GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le premier bateau fluvial à hydrogène

    Depuis avril 2018, le bateau électrique qui traverse l'Erdre, dans le quartier universitaire de Nantes, est rechargé par une pile à combustible alimentée par de l'hydrogène. RFI/Laurent Berthault

    Alors que l’Allemagne vient de lancer le premier train de voyageurs roulant à l’hydrogène, l’ex-ministre français de l’Environnement Nicolas Hulot annonçait il y a quatre mois vouloir faire de la France un « leader mondial de l’hydrogène ». En attendant, dans l’Hexagone, seuls quelques centaines de taxis parisiens sont équipés de piles à combustible, mais toute la filière est en ébullition. La ville de Nantes n’a pas attendu pour conforter sa révolution verte. Depuis avril le premier bateau fluvial français à hydrogène est entré en service entre deux rives de la ville, dans un environnement enchanteur.

    80 000 personnes - et 20 000 vélos- empruntent le passeur chaque année. RFI/Laurent Berthault

    L’ancien bateau, mis en service il y a 20 ans, était lui aussi électrique. Le nouveau est équipé de deux piles à combustible qui convertissent l’hydrogène embarqué en électricité pour les batteries et les moteurs, ne rejetant que de l’eau dans l’atmosphère. Un choix dicté par l’environnement.

    Les pilotes du navibus a hydrogène ont suivi une formation spéciale qui inclut les questions de sécurité RFI/Laurent Berthault

    La ville de Nantes espère bien que ce Navibus, qui accueille 80 000 voyageurs par an, ne sera qu’un premier maillon d’une vraie filière hydrogène dans la région. Actuellement l’hydrogène vient de l’est de la France. Mais à terme l’idée est bien de le produire localement, à partir d’énergie renouvelables : panneaux solaires, éolienne mais aussi hydrolienne, n’oublions pas que Nantes n’est qu’à quelques dizaines de kilomètres de l’Atlantique.

     

    Rencontre avec Pierre-François Gérard, charge de mission à la SEMITAN, la société nantaise des transports en commun.

    A terme l'hydrogène utilisé pour les transports publics de la ville devrait être "verte", produite à partir d'électricité solaire, éolienne, hydrolienne RFI/Laurent Berthault
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.