GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: Alexandre Benalla de nouveau mis en examen pour des violences le 1er mai à Paris
    • Yémen: l'émissaire des Nations unies exhorte les belligérants à respecter l'accord de trêve (Twitter)
    • Brésil: le fils de Bolsonaro se déclare en faveur d'un référendum sur la peine de mort («O Globo»)
    • Mort de Bernard Darty, cofondateur de l'enseigne d'électroménager (Fnac Darty)

    A la Une: divorce à l’ivoirienne

    Henri Konan Bédié. AFP/Sia Kambou

    En effet, rien ne va plus entre le Parti démocratique de Côte d’Ivoire, le PDCI d’Henri Konan Bédié, et la coalition au pouvoir, rassemblée sous l’enseigne du RHDP.

    Alors, c’est vrai, comme le souligne Lucien Tapé Mambo, président de la plateforme de la société civile, au quotidien ivoirien L’Intelligent, « nous sommes dans un système de mouvance des alliances. Là où on se marie demain, on divorce après. Nous avons vu ici le Front républicain qui était le RDR avec le FPI contre le PDCI. Il n’existe plus aujourd’hui. Il y a eu même hier le RHDP où tout le monde était dedans. Aujourd’hui le PDCI est de son côté, le RHDP également. Tant que les hommes vivent sur cette terre, il y aura toujours des alliances qui se font et qui se défont. »

    Toujours est-il que le ton monte entre les deux anciens partis frères, au point que la presse de la sous-région s’en mêle… Ainsi, pointe La Nouvelle Tribune au Bénin, « Henri Konan Bédié accuse le RHDP de travailler à faire disparaître son parti. Le Sphinx dénonce le harcèlement judiciaire dont serait victime le PDCI après avoir quitté l’alliance avec le parti au pouvoir. En effet, selon Henri Konan Bédié, les décisions des deux derniers bureaux politiques du PDCI ont été contestées en justice par des militants du parti, manipulés par le régime Ouattara. La manœuvre aurait pour but de bloquer le fonctionnement du PDCI selon l’ex-président ivoirien. »

    Guerre de tranchées…

    « La famille politique ivoirienne, ce panier de crabes ! », s’exclame pour sa part Le Pays au Burkina. « Henri Konan Bédié a déclaré récemment que son parti faisait l’objet de “complots visant à le déstabiliser et à le faire disparaître” et a, sans ambages, pointé du doigt le parti au pouvoir qu’il accuse de “harcèlement judiciaire”. Si le réquisitoire que dresse l’enfant de Daoukro contre le président Ouattara venait à se vérifier, ce serait faire dans la tautologie que de dire que le divorce officialisé début août entre les deux époux est en train de virer à la guerre de tranchées. Mais pouvait-il en être autrement ?, s’interroge le quotidien burkinabé. On peut, tout de go, répondre par la négative, car l’alliance entre les deux poids lourds de la scène politique ivoirienne n’a jamais été autre chose qu’une union de circonstance […]. »

    Agents doubles ?

    Dernière péripétie en date, relève Aujourd’hui, toujours à Ouaga : « le ministre de l’équipement, Amédé Kouakou, le ministre des Sports, Paulin Danho et le secrétaire d’Etat aux PME, Félix Anoblé, sont exclus des instances du PDCI, ainsi que 14 autres cadres du parti. Il leur est reproché leur proximité ou leur adhésion au RHDP, le parti unifié. » Commentaire du journal : « Eh oui ! Le “vieux crocodile” de la mare politique ivoirienne est bien décidé à en découdre avec les “agents doubles” de son parti. Qu’Alassane Ouattara lui joue des tours, cela passe. Mais que ses propres partisans osent retourner leur veste relève de l’intolérable. »

    En tout cas, souligne L’Observateur Paalga, « les élections locales de dimanche vont constituer un véritable test pour les différents partis et les leaders politiques, au moment où les cartes sont en train d’être rebattues sur les bords de la lagune Ebrié. Ce sera en effet l’occasion de jauger les forces à deux ans de l’élection présidentielle. »

    Fraudes en série au Cameroun ?

    A la Une également, les suites de la présidentielle au Cameroun…

    « Plusieurs partis d’opposition dénoncent des “fraudes” », relève Le Monde Afrique. « Le MRC de Maurice Kamto et d’autres partis d’opposition citent des bourrages d’urnes, des falsifications de procès-verbaux, des achats de voix, l’absence de bulletins au nom de certains candidats dans les bureaux de vote, des scrutateurs des partis refoulés lors du dépouillement, ou encore l’utilisation d’encre non indélébile… […] Lors des précédentes présidentielles, les plaintes déposées par les partis d’opposition n’ont jamais abouti, rappelle Le Monde Afrique. […] La direction générale des élections a quant à elle confirmé, lundi soir, la forte abstention qui a prévalu dans les zones anglophones. Le taux de participation officiel et les résultats sont attendus d’ici au lundi 22 octobre. »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.