option d’un boycott du scrutin refait surface. Cette stratégie reste encore minoritaire au sein de l’opposition, chacun se rêvant encore comme le candidat unique tant recherché. Mais une fois le nom connu (ce qui reste très incertain), les candidats déçus pourraient se rabattre sur cette option. »

    Le Pays au Burkina, est encore plus pessimiste quant aux chances de l’opposition congolaise : « il ne s’agit pas seulement pour l’opposition de s’unir pour rafler la mise à cette élection présidentielle. Même unie, elle n’a aucune chance, estime le quotidien ouagalais, tant que la problématique du fichier électoral et des machines à voter n’est pas résolue. Et elle le sait bien. D’autant qu’elle l’a relevé au meeting de samedi en demandant le nettoyage du fichier électoral et en dénonçant les machines à voter qui lui apparaissent comme des “machines à voler”. Des machines que les contempteurs de Kabila présentent d’ores et déjà comme la plus grande arnaque à venir de cette élection. »

    Gbagbo : le retour ?

    A la Une également : en attendant Gbagbo… « L’ancien président de la Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo demandera ce lundi devant la justice internationale à être acquitté de tous crimes contre l’humanité et libéré de prison, après avoir passé sept ans en détention, constate le site d’information Connexion ivoirienne. Après plus de deux ans de procès, la défense estime en effet que le procureur de la CPI n’a pas été en mesure de prouver les accusations. Elle demande donc “un non-lieu total”, un “jugement d’acquittement pour toutes les charges et pour tous les modes de responsabilité”, ainsi que la “libération immédiate” de Laurent Gbagbo. »

    Pour Wakat Séra au Burkina, « si la partie est loin d’être gagnée, car la Procureure et l’avocat des victimes tenteront de démonter les arguments de la défense, nombreux sont ceux qui estiment que les chances d’une libération de l’époux de Simone restent grandes. L’acquittement récent en appel du leader du Mouvement de libération du Congo, Jean Pierre Bemba, vient en rajouter à la confiance des “GOR”, c’est-à-dire les Gbagbo ou rien. […] Et un tel scénario pourrait complètement bouleverser la carte politique de la Côte d’Ivoire, avec à la clé le risque de vivre le remake de 2010 où Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié s’affrontaient dans un duel d’éléphants. »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.