GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Budget italien: jusqu’où ira le bras de fer avec Bruxelles?

    Matteo Salvini à Milan, fin août 2018 (image d'illustration). AFP

    L'Europe peut-elle basculer dans une nouvelle crise de la dette à cause de l'Italie ? Les populistes au pouvoir à Rome continuent à souffler le chaud et le froid sur les marchés. Le gouvernement italien se réunit à nouveau aujourd'hui pour finaliser son projet de budget désapprouvé par Bruxelles.

    Visiblement, la coalition est prête à faire un effort sur le niveau du déficit. Le chiffre de 2,4% du PIB pour les trois ans à venir qui a mis le feu aux marchés parce que Bruxelles le juge trop laxiste pourrait bien être revu à la baisse dans les prochaines heures. La Ligue de Matteo Salvini serait prête à l’abaisser de deux dixièmes. Hier soir, à la télévision italienne, le président du conseil Giuseppe Conte a essayé d’apaiser les tensions en promettant des efforts sur trois ans pour réduire l’endettement de l’Italie, le plus élevé de la zone euro en valeur absolue, mais il n’a rien cédé sur le niveau du déficit du budget 2019. La ligue pourrait encore bouger. Le gouvernement précédent s’était engagé à contenir le déficit en dessous de 1% du PIB pour assainir les finances publiques. Mais ces efforts sont aujourd’hui réduits à néant. D’où les tensions sur le marché de la dette. Depuis hier, le taux d’emprunt de l’Italie culmine à son plus haut niveau depuis 2014, à + 3 452%.

    Les autres pays de la zone euro sans crainte sur l’Italie

    Le taux d’emprunt de l’Espagne comme celui du Portugal restent stables et ceux de l’Allemagne et de la France se détendent. Le prix de la dette française est passé en dessous de la barre des 0,8% alors que la France a elle aussi un fardeau qui pèse très lourd, près de 100% du PIB, c’est 132% pour l’Italie. Il n’y a pas de contagion pour le moment, mais de la volatilité en perspective. Les investisseurs resteront sur leurs gardes pendant encore de longues semaines, car l’Italie devra affronter le jugement et de Bruxelles et des agences de notation. Rome doit d’abord envoyer sa copie à Bruxelles à la mi-octobre, ensuite Standard and Poors va actualiser sa note sur la dette souveraine italienne qui pourrait dangereusement se rapprocher de la catégorie spéculative. Et c’est seulement à la fin novembre que la Commission rendra un avis définitif sur le projet de budget italien. Et envisager au pire, de déclencher contre Rome la procédure pour déficit excessif qui ouvre la porte à des sanctions financières.

    Cette menace peut-elle faire plier le gouvernement formé par Luigi di Maio et de Matteo Salvini ?

    Loin de les effrayer, cette arme assimilée à une intimidation stimule leur discours anti-européen. Matteo Salvini accuse Jean-Claude Juncker d’avoir fait grimper le taux italien et il se dit prêt à réclamer une indemnisation. De son côté Luigi di Maio affirme que le patron de la commission et la chancelière allemande cherchent à faire tomber le gouvernement italien. Plier face au diktat de Bruxelles serait se dédire face à leur l’électorat. Or, il y a dans quelques mois des élections européennes qui vont se transformer en Italie en test pour la coalition au pouvoir. C’est pourquoi les populistes comptent bien présenter un budget dans la ligne de leurs promesses électorales. La Commission l’a bien compris et se gardera sans doute de dégoupiller cette grenade de la sanction. Laissant les marchés fébriles et prompts à réagir à la moindre provocation des populistes italiens.

    EN BREF

    La Chine augmente ses importations de pétrole ouest-africain. Ses achats du mois d’octobre ont renoué avec les plus hauts du mois d’août 2011. Les raffineurs chinois doivent compenser la baisse des importations du pétrole de schiste américain et de brut iranien.

    Amazon, le poids lourd du commerce en ligne relève le salaire minimum de ses employés américains. D’un Etat à l’autre la hausse varie de + 3 à + 5 dollars. Cette augmentation porte le salaire de plus de 250 000 salariés à 15 dollars de l’heure. Cela s’appliquera aussi aux 100 000 employés saisonniers embauchés pendant les vacances à travers tous les Etats-Unis.


    Sur le même sujet

    • Invité de la mi-journée

      Budget: la zone euro appelle l'Italie au respect des règles

      En savoir plus

    • Italie/Budget

      Le budget du gouvernement populiste italien irrite Bruxelles

      En savoir plus

    • Italie

      Steve Bannon poursuit son entrisme d'extrême droite en Italie

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.